Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2007 6 10 /11 /novembre /2007 21:52
Le Royaume de ce monde, Alejo CARPENTIER

Roman traduit de l’espagnol par L-F Durand
Titre original El Reino de este mundo
Editions Gallimard, 1954

Alejo Carpentier y Valmont est un écrivain cubain né 1904 et mort en 1980. Il a profondément influencé la littérature latino-américaine. Après un exil à Paris à 12 ans, il retourne vivre à Cuba. Il se consacre au journalisme, mais son engagement à gauche lui vaut un séjour en prison. Il part alors vivre en France. Il y rencontre les surréalistes comme André Breton, Paul Eluard, Louis Aragon, Jacques Prévert et Antonin Artaud. Par de fréquents voyages en Espagne, il développe une fascination pour le baroque et lorsqu’il repart à Cuba il s’intéresse à la culture afro-cubaine.
Alejo Carpentier est célèbre pour son style baroque et sa théorie du réel merveilleux. Ses œuvres les plus connues en France comprennent Le Siècle des Lumières (1962) ou La Guerre du Temps (1958). Dans Le Royaume de ce Monde (1949), son premier grand roman, il évoque le mouvement révolutionnaire cubain. C'est aussi dans ce roman que Carpentier décrit sa vision du "réel merveilleux", que les critiques identifieront au réalisme magique.
    En 1966, il devient ambassadeur de Cuba en France.
Il a reçu plusieurs prix tels que le prix Cervantes ou le Prix Médicis.


Le contexte historique :

     Après la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb en 1492, les premières plantations de canne à sucre apparaissent au 16ème siècle. Mais la population indigène ayant été décimée par les conquistadors espagnols, on fait venir massivement des esclaves noirs d’Afrique pour travailler dans les plantations. Au cours du 17ème siècle, Cuba se met à exploiter également le café et le tabac.
En 1762, La Havane est occupée par les Anglais, et durant onze mois, plus de mille navires marchands entrent et sortent du port cubain, établissant un commerce important avec les treize colonies d'Amérique du Nord. Les Anglais amènent durant cette période plus de 10.000 esclaves noirs pour développer l'industrie sucrière. Mais les créoles s'enracinent de plus en plus dans leur terre, perdent le contact avec la métropole, et peu à peu un sentiment nationaliste va germer. Le 10 octobre 1868 commence la lutte pour l'indépendance. Carlos Manuel de Céspedes met le feu à sa propre exploitation de canne à sucre en guise de rébellion et proclame l'indépendance de Cuba en donnant la liberté à ses esclaves. Cette première révolte va durer dix ans.

Le Royaume de ce monde :

    Comme je le disais précédemment, l’atmosphère du livre nous plonge dans un contexte révolutionnaire c'est-à-dire durant la révolution Cubaine : la révolte des noirs et l’exil des colons.
L’histoire prend place au Cap Français à Saint-Domingue à l'aube du XIXe siècle. Ti Noël est un esclave noir qui parcourt la ville avec son maître, M. Lenormand de Mézy. Durant la narration,  on se rend compte de l’étrange coexistence du monde superstitieux des Noirs avec leurs croyances vaudou et avec leur grand prêtre le sorcier Mackandal confronté avec le monde raffiné des colons blancs. Mackandal, dont le bras a été broyé par mégarde dans un étau, s'enfuit et jette un sort au domaine de Mézy. C’est alors que les bêtes et les gens périssent d'un mal étrange. Il apparaît alors sous différentes formes autres qu’humaines. Ces métamorphoses peuvent lui faire prendre l’apparence d’un iguane ou d’un papillon. Le sorcier est malheureusement repris et exécuté, mais il ressuscite et c'est comme sous son impulsion qu'éclate la révolte des Noirs de Saint-Domingue : meurtres, pillages, viols… qui force les colons à s'exiler à Santiago.
L’auteur décrit alors la vie à Santiago. Arrive alors Soliman, esclave de Pauline Bonaparte et de son époux. Soliman entretient une relation équivoque avec elle. Ti Noël, quant à lui, a perdu son maître et erre au hasard. Il revient à Cap Français où il retrouve la propriété de Mézy transformée en un royaume autonome que dirige l'ancien cuisinier noir de la famille. Il s'agit du royaume d'Henri Christophe. Ti Noel va encore être réduit en esclave mais par un des siens tout comme Soliman. Ce qui est encore plus difficile à vivre. Le suicide d'Henri Christophe les sauvera. Soliman perdra la raison et Ti Noël, quant à lui revêt les formes les plus diverses et continue l’œuvre de Mackandal pour l'éternité.

Le Royaume de ce monde est une chronique historique sur l’esclavage et la révolution qui s’ensuit. L’atmosphère vaudou apporte de la magie dans ce monde décomposé et brutale, la dure réalité. Les croyances et les superstitions apportent force et courage aux esclaves : hommes et femmes battus et brutalisés. Les personnages inquiètent le lecteur. Le vaudou est présent tout au long de l’ouvrage.
C’est un roman dont la lecture est rapide mais il ne laisse pas indifférent du fait du contexte historique et des conditions dans lesquelles vivaient les esclaves.

Solenn
, 2e année Ed-Lib

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives