Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 20:44
Julien Gracq,
Un balcon en forêt,
José Corti, 1958.

I. Présentation de l'ouvrage et de l'auteur

    Louis Poirier, né le 27 juillet 1910 à Saint Florent-de-Vieil (petit village situé entre Nantes et Angers), prend le pseudonyme de Julien Gracq en 1938 lors de l'écriture de son premier roman intitulé Au château d'Argol. L'auteur ne qualifie pas Un balcon en forêt (paru en 1958) de roman mais de récit. Si j'ai bien compris, la différence entre les deux est qu'un roman suggère une action, une intrigue, alors que le récit se contente de raconter l'histoire d'une personne ou de décrire une situation.

    Des indices que l'on trouve tout au long du livre, on peut déduire que l'histoire se passe durant la Seconde Guerre mondiale, mais cela n'est jamais confirmé. Dans ce récit, le personnage principal, car on ne peut pas vraiment parler de héros, est l'aspirant Grange. Ce dernier, fraîchement nommé au commandement d'un blockhaus à la frontière belge dans la Meuse, se fait à une vie de routine bien éloignée de l'esprit d'une guerre tel qu'il se l'imaginait. Il se retrouve à commander une petite garnison de trois hommes : Gourcuff et Hervouët, les braconniers et Olivon le chargé du logis. D'une manière assez paradoxale, ce personnage dont nous suivons l'évolution tout au long du récit, semble commencer à vivre à son arrivée à la maison forte qu'il occupe avec ses hommes au-dessus du blockhaus. Lui et les trois autres soldats assignés au blockhaus sont coupés du monde et ont plus une vie de campagnards que de garnison. La seule obligation pour l'aspirant Grange est de se rendre tous les dimanches au plus grand village du coin (Moriarmé) pour dîner avec son supérieur, le capitaine Varin. En réalité, l'histoire nous raconte l'incertitude de ces hommes si près du front et pourtant si loin de la guerre. Les rumeurs qui leur parviennent, la proximité d'un pays voisin et pourtant son inaccessibilité.

II. Le réalisme magique

    L'élément magique, ou du moins qui nous est présenté ainsi, est en fait une jeune femme et sa servante. Leur irruption dans le récit provoque un sorte de coupure dans la routine de la vie du blockhaus. Contrairement à tous les personnages mâles qui sont toujours nommés uniquement par leur nom de famille (Gourcuff, Olivon, Hervouët, Grange, Varin...), les deux jeunes femmes sont uniquement désignées par leur prénom (Mona et la servante Julia). Les deux jeunes femmes sont présentées comme des femmes-enfants par l'aspirant Grange. Des femmes tentatrices, calculatrices surtout en ce qui concerne Mona, avec qui il va entamer une liaison. Il se sent comme envoûté par elle et lors de leur première rencontre va même la qualifier de « sorcière ». Elle est espiègle, enfantine, joueuse mais pas naïve.Son mystère s'accentue lorsqu'on apprend qu'elle est à peine sortie du lycée mais déjà veuve. D'ailleurs, suite à cette rencontre, c'est comme si le récit, les descriptions comme les conversations ou les pensées de Grange perdaient en précision. Tout est plus flou comme dans un rêve. Et, comme pour confirmer la thèse de l'envoûtement, la clarté du récit revient aux premières neiges lorsque la route est bloquée et que l'aspirant ne peut plus voir la jeune femme. L'aspect enfantin de Mona est accentué par l'analogie que l'on peut faire entre sa rencontre avec Grange et le conte du Petit Chaperon Rouge.

La magie, le fantastique, se trouvent aussi dans cette guerre qui reste malgré tout une simple rumeur. Comme un orage qui éclaterait sur un village voisin et dont on verrait simplement les éclairs illuminer le ciel sans entendre le tonnerre. Elle donne une atmosphère angoissante, étouffante au récit.

III. Conclusion

En réalité, les personnages comme le récit soulignent l'irréalité de la Seconde Guerre mondiale. J'ai interprété le flou que l'on ressent parfois dans le récit comme de l'incompréhension face aux horreurs commises par les nazis durant la guerre. Une absence de l'esprit, une échappatoire face à la brutalité de la réalité.

Marine, Bib. 2ème année


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anonyme 16/11/2016 17:14

Bonjour, je fais un exposé sur le rôle d’Hervouët dans la Maison-forte et j’aimerais un peu d’aide car je ne sais pas du tout quoi dire. C’est pour le lundi 21/11/2016. Merci d’avance.

Recherche

Archives