Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 18:52
Mikhaïl Boulgakovcoeur-de-chien.jpg
Cœur de chien
Livre de Poche, 1999.
157 p.

        Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov, né à Kiev le 15 mai 1891, mort à Moscou le 10 mars 1940, est un écrivain russe. Boulgakov se consacre à la littérature dans les années 1920 après avoir laissé tomber la médecine. Domicile perquisitionné, manuscrits confisqués, pièces tantôt jouées tantôt interdites par le pouvoir, Boulgakov devient assistant-metteur au Théâtre Artistique jusqu'en 1936. Auteur de comédies, de romans sur la guerre civile, ennemi de la bureaucratie et des compromis, cet artiste passionné de théâtre, incompris et écrasé par le pouvoir soviétique, dut se contenter d'emplois subalternes, faute d'être joué.

        Son œuvre la plus reconnue est Le Maître et Marguerite qui a tout de même mis 25 ans à s'imposer comme lun des chefs-d'œuvre de la littérature russe.

Biographie : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mikha%C3%AFl_Boulgakov

L'
œuvre.
        La nouvelle Cœur de chien a été écrite pour le journal littéraire Les Entrailles en 1925, mais elle ne sera pas publiée alors car elle est jugée contre-révolutionnaire. Publiée à l'étranger, elle le sera pour la première fois en URSS dans le numéro 6 du journal L'Etendard en 1987. Cœur de chien est une nouvelle satirique et fantastique.

        L'histoire se déroule dans le Moscou des années vingt, elle est composée en deux parties, la première partie conte l'histoire du point de vue d'un chien qui sera baptisé Bouboul. Tout au début du livre, Bouboul est dans une ruelle, sérieusement blessé : un prolétaire lui a jeté de l'eau bouillante alors qu'il fouinait dans la fosse à ordure. Il ponctue son malheur d'onomatopées chères à Boulgakov : « Hou ! Hou ! Hou ! Hou ! Hou? Oh ! Regardez-moi, je crève. Sous la porte cochère, la tempête de neige me chante le requiem et je hurle avec elle. Crevé, je suis crevé. ». Après une longue tirade sur son malheur et sur sa haine envers le Comité d'Economie Populaire, il va être recueilli par un homme qui passait par là, Philippe Philippovitch, qui va le soigner et l'adopter. Philippe Philippovitch est en fait un docteur, qui possède un appartement avec sept pièces, ce qui est largement trop pour l'époque et qui lui coûte quelques conflits avec l'assemblée générale de son immeuble. Il a une réputation internationale, beaucoup de personnes viennent le consulter afin de rajeunir.
        Par la suite, le docteur va faire une expérience qui va donner un résultat inattendu, le but était de trouver quelque chose permettant de rajeunir encore plus ; il va greffer l'hypophyse et les organes génitaux d'un homme venant de mourir au chien avec l'aide du docteur Bormenthal. Mais le résultat escompté, bien que révolutionnaire, sera catastrophique : le chien va se transformer en homme et c'est là que la deuxième partie du livre commence du point de vue des hommes, principalement de l'adjoint du docteur.
Le chien va donc se transformer jour après jour en homme, morphologiquement, puis il va commencer à parler, et ce sera un personnage plutôt odieux, en effet, l'homme ayant servi à la greffe était en fait un ivrogne, grossier et sans scrupule. Cet homme va se baptiser Bouboulov, et va se retourner contre le docteur en devenant un fonctionnaire ayant la bureaucratie communiste en soutien.

        Impuissant, le docteur finira par réopérer Bouboulov, en lui remettant l'hypophyse du chien, afin qu'il reprenne forme canine.

        Boulgakov dépeint ici la société communiste de l'époque sous des traits féroces à l'encontre de la bureaucratie : elle multiplie les obstacles devant le professeur, qui semble être une allégorie de l'écrivain en proie à la censure comme l'a été Bouglakov,
Cœur de chien   ayant été refusé car considéré comme un « pamphlet acerbe ». On retrouve l'image d'une Russie totalitaire et fanatique.

Bibliographie :

Romans :
- La Garde blanche
- La Vie de monsieur Molière ou Le Roman de monsieur de Molière
- Le Roman théâtral
- Le Maître et Marguerite

Nouvelles :
- Notes sur des manchettes
- La Bohème
- Endiablade
- Les œufs du destin
-
Cœur de chien
- Carnets d'un jeune médecin (comprenant "La gorge en acier", "La Serviette au coq", "Baptême de la version", "La Tourmente de neige", "Ténèbres sur le pays d'Égypte", "L'Éruption étoilée")
- Morphine
- Articles de variété et récits parus dans la presse soviétique de 1919 à 1927

Théâtre :

- Les Jours des Tourbine
- L'Appartement de Zoïka
- L'Île pourpre
- La Fuite
- Adam et Eva
- Béatitude
- Alexandre Pouchkine
- La Cabale des dévots
- Ivan Vassilievitch
- Batoum


Fanny, 2ème année Ed-Lib.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives