Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 21:40
noyadeinterdite-copie-1.jpg
Amy Tan
Noyade interdite
trad. de l'américain
Annick Le Goyat,
Buchet-Chastel, 2007
570 p.


Quelques éléments biographiques

- Elle est née en 1952 aux Etats-Unis de parents immigrés chinois, elle a grandi aux Etats-Unis puis aux Pays-Bas et en Suisse à la suite de la mort de son père et de son frère.
- Elle déçoit sa mère en ne devenant ni docteur ni pianiste et en décidant d’étudier l’anglais à l’université de San José (les relations mère-fille tiennent une place importante dans ses livres).
- Elle a été piquée par une tique et a contracté la maladie de Lyme, qui l’a empêchée d’écrire parce qu’elle oubliait les mots.
- Elle fait partie d’un groupe de rock : the Rock Bottom Remainder (un groupe composé entre autre de Stephen King, Dave Barry, Matt Groening…)
- Elle a fait une apparition dans un épisode des Simpsons  (Saison 12 : une fille de clown).
- Elle a un mari, deux chiens, un chat, a reçu de nombreux prix pour ses écrits (le premier à l’âge de 8 ans pour un essai s’intitulant : Ce que la bibliothèque signifie pour moi).

Sa bibliographie en français

- Le club de la chance (Flammarion, 1992)
- La femme du dieu du feu (J’ai lu, 1997)
- L’attrape-fantômes (Robert Laffont, 1999)
- Les Fantômes de Luling (Robert Laffont, 2003)
- Noyade interdite (Buchet-Chastel, 2007)

Petit résumé

        12 touristes américains partent en voyage en Chine et en Birmanie. Choc culturel garanti. L’histoire pourrait s’arrêter là. Mais nous avons en plus droit à un narrateur d’un genre particulier, l’esprit de Bibi Chen, une marchande d’antiquités asiatiques, qui a organisé le voyage, morte dans des circonstances étranges quelques jours avant le départ. Et notre sympathique petit groupe de touriste a bien du mal à se débrouiller tout seul. Alors quand ils se font enlever par une tribu birmane,les Karen, qui prend  Rupert, un adolescent du groupe, pour la réincarnation de leur sauveur, les aventures commencent… Et comme le dit Albert Camus dans l’exergue : « la bonne volonté peut faire autant de dégâts que la méchanceté ».

Les personnages

- Bibi Chen : marchande d’antiquités asiatiques, organisatrice du voyage en Chine et en Birmanie. Meurt quelques jours avant le départ, mais son esprit reste sur terre, elle observe (et critique) ses compagnons de voyage et arrive à sentir leurs sentiments.
- Harry Bailey : 42 ans, vétérinaire, présentateur vedette d’une émission télévisée sur le dressage des chiens. Compare les comportements humains aux comportements canins. Il est le seul à ne pas se faire kidnapper ; au moment du départ de l’expédition, il se remettait de sa soirée trop arrosée suite au ratage de sa troisième tentative de séduction de Marlena (ils y étaient presque arrivés cette fois-ci).
- Marlena Chu : une acheteuse d’art, d’origine asiatique, aimerait bien elle aussi se rapprocher de Harry, mais ne sait pas comment faire pour ne pas froisser sa fille.
- Et sa fille Esmé : 12 ans, veut aller en Birmanie pour sauver les orphelins birmans ; à défaut elle sauvera un petit chien.
- Roxanne Scarangello : une biologiste évolutionniste ; réussit très bien professionnellement, mais a des difficultés de couple avec son mari, de dix ans son cadet, un ancien étudiant à elle, avec qui elle essaie d’avoir un enfant.
- Et son mari Dwight Massey : psychologue behavioriste, travaille comme assistant sur une étude sur la stratégie des écureuils pour cacher leurs noisettes. Il se sent un peu dans l’ombre de sa femme, conteste les décisions de Bennie l’accompagnateur.
- Heidi Stark : la demi-sœur de Roxanne, s’inquiète de tout, est super équipée en anti-moustique et couvertures de survie. Elle est dotée d’une magnifique paire de seins qui séduiront Moff.
- Moff : de son vrai nom Marc Moffett, est un ami de pensionnat de Harry, toujours habillé en short, il possède une bambouseraie (qui lui permettait au départ de cacher sa plantation de cannabis), est divorcé et pas en très bon termes avec son ex-femme.
- Et son fils Rupert : 15 ans, connaît des tours de magie, lit un livre de Stephen King, grimpe partout et a tendance à s’éloigner du groupe.
- Vera Hendricks : proche amie de Bibi, possède un doctorat en sociologie, souvent citée parmi les Cent Femmes noires les plus influentes d’Amérique. Elle est parfois la voix de la raison du groupe.
- l’accompagnateur Bennie Trueba y Cela : remplace Bibi à la dernière minute, fait ce qu’il peut pour guider le groupe, ne manque pas de bonne volonté, mais n’est pas très doué. Il veut toujours faire plaisir et se promet toujours d’acheter beaucoup d’artisanat local.
- Wendy Brookhyser : fille d’une riche organisatrice d’événements, elle va en Birmanie  combattre
pour les droits des birmans, pour la démocratie et la liberté de parole. Elle part avec son amant du mois, mais elle craint qu’il ne l’aime moins qu’elle ne l’aime.
- Et son ami Wyatt Fletcher : possède une gentillesse désintéressée.
- La tribu Karen : une tribu persécutée par la junte birmane ; elle s’est réfugiée dans la jungle, au Lieu Sans Nom. Elle attend la venue du Jeune Frère Blanc qui les protègera contre la junte.

Quelques remarques et réflexions

- En anglais le titre original est Saving fish from drowning, ce qui signifie sauver les poissons de la noyade. Le titre provient d’un proverbe birman. Un pêcheur justifie ses actions parce qu’il veut empêcher les poissons de se noyer, alors il les ramasse dans ses filets, mais il arrive toujours trop tard, comme ils sont morts il va quand même les vendre sur le marché, pour pouvoir acheter plus de filets de pêche, pour essayer de sauver plus de poisson. Une réflexion sur les conséquences de nos actions et de notre bonne volonté. Quelle est la place de notre responsabilité si en essayant de sauver quelqu’un on le tue ? Est-ce qu’il vaut mieux ne rien faire, ou agir tout en sachant que l’on peut être maladroit et faire empirer les choses ?

- Dans la note au lecteur au début du livre, Amy Tan nous raconte comment lui est venue l’idée de ce livre. C’est une histoire vraie dictée par un fantôme à un médium et Amy Tan ne fait que reprendre l’histoire. Au risque d’en décevoir certains, ce n’est bien sûr qu’une mise en scène ; le roman commence dès la note aux lecteurs, il n’y a pas de Bibi Chen, ni de touristes perdus en Birmanie qui ont fait la une des journaux. Le choix d’un narrateur esprit résulte de la volonté d’Amy Tan d’avoir un narrateur omniscient, mais qui a ses propres idées, peut donner son avis et commenter l’action sur ton humoristique si possible.

- Satire du tourisme occidental (parce qu’il n’y a pas que les Américains). Mais pose toujours la question des intentions. Nos touristes veulent bien faire, ils font souvent des gaffes par ignorance.

- Un mélange des genres littéraire dans ce roman : Amy Tan revendique un peu de romance, de mystère, de roman picaresque, de comédie, de réalisme magique, de fable, de mythe, de roman policier, de farce politique… Il y a un peu de tout dans le roman, elle s’est amuséE à faire son puzzle littéraire. Ce qui peut finir par déconcerter ou décevoir un peu.

- Ce n’est pas un livre à proprement parler sur la Birmanie. Mais comme l’action principale se passe dans ce pays, nous pouvons voir certains aspects de la vie birmane et du gouvernement : interdiction des téléphones portables et d'Internet, des militaires partout, la peur de la population, le massacre des opposants, les diplomates qui ne peuvent pas sortir de la capitale…

- Satire et critique des médias et de la télé-réalité : est-ce que ce qui se passe à la télévision est vrai ? Comment faut-il accepter l’information ? Est-ce qu’une émission de télé-réalité reflète la réalité ? La tribu Karen qui vit dans la jungle dans des conditions assez précaires regarde l’émission Survivor.


Mon opinion

Un livre qui fait rire, beaucoup d’humour et d’ironie dans la description des personnages et de leurs relations.
Un livre qui fait grincer des dents dans les descriptions de la situation birmane, qui donne envie de crier et qui nous donne conscience de notre impuissance.
Un livre qui fait réfléchir ; il pose la question des conséquences de nos actions : avec les meilleures intentions du monde, on peut faire du mal. Que peut-on faire pour la Birmanie ?
Un bon moment de lecture, on se laisse prendre par l’histoire.

E.M. AS BIB

birmaniemondediplo.jpgLa Birmanie.
Pour en savoir plus :

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives