Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 21:23

Arundhati Roy
Le Dieu des Petits Riens
Titre original: The God of small Things
Traduction française: Claude Demanuelli
Gallimard
1998


Biographie

        Arundhati Roy est née à Shillong en Inde dans l'état du Meghalaya. Elle passe son enfance à Aymanam dans le Kerala. A 16 ans elle part à Delhi pour ces études, après quelques moments difficiles elle rentre à la Delhi School of Architecture.
        En 1984 elle va entrer dans le monde du cinéma grâce à son mari réalisateur. Elle jouera quelques petits rôles, écrira des scénarios.
    En 1997 paraît son premier roman, en 2000 en France, Le Dieu des petits riens qui obtiendra le Booker Prize et connaîtra un succès mondial.
        Femme engagée, elle a également rédigé des essais pacifistes, The End of Imagination, politique et écologique, The Reincarnation of Rumpelstiltskin. En mars 2002, elle est condamnée par la Cour Suprême indienne pour avoir dénoncé une décision de justice à propos d'un barrage ; c'est une condamnation symbolique. En 2004, Arundhati Roy reçoit le prix Sydney de la Paix pour son engagement.
        Cet engagement se retrouve dans son roman, elle y dénonce en effet les différences entre les classes sociales, elle dénonce certains travers de la société indienne à travers la politique, la religion.

Bibliographie

Roman : Le Dieu des petits riens, 1997
Essais : Le Coût de la vie
The End of Imagination
The Greater Common Good
The Reincarnation of Rumpelstiktskin

Le roman

        Ce roman est construit autour de l'histoire d'une famille en Inde qu'un événement va bouleverser à jamais.
        A travers les deux protagonistes, des faux jumeaux, Estha et Rahel, on remonte le cours de cette histoire. Les faits ne nous sont pas retranscris de manière chronologique mais par association de souvenirs, par petites touches. Au fil des pages nous en apprenons un peu plus sur chacun des personnages. La mère, Ammu, la tante Baby Kochamma, l'oncle Chacko, la cousine Sophie Mol. Tous ont un secret ce qui fait d'eux des personnages complexes et attachants.
        Sans rien dévoiler de l'histoire qui ne peut se raconter, ce serait tout gâcher, on découvre un récit drôle, poétique, émouvant. Roy nous fait voyager dans une Inde traditionnelle observée à travers cette famille. C'est par les jumeaux que toute l'histoire va nous être révélée.
        C'est au retour d'Estha au pays et à ses retrouvailles avec Rahel après 23 longues années de séparation, que l'histoire des souvenirs se construit.
        Le drame n'est jamais énoncé comme tel, on avance par petites touches ce qui entretient le mystère et préserve une certaine poésie dans l'écriture, c'est seulement à la fin que le lecteur découvre l'événement qui a détruit la vie de ces enfants et de leur mère, cette fin n'en est que plus touchante, tragique et si magnifiquement écrite.
On parcourt les pages avec beaucoup de plaisir, le ton est juste, sensible, on voyage entre deux mondes. C'est comme si on était toujours à la frontière entre deux choses : rêve/réalité, amour/haine, vérité dissimulée ou non. Le réalisme magique est très présent mais cela ne gêne pas le lecteur, on n'a pas vraiment idée de la notion de temps, tout est comme confinée, c'est un univers rempli de poésie où finalement rien ne nous étonne car c'est un voyage.
        On pénètre dans la vie des personnages à travers leurs souvenirs, leur vision des évènements, leur passé.
        L'auteur valorise dans son récit les descriptions des situations à travers les couleurs, l'éveil des sens ; ce ne sont pas systématiquement les mots qui parlent le plus, mais les regards, les gestes.
        Elle décrit avec beaucoup de beauté, de poésie le terrible dilemme que les enfants devront affronter : trahir la vérité pour l'amour de leur mère.

        Ce roman est magnifique, on est emporté par l'histoire, les personnages sont attachants, touchants, la poésie et le talent de l'écriture font tout. A lire absolument, vous entrez dans un univers à part où vous n'aurez de repos qu'à la dernière page ; et encore?

Mylène, 2ème année Ed.-Lib.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives