Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2007 4 06 /12 /décembre /2007 20:36
lievre-de-vatanen.jpg
Arto Paasilinna
Le lièvre de Vatanen
Titre original : Jäniksen vuosi, 1975
Traduit en français en  1989
Folio, 203 p.






    Arto Paasilinna est né dans un camion à Kittilä, en Laponie finlandaise, le 20 avril 1942. En plein exode, sa famille fuyant les Allemands est chassée vers la Norvège, puis la Suède et la Laponie finlandaise. Paasilinna (« forteresse de pierre » en finnois) est un nom inventé par son père, qui s’était fâché avec ses parents au point de changer de nom.
    « J’ai connu quatre états différents dans ma prime jeunesse. La fuite est devenue une constante dans mes récits, mais il y a quelque chose de positif dans la fuite, si avant il y a eu combat. »
        Dès l'âge de treize ans, il exerce divers métiers, dont ceux de bûcheron et d'ouvrier agricole. « J’étais un garçon des forêts, travaillant la terre, le bois, la pêche, la chasse, toute cette culture que l’on retrouve dans mes livres. J’ai été flotteur de bois sur les rivières du nord, une sorte d’aristocratie de ces sans-domicile fixe, je suis passé d’un travail physique à journaliste, je suis allé de la forêt à la ville. Journaliste, j’ai écrit des milliers d’articles sérieux, c’est un bon entraînement pour écrire des choses plus intéressantes. »
        En 1962 - 1963, il suit les cours d'enseignement général de l'École supérieure d'éducation populaire de Laponie, puis entre comme stagiaire au quotidien régional Lapin Kansa (Le Peuple lapon).
        Il collabore de 1963 à 1988 à divers journaux et revues littéraires. Également auteur de vingt romans traduits dans de nombreux pays, Arto Paasilinna est scénariste pour le cinéma et la télévision. Il s'intéresse aux arts graphiques et écrit des poèmes.
Figure emblématique de la littérature finlandaise, Arto Paasilinna a remporté depuis quelques années les faveurs d'un public fidèle grâce à une œuvre originale, peuplée de personnages singuliers, mais aussi par un sens de l'humour et de la narration rare.
Depuis la publication du Lièvre de Vatanen, le roman qui l'a véritablement lancé, l'écrivain originaire de Laponie se plaît à envoyer promener ses personnages un peu partout en Finlande, à la manière de vagabonds existentialistes partis en quête du petit rien qui manquait à leur vie : la liberté.
    « Les Finlandais ne sont pas pires que les autres, mais suffisamment mauvais pour que j’aie de quoi écrire jusqu’à la fin de mes jours. »

Bibliographie
Ses romans :
    * Operaatio Finlandia, 1972
    * Paratiisisaaren vangit, 1974
    * Jäniksen vuosi, 1975
    * Onnellinen mies, 1976
    * Isoisää etsimässä, 1977
    * Sotahevonen, 1979
    * Herranen aika, 1980
    * Ulvova mylläri, 1981
    * Kultainen nousukas, 1982
    * Hirtettyjen kettujen metsä, 1983
    * Ukkosenjumalan poika, 1984
    * Parasjalkainen laivanvarustaja, 1985
    * Vapahtaja Surunen, 1986
    * Koikkalainen kaukaa, 1987
    * Suloinen myrkynkeittäjä, 1988
    * Auta armias, 1989
    * Hurmaava joukkoitsemurha, 1990
    * Elämä lyhyt, Rytkönen pitkä, 1991
    * Maailman paras kylä, 1992
    * Aatami ja Eeva, 1993
    * Volomari Volotisen ensimmäinen vaimo ja muuta vanhaa tavaraa, 1994
    * Rovasti Huuskosen petomainen miespalvelija, 1995
    * Lentävä kirvesmies, 1996
    * Tuomiopäivän aurinko nousee, 1997
    * Hirttämättömien lurjusten yrttitarha, 1998
    * Hirnuva maailmanloppu, 1999
    * Ihmiskunnan loppulaukka, 2000
    * Kymmenen riivinrautaa, 2001
    * Liikemies Liljeroosin ilmalaivat, 2003
    * Tohelo suojelusenkeli, 2004
    * Suomalainen kärsäkirja, 2005

Ses romans traduits en français
    * Prisonniers du paradis (Paratiisisaaren vangit, 1974, trad. fr. 1996)
    * Le lièvre de Vatanen (Jäniksen vuosi, 1975, trad. fr. 1989)
    * Un homme heureux – (Onnellinen mies,1976, trad. fr. 2005)
    * Le Meunier hurlant (Ulvova mylläri, 1981, trad. fr. 1991)
    * La Forêt des renards pendus (Hirtettyjen kettujen metsä, 1983, trad. fr. 1994)
    * Le Fils du dieu de l'orage (Ukkosenjumalan poika, 1984, trad. fr. 1993)
    * La Douce Empoisonneuse (Suloinen myrkynkeittäjä, 1988, trad. fr. 2001)
    * Petits suicides entre amis (Hurmaava joukkoitsemurha, 1990, trad. fr. 2003)
    * La Cavale du géomètre (Elämä lyhyt, Rytkönen pitkä, 1991, trad. fr. 1998)
    * Le Bestial serviteur du pasteur Huuskonen – (Rovasti Huuskosen petomainen miespalvelija, 1995, trad. fr. 2007)


        Ses œuvres se caractérisent par leur humour, et le Lièvre de Vatanen ne déroge pas à la règle. Du début à la fin de notre lecture un sourire nous accompagne. Ce livre est une sorte de voyage initiatique à la recherche de liberté que Vatanen entreprend et va poursuivre à travers la Finlande, flanqué d’un lièvre particulier. Celui-là même qui lui a fait ouvrir les yeux sur son statut de prisonnier ; en effet, Vatanen est prisonnier d’une vie dans laquelle il est  malheureux. Heureusement l’arrivée du lièvre va tout changer : pourquoi ne pas tout lâcher ? Partir à l’aventure ? Pour la première fois Vatanen va vivre sa propre aventure, sans suivre le chemin qu’on a tracé pour lui mais voyager sans itinéraire sinon celui qui ses jambes vont tracer.
        Sa disparition ne suscite pas de grand intérêt dans le rang de ses collègues, sa femme n’en parlons pas ! Ou plutôt si, elle lui ordonne de rentrer pour ne pas avoir affaire au scandale que pourrait créer sa disparition, il faut dire qu’elle le déteste cordialement, le trompe et ne veut pas divorcer toujours à cause d’un éventuel scandale. Oui, Vatanen, n’a pas une vie facile, son métier de journaliste l’a déçu et sa vie sentimentale n’est pas fameuse non plus. On peut dire que le lièvre tombe bien, qu’il est le déclic au moment où plus rien de va dans sa vie.
        Il y a trois personnages principaux dans ce livre : Vatanen, journaliste dont la vie inintéressante va peu à peu prendre un sens,  va s’avérer très débrouillard pour un simple journaliste, on va le constater tout au long de son aventure ; il y a le lièvre, bien sûr, personnage énigmatique, qui suit sans jamais faillir Vatanen et qui a de temps en temps
des réactions qui vont aider Vatanen, mais il y a également la Finlande comme personnage principal. Vatanen ne fait pas que se balader en forêt, il traverse la Finlande, partant de Heinola pour arriver en URSS, les villes sont décrites, les paysages aussi, les saisons ; il nous fait voir la Finlande à travers ses animaux également, le lièvre bien sûr mais d’autres font leur apparition.
        Il y a beaucoup de personnages secondaires qu’il rencontre tout au long de son périple, un chauffeur de taxi passionné par les plantes, un vétérinaire, un garde-chasse, des policiers, deux commissaires dont un à la retraite et plutôt particulier, des pompiers, des vaches, une jeune et jolie fermière, un homme qui distille son alcool, un conducteur de bulldozer qui a l’air d’avoir perdu l’esprit, des militaires, un pasteur à la gâchette rapide, un homme qui va s’avérer mort, un vieux bûcheron ivrogne, un corbeau voleur, un instituteur à la religion particulière et s’adonnant au sacrifice d’animaux, des soldats, un ours brun mal luné, une voleuse de lièvre, un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères, un professeur en laboratoire, le secrétaire des Jeunesses nationales, un dentiste, Leila, jeune avocate qui n’est pas qu’avocate, une douzaine d’ivrognes, deux gros chiens pas très sympa, de nouveau l’ours, l’Armée rouge… Il faut dire qu’il va en vivre des aventures !
        Tout commence au retour d’un reportage sur Heinola ; le photographe de Vatanen qui conduit la voiture qui doit les ramener sur Helsinki renverse un lièvre que Vatanen décide de soigner. Le photographe fatigué d’attendre son collègue et après plusieurs sommations repart, laissant le journaliste seul en pleine forêt, en pleine nuit. S’ensuit la révélation sur sa vie ; il décide de s’enfoncer dans les bois.
        Ensuite il part pour Mikkeli où il trouvera le garde-chasse qui lui donne une autorisation spéciale afin de pouvoir garder le lièvre ; entre Kuopio et Nurmes il se fait arrêter par des policiers fort peu dégourdis qui ne savent pas quoi faire de Vatanen, leur commissaire n’étant pas présent. Le commissaire revient et emmène Vatanen à sa partie de pêche ; là, il rencontre le commissaire à la retraite, celui-là même qui est très particulier et qui a une théorie intéressante sur le président Kekkonen. Il y aurait une manipulation de l'Etat finlandais qui consisterait à avoir remplacé Kekkonen par un sosie, cette manœuvre visant à cacher la mort de Kekkonen, afin de ne pas déstabiliser le pays. Cette conspiration ferait en réalité référence aux dernières années du mandat de Kekkonen durant lesquelles sa maladie était cachée aux Finlandais.
        Lors d’un incendie de forêt, il se porte volontaire et part lutter contre les flammes ; c’est là qu’il rencontre l’homme qui distille son alcool et le fou sur son bulldozer. Il arrive à Kuhmo où il obtient un travail de débroussailleur et dort sous une tente. Lorsque son travail est fini, il rentre en ville et c’est à ce moment-là qu’il rencontre l’homme mort. Il trouve un travail de défricheur à Posio; il habite alors dans un abri en forêt mais il y trouve un corbeau voleur de nourriture ; entre Posio et Sodankyla, il y a Sampio où il va réparer une cabane : les Gorges-Pantelantes. Il va y rencontrer Kaartinen, l’instituteur à la religion particulière, un ours, une voleuse de lapin, des militaires et même prendre un hélicoptère pour s’échapper d’un nouvel incendie. Il se retrouve donc à Sodankyla mais son lièvre a l’air d’aller mal, il prend un taxi jusqu’à Rovaniemi pour y rejoindre l’aéroport et rentrer sur Helsinki où un laboratoire pourrait aider le lièvre. Une fois que le lièvre va mieux, il se passe une période un peu floue dans la vie de Vatanen aux alentours de Turku, il décide de retourner aux Gorges-Pantelantes mais il se fait attaquer par l’ours ; alors il décide de la poursuivre, c’est comme cela qu’il traverse la frontière une nuit où la neige tombe fort : il arrive à Kandalaksa (URSS) où il réussit à abattre l’ours mais il se fait arrêter par l’Armée rouge, qui le conduit jusqu’à Leningrad et le renverra alors à Helsinki.

        Vatanen va trouver sa liberté mais à quel prix ? La fin de l’histoire n’est peut-être pas celle qu’on imaginait…

        Le lièvre de Vatanen est une histoire particulière, poétique, humoristique ; c’est peut-être en ça que l’on peut dire que c’est du réalisme magique. De plus à travers tous ses périples tout le monde s’extasie devant le lièvre, ne semblant pas trouver incongru qu’un homme se balade avec un animal sauvage. Les personnages n’ont pas de pouvoirs magiques à proprement parler mais la conjugaison de tous les éléments rendent ce livre quelque peu magique.
        Son livre est qualifié plusieurs fois de roman d’humour écologique. De l’humour, de la nature, une quête, des personnages farfelus, une autodérision de la vie finlandaise… Paasilinna se moque souvent des autorités finlandaises dans ce livre. Bref tout pour faire un roman agréable à lire où les pages se tournent facilement, le sourire aux lèvres et cette question existentielle qui se pose à chaque fois : mais que va-t-il encore lui arriver ?

        Le lièvre de Vatanen a été l’objet de deux adaptations au cinéma, une en 1977 de Risto Jarva et une autre plus récente de Marc Rivière en 2006 avec Christophe Lambert comme Vatanen ; l’histoire est transposée au Canada.

Jennifer B. AS Ed. Lib.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives