Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 17:41
lievre-de-vatanen.jpg
Arto PAASILINNA
Le L
ièvre de Vatanen
 traduit du finnois par Anne Colin du Terrail
Paris : Editions Denoël, 1989 ,collection Folio


Biographie de l'auteur

    Arto Paasilinna est un écrivain finlandais, de langue finnoise, né le 20 avril 1942 à Kittila en Laponie finlandaise. Successivement bûcheron, ouvrier agricole, journaliste et poète, il est l'auteur de nombreux romans et nouvelles qui ont été traduits en plus de 20 langues, dont Petits suicides entre amis. Il écrit aussi pour le cinéma, la radio et la télévision.
    « J'ai connu quatre état différents dans ma prime jeunesse. La fuite est devenue une constante dans mes récits, mais il y a quelque chose de positif dans la fuite, si avant il y a eu combat. »
    Le lièvre de Vatanen, écrit en 1975 est un roman culte dans les pays nordiques, et son auteur est souvent présenté comme l'inventeur du « roman d'humour écologique ».
Illustrant parfaitement la réflexion de l'auteur sur son écriture, ce récit est avant tout celui d'une fuite relatée en 24 chapitres qui mettent en scène un personnage principal , Vatanen, journaliste à Helsinki, et son étrange acolyte, un lièvre sauvage.

L'histoire

    L'histoire débute par un banal accident sur une route déserte de la campagne finlandaise. Vatanen , journaliste à Helsinki est en voiture avec un « ami », en fait un collègue photographe qu'il supporte difficilement , quand brusquement leur voiture renverse un lièvre.
    Vatanen sort du véhicule et s'enfonce dans la forêt pour s'enquérir du lièvre.
En quittant cette voiture et en laissant son « ami », dès le départ, le journaliste fait le choix de fuir un certain mode de vie misérable d'hypocrisie et ennuyeux, un certain milieu à l'intellectualisme vain et cynique. Ainsi il abandonne/fuit, son travail, sa femme, son bateau, tout ce qui le rattache à la société avant de rencontrer ce lièvre blessé. Passe d'un univers « intellectuel » et « civilisé » à un univers plus physique et moins policé. La narration, effectuée à la troisième personne du singulier, va à partir de ce moment relater les aventures cocasses et absurdes de Vatanen qui, durant son étrange périple, parcourt toute la Finlande et même la Russie, mais surtout, il rencontre des personnages étranges, presque caricaturaux, souvent définis par un trait de caractère, une manie, ou une obsession, et des animaux espiègles et/ou dangereux mais bien souvent nobles.

    Cette œuvre , traversée par un humour corrosif et déstabilisant parfois, n'est pas à confondre avec un récit initiatique. C'est en fait une succession de scènes loufoques, et étranges révélant l'absurdité et l'arrogance des hommes entre eux et face à une nature multiple, dangereuse et bienveillante à la fois, indomptable malgré tout : c'est l'autre grand personnage principal de l'œuvre sans pour autant qu'elle soit sujette à anthropomorphisation de la part de l'auteur. Il y est également question d'aventures. Ainsi, durant un incendie de forêt, Vatanen débarde des radeaux, distille de l'eau de vie en douce, retape des cabanes à sauna, prend plusieurs cuites et se lance à la poursuite d'un ours : toutes ces histoires jalonnent agréablement ce parcours sans queue ni tête, autres que celles du lièvre.

Particularités

    Le livre, facile à lire, se distingue par la succession de situations grotesques ou burlesques, à l'humour grinçant et sarcastique, égratignant les conventions sociales, les structures traditionnelles (mariage, religion, armée). L'obsession de l'information et ses dérives (le commissaire et son étude sur le président), le sensationnel et la perversité de la célébrité (chasse à l'ours pathétique à la fin de laquelle le lièvre accède au statut de célébrité).
    Les caractères des personnages que rencontre Vatanen sont développés à grands traits, par la mention d'une ou deux particularités ou obsessions (ex : le commissaire Hannikainen et son « étude » sur le président de la république Urho Kekkonen). De ce fait ils sont peu attachants car finalement peu décrits, peu analysés.

Thèmes abordés

L'absurdité de la société

    Les personnages sont ridicules, un peu fêlés, parfois impulsifs, violents (ex : l'instituteur à la recherche de la vraie religion finnoise passant par le sacrifice d'un lièvre sauvage), et mesquins (la femme de Vatanen) mais parfois ils débordent à nouveau d'humanité au contact de ce journaliste en cavale et de son lièvre.

Solitude

Un luxe à conquérir ; Vatanen doit déjouer les manipulations de sa femme, de ses collègues pour « l'attraper » et le ramener à la vraie vie ( journaliste, urbain stressé, etc.)

L'aventure

L'incendie de la forêt
Distiller de l'eau de vie en douce
Retaper une cabane et un sauna
Gagner de l'argent en démontant et fondant du matériel militaire

Monde animal
Histoire de l'ours qui vendra chèrement sa peau.
Histoire du corbeau pillard et glouton.


Tentative d'une symbolique animale.

Corbeau
    Dans la croyance populaire, le corbeau est un voleur ; c'est aussi le symbole de la solitude, et de la retraite volontaire.

Ours :
    Chez les celtes, le mot ours se dit (artos), qui a donné Arthur (de artoris) ; il représente la puissance, la force primitive. Associé à la lune, l'Ours symbolise l'intuition, l'instinct et la force aussi, il symbolise l'inconscient chtonien ; il est lunaire et nocturne et révèle des paysages internes de la Terre Mère. Chez certains peuples d'Amérique du Nord, sa chasse est interdite pour les femmes, et celles-ci sont l'objet de plusieurs tabous vis-à-vis de l'ours.
    En Sibérie et en Alaska, parce qu'il hiberne, l'Ours est lié à la Lune et au cycle végétal (il disparaît à l'approche de l'hiver et revient avec le printemps).

Le lièvre
Associé à la lune et symbole de la fécondité dans la tradition païenne.

CONCLUSION

    Ce livre est très populaire en Finlande mais j'avoue ne pas partager cet engouement, certains passages m'ont fait sourire mais dans l'ensemble l'œuvre m'a laissée plus ou moins indifférente, peut être à cause du style littéraire qui manquait parfois de piquant bien que les situations elles soient assez relevées ! Cela dit, malgré ce jugement personnel peu encourageant, cette œuvre a connu un tel succès qu'elle fit l'objet de deux adaptations cinématographiques, une en 1977 par Risto Jarva et une autre par Marc Rivière en 2006.

Alix, A.S. BIB

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives