Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 20:49
nouvelles-new-yorkaises-copie-1.jpg
Francis Scott FITZEGARLD
Henry MILLER
Jerome CHARYN
New York Stories
Nouvelles new-yorkaises
Traduit de l’américain par Suzanne Mayoux, Henry Fluchère et Anne Rabinovitch
Préface de Gérard-Georges Lemaire
Paris, Ed. Gallimard, Folio bilingue, 2007, 167p.





    Une page anglaise, une page française, tel est le principe du Folio Bilingue que l’on retrouve dans ce recueil de nouvelles de trois auteurs américains. Trois auteurs, trois époques, trois visions de New York… Fitzgerald, c’est le New York des années 1920, le New York riche, festif mais culturellement dépassé par l’Europe. Miller dépeint un Brooklyn intemporel, au-delà du temps. La nouvelle de Charyn, dont l’action se déroule entre Broadway et le Bronx, se passe durant la Seconde Guerre mondiale. Cependant on retrouve dans ces nouvelles les thèmes récurrents du désir de s’échapper, de fuir, de voyager… Elles incarnent le passage à l’âge adulte, la maturité, la nostalgie. Partout on trouvera des parallélismes entre beauté et laideur.

Francis Scott Fitzgerald
Rags Martin-Jones and the Prince of Wales
Rags Martin-Jones et le prince de Galles


    Dès sa première apparition, l’héroïne, Rags Martin Jones est décrite par Fitzgerald comme étant « quelque chose qui aurait pu être un somptueux tas de renards argentés », elle est « mi-fille, mi-fleur » sa bouche est une « petite rose insolente ».  A son image son porte-monnaie est « tout plein de beauté, d’argent et de jeunesse ».  Mais la beauté et l’argent de Rags ne suffisent pas à la contenter. A travers ce personnage l’auteur emploie un ton cynique car son héroïne n’est qu’une milliardaire blasée à la beauté exceptionnelle. Capricieuse et bornée, elle fait souffrir l’homme qui l’aime et qui fera tout pour la surprendre…


Henry Miller
The Fourteenth Ward
Le 14ème District


    Au départ ancrée dans la réalité, cette nouvelle décrit un Brooklyn où les personnes sont naturelles ; emplies de réalité, elles ont leurs faiblesses. Cette nouvelle est à la fois le récit d’un souvenir et une réflexion poétique sur ce district. Miller y dépeint à petites touches, à la manière d’un impressionniste, la saleté, la laideur, la violence, l’amour et les faiblesses humaines, le port, les bateaux et les rêves d’évasions. Le récit renvoie au passage de l’enfance à la vie adulte. Il parle de l’ivresse, des femmes ; tous les sens y sont stimulés et valorisés.
    A la manière de Baudelaire dans ses Petits Poèmes en prose (Le Spleen de Paris), il transforme ce qui n’est a priori rien de beau, des choses banales, anti-poétiques. Il parvient à en tirer la Beauté en les décrivant de manière poétique. Un passage s’éternise sur les « grosses lèvres lippues et le mince de filet de salive qui se tendait comme un élastique à mesure qu’il prononçait le mot ». « Il » c’est en l’occurrence le « Juif » à qui appartiennent ces « lèvres épaisses » dont sort « le mot » : Dostoïevski. Mot qu’il entend pour la première fois, mot qui « vibra et s’étendit, mince pellicule iridescente de salive où vient se jouer tout l’or du crépuscule ».
     Longue description de la vie à Brooklyn et du district en lui-même, ce récit de Miller est un hymne aux choses simples de la vie, aux souvenirs, à la littérature et assurément à Brooklyn.

Jerome Charyn
Sing, Shaindele, Sing
Chante, Shaindele, chante


    Cette nouvelle de Charyn, renvoie à la thématique récurrente de la culpabilité judaïque et au rapport difficile et conflictuel entre un père et son enfant. Il règne dans ce texte un débat important sur la poitrine grandissante de l’héroïne, Shaindele. A partir du moment où elle cesse de dissimuler ses seins, sa vie change. Shaindele devient une femme, fume, flirte, provoque du désir chez les hommes. Ce n’est pas que sa vie qui change, c’est celle de son père et des personnes qui l’entourent dans ce passage à la vie adulte…

Elisa, 1ère année Ed-Lib.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives