Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2008 6 08 /03 /mars /2008 22:12

connelly-egouts.jpeg.jpg
Michael Connelly, 
Les Égouts de Los Angeles
Traduit de l’américain par Jean Esch
Titre original : The Black Echo
Folio, 1992









L’auteur :

Connelly.jpeg
     Michael Connelly est né en 1957 à Philadelphie. A l’université de Floride, il entame tout d’abord des études d’entrepreneur en bâtiment, comme son père, puis se tourne vers la littérature après avoir découvert les œuvres de Raymond Chandler.


     A partir de 1980, son diplôme de journalisme en poche, il travaille comme reporter à Daytona Beach et à Fort Lauderdale où il est chargé des comptes rendus des procès et du suivi des affaires criminelles : ces expériences vont ainsi nourrir chacun de ses romans.


     A 30 ans, il quitte la Floride pour une ville qui le fascine, celle du crime : Los Angeles, où il travaille pour le Los Angeles Times.


     Son premier roman, Les Égouts de Los Angeles, paraît en 1992 et avec lui naît le personnage de Harry Bosch, auquel il a consacré jusqu’à aujourd’hui 9 de ses romans.


     Il mène de front sa carrière d’écrivain et celle de journaliste : il obtiendra d’ailleurs en 1992 le prix Pulitzer pour plusieurs articles consacrés aux émeutes de Los Angeles.


     Le succès de ses romans grandissant, il décide en 1994 de se consacrer exclusivement à l’écriture.


     A ce jour, Michael Connelly est l’auteur de 19 romans, les droits de certains ayant même été achetés afin d’être adaptés au cinéma comme l’a été Créance de Sang par Clint Eastwood en 2002.


L’histoire :


     Le roman commence par la découverte d’un cadavre dans les canalisations de Los Angeles. Alors que tout porte à croire qu’il s’agit d’un drogué s’étant injecté la dose fatale, le policier chargé de l’enquête, Harry Bosch, soupçonne autre chose et ses doutes se confirment d’autant plus qu’il reconnaît le corps : la victime est un ancien compagnon d’armes de la guerre du Vietnam. En effet, tous les deux étaient des rats de tunnels, c’est-à-dire qu’ils arpentaient les galeries souterraines creusées par les Vietcongs pour les " nettoyer ", le terme Black Echo (écho noire) désignant alors les ténèbres infernales des réseaux souterrains..


     Harry Bosch mène donc l’enquête et très vite il établit un lien entre la victime et le cambriolage d’une banque qui s‘est déroulé l‘année précédente et dont les auteurs n’ont toujours pas été arrêtés.


Les personnages :


     Le personnage principal est donc Harry Bosch, inspecteur de police : il présente les caractéristiques de la figure du privé des romans noirs : dur, solitaire, déterminé et désabusé. Fort d’une expérience de 15 ans qui l‘a conduit à résoudre de nombreuses affaires criminelles, Harry Bosch ne supporte pas l’autorité, ce qui lui vaut d’être filé par les Affaires Internes qui veulent à tout prix le faire tomber. Hanté par son passé, Harry Bosch a grandi, après le meurtre de sa mère, entre foyers de jeunes et familles adoptives . Flic rebelle et homme blessé, il possède donc de nombreuses zones d’ombre et n’hésite pas à franchir les limites pour mener à bien son enquête (écoutes illégales,filatures…).


     Comme dans tout bon polar, il y a une femme…mais peut-il lui faire confiance ? Le lecteur ne le découvre qu’à la toute fin du roman.


     Les personnages ne sont donc pas manichéens : les " bons " ont leurs côtés obscurs et les " méchants " ont une certaine humanité.


La Ville :


     Ville du crime par excellence, elle tient une grande place dans le roman à travers de nombreuses descriptions. L’enquête conduit le lecteur dans ses rues : Mulholland, Rodeo Drive, Hollywood, Sepulvuda…


     Harry Bosch est fasciné par la ville et ses nombreuses contemplations nous donnent la mesure de l’ambivalence de ses sentiments à son égard : " ville fantôme ",artificielle et polluée mais aussi ville sans cesse en mouvement ; la juxtaposition de ce caractère ultra urbain avec des paysages naturels parfois encore sauvages, parcourus par les coyotes, fait toute la richesse et la complexité de cette ville.


L’intrigue :


     Elle se met très vite, voire immédiatement, en place, servie d’ailleurs par la construction du roman en huit journées, jalonnées de flash-back dans les tunnels vietnamiens. Le rythme, rapide et soutenu, tient le lecteur en haleine jusqu’à la fin du roman.


     Par ailleurs, toutes les questions soulevées par Harry Bosch ne trouvent pas nécessairement de réponse, tout n’est pas résolu.


Mon opinion :


     Les égouts de Los Angeles


     Pour les adeptes de suspense et de thriller, Michael Connelly est aussi l’auteur du captivant Le Poète.


Pour en savoir plus :

est un excellent roman policier, notamment grâce au rythme de l’intrigue et au personnage de Harry Bosch, dont on retrouve avec plaisir la suite des aventures dans La glace noire, paru en 1993, où Harry Bosch enquête sur la mort d’un collègue et un trafic de drogue.

www.michaelconnelly.com

www.michaelconnelly.free.fr


Céline, 1ére année ED/LIB

Partager cet article

Repost 0
Published by Céline - dans polar - thriller
commenter cet article

commentaires

Tietie007 16/11/2008 21:39

Un roman que j'ai lu il y a quelques années, maintenant !

Recherche

Archives