Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2008 7 09 /03 /mars /2008 15:08

Fiches de Marine et  Lucie

 

1. Fiche de Marine

undefined
Henry Rider HAGGARD
Elle, 1887,
éditions Terre de Brume, 2006,
collection Terres mystérieuses
367 pages.















haggardShe.jpeg.jpg

Si certains romans rencontrent un succès immédiat et ne cessent d’être lus depuis leur publication, ce n’est pas vraiment le cas pour les livres d’Henry Rider Haggard : succès de la fin du XIXe siècle, ils sont aujourd’hui peu ou pas connus… Pourtant, Henry Rider Haggard explore avec talent le thème du roman d’aventures, nous y invitant d’une manière peu ordinaire : il se fait pour cela l’éditeur d’un récit de voyage, comme il nous l’explique dans l’introduction (qu’il ne faut surtout pas négliger sous prétexte que c’est une introduction !).

Cela montre combien l’auteur veut nous plonger dans son histoire, allant même jusqu’à ajouter lui-même des notes, au nom du pseudo-éditeur, ce qui lui permet de donner des précisions et de rectifier parfois ce que dit le narrateur. Malgré ce souci d’offrir les données les plus justes possibles – précisions géographiques, scientifiques… – on n’en reste pas moins dans une aventure de fiction. En effet, on se détache très vite de la réalité, lorsque les personnages acceptent sans trop d’hésitations l’existence d’une femme ayant vécu plus de deux mille ans, dans l’attente du retour de son amant. Elle, ou encore Ayesha, ne possède pas seulement la vie éternelle, elle est également d’une extraordinaire beauté, tellement fascinante qu’Elle reste voilée la plupart du temps…

she.jpeg

Le point de départ de ce roman est la découverte d’un fragment de poterie, qui a été légué à Léo Vincey par son père, mort alors que Léo était très jeune. Ayant déchiffré ce tesson, Léo va s’engager sans hésitation dans l’aventure, accompagné de son tuteur, Ludwig Horace Holly, qui raconte leur histoire. Léo part dans l’idée de trouver la mystérieuse Elle dont parle le fragment de poterie, et Holly le suit sans trop y croire, mais avec l’intention de profiter des parties de chasse, puisqu’ils vont en Afrique. Leur domestique, Job, est également engagé de l’aventure ; il peut représenter la société britannique du XIXe siècle, gardant toujours les habitudes qu’il avait en Angleterre, malgré leur voyage qui les emmène dans des contrées inconnues.

Très vite, les personnages perdent tout contact avec la société qu’ils connaissaient, ayant l’impression d’avoir quitté leur monde depuis très longtemps, alors que cela fait seulement trois semaines qu’ils sont partis, comme Holly en fait la constatation lui-même.

Finalement, cette Elle si mystérieuse, Celle-qui-doit-être-obéie, que l’on attend depuis qu’on a vu la couverture du livre, va faire son apparition. Mais il faut tout de même passer plus de deux cents pages avant qu’Elle soit réellement présente. Et c’est là qu’on ne peut qu’admirer l’adresse d’Henry Rider Haggard : depuis le début du roman, il n’est question que d’Elle, mais il réussit à nous faire patienter durant tout ce temps pour enfin la rencontrer… Et arrive ce qui devait arriver : Ayesha reconnaît en Léo l’homme qu’elle aime, qu’elle avait tué par dépit et qu’elle attend depuis si longtemps. Elle veut l’emmener se baigner à la source de vie, comme elle l’avait fait, pour qu’il devienne immortel et gouverne le monde avec elle…

she02.jpeg

Ce roman d’aventure nous entraîne dans un monde où la distinction entre la réalité et la fiction s’estompe, mais qu’importe ! On retrouve avec plaisir l’aventure telle qu’on l’avait laissée dans les livres pour enfants… Et c’est tant mieux !

Marine, Ed. 2A


2. Fiche de Lucie 

haggard.jpeg

She (Elle–qui–doit–être–obéie)
est un de ses livres les plus connus, avec les Mines du Roi Salomon (que vous pouvez télécharger au format PDF sur Gallica). Il est difficile de se procurer ses livres. Les éditions Terre de Brume vient juste de rééditer les Mines du Roi Salomon et She. She est le premier tome d'un cycle, appelé Ayesha, qui comprend 4 tomes.

 

L'histoire :

 

Cambridge, années 1880.

L'histoire commence par l'héritage d'une boîte en fer par Horace Holly, un linguiste britannique. En plus de cette boîte, il reçoit la tutelle d'une petit garçon, Léo Vincey. Et cette boîte ne pourra être ouverte que le jour des 25 ans de Léo. Le jour venu, une tesson de poterie, couvert d'inscriptions remontant à l'antiquité, est découvert dans la boîte. En les déchiffrant, Léo apprend que son aïeule, une princesse d'Egypte, charge ses descendants, lui compris, de la venger pour la mort de son mari, Kallikrates, tué par une Reine magicienne.

Ils vont donc se lancer dans cette quête, pour connaître la vérité. Cette aventure les mène dans l'actuelle Tanzanie, dans le royaume interdit de Celle-qui-doit-être-obéie, par-delà d'infranchissables marais...

Ils vont rencontrer la reine Ayesha, qui s'est rendue immortelle en se baignant dans une colonne de feu censée être la source de vie. C'est une créature d'une grande beauté, prototype de la figure de la femme toute–puissante. Les voyageurs vont découvrir qu'Ayesha attend depuis deux mille ans la réincarnation de son amant Kallikrates, qu'elle a tué au cours d'une crise de jalousie. Elle croit voir en Leo Vincey la réincarnation de Kallikrates…

 

Roman d'aventure, fantastique et mondes perdus :

 L'un des traits fondamentaux du roman d'aventures est le dépaysement, mais ce dépaysement n'intervient que par le biais du fantastique. Ce fantastique intervient dans de nombreuses œuvres du genre par le biais du thème des " mondes perdus ". Ces oeuvres s'appuient sur des hypothèses scientifiques (le chaînon manquant, par exemple) pour développer des récits de fantaisie.

Définition d'Alain-Michel Boyer des "Mondes perdus" dans l'ouvrage collectif qui porte le même nom :

 

"Quelque part sur le globe, en un lieu retiré, isolé du monde moderne et du reste de l'humanité, dans une enclave préservée de l'histoire, au bout d'un étroit défilé que barrent de hautes parois rocheuses, un groupe d'hommes et de femmes vit sa vie propre, dans l'ignorance la plus totale de ce qui est advenu ailleurs : cette communauté est un rameau détaché de civilisations occidentales disparues ou un isolat échappé à l'anéantissement et situé à un stade antérieur de l'évolution".

 

Rider Haggard reprend ce schéma, mais a choisi spécifiquement dans ce livre de parler des races perdues, d'une civilisation dans ce livre plutôt antique. Des auteurs plus tardifs comme Lovecraft, imagineront des races perdues radicalement différentes : hommes-poissons, etc. en se tournant davantage vers la science fiction. Dans un sens donc, Haggard est un des pères de la science fiction et de la fantasy actuelle.

 

L'auteur et son œuvre

 

Henry Rider Haggard fait partie de ces auteurs de romans d'aventures les plus controversés: beaucoup de critiques dénoncent le racisme de ses récits, la vision impérialiste qui se dégage de ses œuvres. Il lui est reproché également son goût pour la barbarie et la violence dans ses récits. Le monde sauvage rencontré par les personnages permet de satisfaire leurs instincts de chasseurs et de façon cachée leur recherche de puissance infinie : on voit qu'Ayesha tente les héros en leur proposant de régner sur le monde et en voulant les rendre immortels.

Mais outre cette vision, il y une grande puissance de l'imaginaire dans ses œuvres. L'auteur maîtrise parfaitement le genre de la littérature d'évasion.

On sait qu'Haggard fait une distinction entre les peuples… Ainsi, des peuples et des hommes sont faits pour commander, d'autres pour obéir (on reconnaît ici l'idée du colonialisme) : on retrouve cette idéologie dans l'histoire à travers le mépris qu'a Ayesha pour le peuple primitif qui vit autour d'elle, et l'admiration pour celui qui l'a précédée.

Mais même si ses œuvres sont pleines de préjugés de l'époque, elles témoignent quand même d'une grande sympathie envers les populations locales. Les Africains jouent fréquemment des rôles héroïques dans ses livres, même si les protagonistes sont habituellement des Européens.

 

Bien que Haggard ne soit plus aussi populaire qu'à son époque, certains de ses personnages ont eu un impact durable au XXe siècle. Ayesha a été citée par Sigmund Freud dans L'Interprétation des rêves. Haggard a aussi exercé une influence dans les domaines de la science-fiction et de la fantasy littéraire, notamment à travers Edgar Rice Burroughs. Allan Quatermain, le héros des Mines du Roi Salomon, a été identifié comme l'un des modèles au personnage d'Indiana Jones dans le film Les Aventuriers de l'arche perdue (de Steven Spielberg et George Lucas).

 

Lucie, 2ème année Bib

Partager cet article

Repost 0
Published by marine et lucie - dans Mondes perdus
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives