Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 07:44

Itinéraire de Nicolas BOUVIER

"Si on ne laisse pas au voyage le droit de nous détruire un peu, autant rester chez soi."

    Nicolas-bouvier_1-copie-1.jpg

      Né en 1929 près de Genève, Nicolas Bouvier grandit avec les livres de Jules Verne, Robert Louis Stevenson, Fenimore Cooper qui nourrissent son goût précoce pour la découverte de l’ailleurs ; il effectue dès l’adolescence des escapades en solitaire, notamment en Laponie, au Sahara, en Anatolie. En 1953, Nicolas Bouvier part avec son ami le peintre Thierry Vernet pour courir la planète jusqu’aux Indes à bord d’une Fiat Topolino. Yougoslavie, Turquie, Iran, Pakistan, Afghanistan, Nicolas Bouvier nous donne à voir des maisons, des femmes, des oignons, des ânes : une version positive de la route. Il continue sa route vers l’Orient en solitaire (son voyage durera trois ans), atteint finalement le Japon (Japon, 1967, refondu en Chronique japonaise, 1973). Mais c’est le Poisson-Scorpion (1981), compte-rendu du séjour à Ceylan d’un voyageur miné par les maladies, qui lui apporte la célébrité et le prix Schiller. 

NICOLABOUVIER007.jpeg.jpg

Avec Journal d’Aran et d’autres lieux (1990), Nicolas Bouvier tente de percer les subtils mystères d’une île irlandaise en hiver, mais aussi ceux d’une ville chinoise ou d’un volcan coréen. 

nicolasbouvier006.jpeg.jpg

     Il est également auteur de poèmes, le Dehors et le Dedans (1982). L’écrivain s’est aussi fait journaliste, photographe, puis iconographe (Les Boissonnas. Une dynastie de photographes, 1983 ; L’Art populaire en Suisse, 1991 ; Entre errance et éternité. Regards sur les montagnes du monde, 1998). 

nicolasbouvier001-copie-2.jpeg

Bien avant la plupart des Anglo-Saxons, Nicolas Bouvier a été l’un des premiers Travel Writers (écrivain voyageur). Il a hissé le récit de voyage au rang d’œuvre littéraire ; le récit pur est mêlé de méditations aussi bien sur le voyage que sur l’écriture. 

"
En route le mieux c’est de se perdre…lorsqu’on s’égare, les projets font place aux surprises et c’est alors et alors seulement que le voyage commence… " 
Extrait de l’Usage du monde, un livre qui a mis sur la route tant de voyageurs. 

Charline, Bib 2A

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives