Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 21:01


Sébastien DOUBINSKY
Les fantômes du soir
Editions Le cherche midi
Paru le 07 février 2008
13 €

 

 

















     Une couverture alléchante - une nuit de pleine lune, trois livres ouverts qui s'envolent... ou qui arrivent par les airs - et un titre mystérieusement évocateur Les fantômes du soir, pour un roman qui attise la curiosité du lecteur tout au long de sa lecture.

 


     Sébastien Doubinsky est né à Paris en 1963. Il a vécu une partie de son enfance aux Etats-Unis et a passé sept ans au Danemark, enseignant la littérature française à l'université d'Aarhus. Auteur d'une thèse sur Blaise Cendrars, il signe ici son dixième roman.




     Le héros de ce roman est Paul Rubinstein, un écrivain de cinquante-deux ans. Jusqu'alors méconnu du grand public malgré ses douze romans publiés, il figure pour la première fois sur la liste du Goncourt.

     Malheureusement, sa première télévision tourne au fiasco et lorsqu'il rentre chez lui, un deuxième événement de taille vient bouleverser sa vie. Les auteurs défunts Henry Miller, Lawrence Durrell et Blaise Cendrars se trouvent réunis dans son salon et l'attendent pour trinquer.

     Est-il mort? Est-il fou? En proie à la plus grande stupeur, l'écrivain s'imagine que sa dernière heure est arrivée, que ces trois convives de l'au-delà sont venus le chercher.

     Plongé dans un profond désarroi, Doubinsky promène ses doutes dans Paris et cultive son désenchantement d'auteur avec l'alcool et d'importantes remises en questions. La rencontre du succès poursuivi pendant tant d'années signifie-t-elle que l'idéalisme et la liberté qui caractérisaient sa jeunesse ont été perdus ?

     Ni trop léger ni trop grave, le récit du vague-à-l'âme de l'auteur et de son appréhension du succès crée l'atmosphère d'un suspense. Que se passera-t-il entre Rubinstein et les trois fantômes illustres ? Quelles conversations ? Quelles questions ? Quelles révélations ?

     Il n'est pas certain que le livre ne laisse pas le lecteur sur sa faim, mais ne serait-ce pas là son plus grand mérite ? Convoquer ces grands auteurs du vingtième siècle disparus et faire naître ou renaître une familiarité entre le lecteur et eux, permettre de nouer une relation à poursuivre au travers d'autres textes.

    Nul doute, ce roman renvoie à d'autres romans. Les oeuvres de Miller, Durrell et Cendrars devraient trouver de nouveaux lecteurs après que ces derniers ont refermé ce livre.

Sarah, A.S. Bib. 

Sébastien Doubinsk a une page myspace à l'adresse suivante : http://www.myspace.com/sebdoubinsky

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives