Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2008 7 31 /08 /août /2008 18:15





Vénus KHOURY GHATA

La maison aux orties
Editions Actes Sud,
collection Babel, mars 2008

























Ce livre n’est pas une histoire.

C’est un poème nostalgique au rire fin qui en appelle à nos sens stimulés par une langue riche, musicale et colorée. Finalement ce livre est aussi une histoire qui se souvient de l’histoire, intime,  furtive, imperceptible qui fit de Vénus Khoury Gata un écrivain et  une poétesse. Libanaise d’origine l’auteur, dont la langue maternelle est l’arabe,  cisèle le français pour faire de ce roman autobiographique un chant poétique où l’image et la couleur s’orchestrent avec le son. La maison, ce sont tous ces êtres défunts et aimés, certains plus que d’autres, la mère, le frère, le mari, l’amant, chacun ayant à sa façon un peu construit l’auteur, et de ce fait demeurant  présents quand bien même ils ne sont plus de ce monde. Un roman court mais intense que cette Maison aux orties où les morts répondent à la plume qui les écrit. Des disparus parfois caustiques, souvent sympathiques et une écriture qui éveille l’ouïe, la vue et l’âme. A déguster simplement.

Alix, Année Spéciale Bibliothèques-Médiathèques

Quelques Liens


Vénus Khoury Ghata, sur Poézibao (« Le Journal permanent de la poésie » de Florence Trocmé).
Vénus Khoury Ghata et Leila Marouane dans Le Monde Diplomatique (« Drames familiaux », article de Rita Sabah, juillet 2005)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives