Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 16:16
Jeudi 16 octobre 2008
Ouverture du Festival « Ritournelles », à Bordeaux
Soirée inaugurale à la Librairie MOLLAT, avec les écrivains
Tiphaine SAMOYAULT et Hubert LUCOT






















« La littérature sous l’influence de l’art contemporain »
Rencontre et lectures avec les deux auteurs invités, en présence de Catherine Flohic, des Editions ARGOL.

Cette soirée, organisée par l’Association « Permanences de la littérature », sous la direction de Monsieur Didier ARNAUDIE et de Mme Marie-Laure PICOT, directrice du Festival « Ritournelles », s’inscrit dans un cycle de conférences et de manifestations littéraires et artistiques qui se déroule du 16 au 24 octobre 2008, dans différents lieux bordelais.


Pour sa 9eme édition, ce festival nous convie à la rencontre d’une écriture contemporaine innovante, dont l’intérêt repose sur la lecture croisée du travail de différents auteurs et d’artistes plasticiens ou musiciens.


Pour ce premier soir, c’est à la Librairie Mollat que s’est tenue la première conférence avec Tiphaine SAMOYAULT et Hubert LUCOT, deux écrivains travaillant avec les Editions Argol.

En invitant ces deux personnalités à nous présenter  leurs dernières œuvres respectives, à savoir La main négative - pour Tiphaine SAMOYAULT - et Le noir et le bleu, - pour Hubert LUCOT - , cette rencontre nous propose de questionner la dimension fondamentale du rapport au temps, que leur écriture entretient avec une démarche artistique.

Ce sont, en l’occurrence, les pratiques de deux plasticiens de l’époque contemporaine, Louise BOURGEOIS et Paul CEZANNE, qui sont mises en valeur dans cette conférence. La première, pour la proximité que Tiphaine SAMOYAULT ressent entre sa propre démarche, et l’œuvre de la plasticienne, dont les sculptures ne sont pas sans lui évoquer l’idée d’une « mémoire de l’art de la tapisserie ».

    CEZANNE, enfin, car Hubert LUCOT éprouve depuis son plus jeune âge, une véritable fascination pour ce peintre du début du XXeme siècle. L’auteur souligne alors le  rapport à l’espace et à la matière, qui imprègne les œuvres de son « maître» et dans lequel il trouve un écho à sa propre pratique de l’écriture qui procède de façon fragmentaire, au « touche à touche ».

    Aussi, cette rencontre avec deux auteurs dont la démarche procède de l’introspection, vient-elle illustrer de manière tout à fait  pertinente l’intérêt de la double lecture d’une œuvre littéraire et d’une œuvre plastique contemporaines.


Marlène TREUTHARD
 année spéciale Edition-Librairie


Partager cet article

Repost 0
Published by marlène - dans EVENEMENTS
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives