Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2008 1 27 /10 /octobre /2008 20:48


    Le débat, qui s'est tenu au FRAC Aquitaine dans le cadre du festival Ritournelles, le jeudi 23 octobre 2008 a mis le processus d'écriture au centre de l'attention. Les auteurs réunis par l'association Permanence de la littérature (Cécile Mainardi, Thomas Clerc, Mathieu Larnaudie et son complice compositeur, Pierre-Yves Macé) ont tour à tour dévoilé leurs expériences et questionnements, le tout organisé et « arbitré » par Joseph Mouton.

    Ce que l'on peut retenir de ce débat et des échanges, c'est que l'idée et le processus (la procédure, pour Thomas Clerc) prennent désormais une place importante dans le travail d'écriture. La performance elle aussi est mise à contribution.

    Ainsi, tous explorent de nouvelles pratiques: quand Cécile Mainardi invective son lecteur,  lui enjoignant de ne lire qu'une seule fois son texte (fausse contrainte qui selon elle sert à « désinhiber l'écriture »), Mathieu Larnaudie se lance dans l'aventure de la création croisée littérature/musique, avec la complicité de Pierre-Yves Macé. De son côté, Joseph Mouton, invente et joue avec ses stennoS, sortes de Ready-made littéraires.

    Bref, la littérature s'élargit à de nouveaux enjeux: elle devient, en écoutant ces auteurs, une nouvelle « plateforme de liberté qui peut accueillir d'autres champs ».

    Ne serait-ce pas cela, finalement, qui rapproche aujourd'hui la littérature et l'art contemporain ?  Cette capacité, ou plutôt cette possibilité de s'affranchir des frontières entre les domaines, les genres et les formes et de s'approprier de nouveaux médiums ?


Clémentine Soubeyrol, AS Edition/Librairie

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives