Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2008 6 08 /11 /novembre /2008 00:08

GUDULE ou Anne Duguël,
Le club des petites filles mortes

Editions Bragelonne, février 2008

 

 


























Gudule (ou Anne Duguël pour les adultes) est principalement connue pour ses œuvres destinées à la jeunesse. Néanmoins, elle a aussi été l’auteur de remarquables romans fantastiques pour adultes dans les années 90. Difficile de pouvoir se les procurer aujourd’hui,
alors Bragelonne les réédite en deux tomes. Le premier, Le club de petites filles mortes est un recueil de huit de ses romans, plus ou moins célèbres.

L’auteur nous plonge dans la vie fantastique de plusieurs enfants. Ils avancent tous dans un univers lugubre et cruel où règne la souffrance. Chaque mot est un coup de poing et la plupart du temps, la fin des personnages principaux oscille entre la folie et la mort.

Mais alors, quel plaisir à lire un livre aussi glauque, me direz-vous ?

Il est vrai qu'au premier abord, ces histoires sont affreuses…

 Pourtant, le style alerte de l’auteur nous tient en haleine et c’est presque avec mélancolie que nous refermons ce livre. Les personnages sont si proches de nous que dans chaque mot employé, nous ressentons ce qu’ils vivent. Les fins nous arrachent le cœur. Ce n’est pas juste nous écrions-nous ! Mais peut-on parler de justice lorsque des enfants sont traumatisés à vie par des adultes et qu’ils en perdent toute joie de vivre ?

Grâce à un humour à faire grincer des dents, Gudule arrive à nous faire aimer le monstre, le méchant de l’histoire et à désirer qu’il s’en sorte. La poésie et l’émotion s’y confondent pour traiter dans la plupart des romans du même objet : des enfants mûris bien avant l’âge, jetés dans le monde impitoyable des adultes qu’ils adorent tout en les haïssant. Pour s’en isoler ou s’en venger, selon les cas, ils ne peuvent que plonger dans l’horreur  de leurs actes innocents et candides…

Bien sûr, c’est un recueil d’histoires fantastiques. Mais l’horreur y est subtilement mêlée et Gudule y fait aussi une approche psychologique de l’enfance brisée.

C’est donc dans une réalité qui n’est pas la nôtre qu’évoluent ces personnages mal-aimés. Pourtant, ce qu’ils y vivent et ce qu’ils y ressentent ressemble à s’y méprendre au quotidien de certains jeunes d’aujourd’hui.


Aude, 1ère année Édition-Librairie

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives