Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2008 5 14 /11 /novembre /2008 18:44














Amélie NOTHOMB
Les combustibles

Le livre de poche, 89 pages
Paris, 1994

 
















On est en plein hiver, et dehors, la guerre fait rage. Ununiversitaire, professeur de littérature, accueille chez lui son assistant, Daniel, ainsi que Marina, la petite amie de ce dernier, qui n’ont nulle part où aller. Les trois personnages se retrouvent donc dans la bibliothèque du professeur, pour un huis-clos marqué par le froid mordant qui les assaille. Il n’y a rien plus rien à brûler pour gagner quelques degrés…. Plus rien ? Si ! Les livres...

Ce n’est pas cela qui manque chez ce professeur singulier et antipathique ! Mais nos trois réfugiés sont-ils prêts à sacrifier ces trésors de la culture littéraire en échange d’un peu de chaleur ? Serait-ce une preuve de dignité ou de folie que de vouloir les protéger coûte que coûte ? La guerre peut-elle être une excuse ? Pour brûler des livres ? Pour changer de nature ?

Un long débat s’engage entre les protagonistes, entrecoupé par leur perte progressive d’humanité, quelques débats littéraires insensés menés par un professeur diaboliquement cynique, et par quelques enfantillages presque irréels entre deux bombardements.

 
«  MARINA. (…) Professeur, le poêle s’est éteint.
LE PROFESSEUR. Je sais, Marina. Je n’ai plus rien à brûler.
MARINA. (en regardant la bibliothèque). Et ça ?
LE PROFESSEUR. Les étagères ? Elles sont en métal.
MARINA. Non, les livres.
Silence gêné
DANIEL. Ce n’est pas du combustible, Marina.
MARINA (avec un sourire ingénu). Mais si, Daniel. Ça brûle très bien.
LE PROFESSEUR. Si nous nous mettions à brûler les livres, alors, vraiment, nous aurions perdu la guerre.
MARINA. Nous avons perdu la guerre. »



 
Les combustibles est une pièce de théâtre écrite par Amélie Nothomb en 1994. Née en 1967 au Japon, de nationalité belge, il n’est peut-être même plus vraiment nécessaire de la présenter ! Auteur notamment des sulfureux et brillants Stupeurs et tremblements et Ni d’Adam ni d’Ève; elle est reconnaissable à son style percutant et tellement drôle ! Cette pièce de théâtre à la fois légère et profonde par son sens est ponctuée à chaque page par l’humour noir et cinglant inimitable de son auteur.



Philosophie, désespoir, études de la nature humaine, de la guerre, de la littérature et ironie grinçante se mêlent délicieusement dans cette œuvre pour le pur plaisir du lecteur. Je l’ai personnellement relue à trois reprises avec à chaque fois autant d’éclats de rire et de délectation ! Je le conseille à tous les amoureux du style de Nothomb bien sûr, mais aussi aux amoureux des comédies théâtrales et à tous ceux qui cherchent une lecture explosive et bourrée d’humour noir !

Alexandra Ducasse, 1ère année Edition-Librairie

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives