Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 22:00


Présentation de la librairie




Partons à la découverte de la librairie Latitude Voyage et de son libraire, qui nous invite au voyage depuis 2005, en nous proposant un large choix de guides touristiques, cartes, récits de voyages, beaux livres et autres produits dérivés sur le thème du voyage…

Latitude Voyage c’est aussi la convivialité et l’échange grâce aux rencontres et expositions sur le travail d’artistes, auteurs ou éditeurs.

Notre guide M. Arnaud de Peyrelongue, gérant de la librairie, nous a emmenées avec lui dans son univers, au travers de son parcours, de ses choix et de ses coups de cœur !


Première halte en compagnie d’un voyageur aguerri

1. En quelques mots résumez nous votre parcours avant Latitude Voyage


« Je ne viens pas du monde des livres, j’ai commencé par être parachutiste professionnel, puis je me suis réorienté vers l’humanitaire en tant que responsable logistique pour Action Contre la Faim. Un poste qui m’a permis de voyager à travers le monde : Libéria, Irak, Afghanistan…
Ma vie de famille m’a imposé un changement de vie radical. Même si rien ne me destinait au monde du livre mon choix s’est vite orienté vers cette profession. En effet, la lecture tenait une place importante dans ma vie dès mon plus jeune âge. »


2. Pourquoi choisir de se spécialiser sur la librairie de  voyage ?

« Le choix de la spécialisation sonnait comme une évidence, après dix ans de voyage. C’était un moyen de lier mes deux passions, et de transmettre le goût du voyage qui selon moi se définit comme la rencontre avec des hommes, des cultures et des histoires. »

3. Quelles sont les qualités nécessaires pour tenir ce type de librairie ?

« La qualité principale est bien sûr d’avoir voyagé, et de ce fait de maîtriser la géographie peut être plus que la littérature. Un constat que je peux faire au quotidien avec mes clients. Il faut aussi être ouvert d’esprit, être accueillant et avoir l’envie de transmettre son amour du livre (tant la littérature que l’objet livre lui-même). »

4. S’il y en a, quelles sont les difficultés rencontrées dans la gestion de cette librairie ?

« La première difficulté était de savoir comment ouvrir et développer la librairie dans Bordeaux, une question qui se pose avec notamment la présence d’une librairie comme Mollat. De plus dans une situation économique qui se dégrade le défi pour moi est la rentabilité de mon commerce. J’essaie aussi de faire connaître la librairie au plus grand nombre. »

5. Qu’est-ce qui vous décide à sélectionner un livre parmi l’offre abondante ?

« Tout d’abord il y a la prescription des représentants, le choix des guides et des cartes se fait naturellement avec la production existante ; en littérature de voyage il n’y a pas de sortie régulière, il faut avant tout pour moi aimer mais aussi tenir compte des critiques et de l’actualité mais aussi des nombreux échanges avec mes clients. »

6. En cette période de fin d’année quels types d’ouvrages favorisez-vous ? Quels sont vos coups de cœur ?

« Au vu du contexte économique, je prends en compte le pouvoir d’achat et favorise le poche qui apparaît comme un cadeau plus abordable face à des beaux livres qui excèdent parfois 100 euros. Néanmoins je propose également une sélection de beaux livres originaux à des tarifs raisonnables. »

7. Aujourd’hui face à la concurrence des grandes enseignes, comment vous démarquez-vous ?

« Je me démarque par mon expérience de voyageur qui sensibilise le public et me donne une plus grande crédibilité. Je travaille avec les petits éditeurs, et donne une dimension plus familiale avec une unité de lieu (un seul espace chaleureux réunissant tous les ouvrages) et une grande disponibilité. »

8. En vue de la rencontre du 6 novembre avec Alain Ricard autour de la collection « Traversées de l’Afrique », quels sont les ouvrages incontournables sur ce continent ?

« J’aime travailler avec cette collection, mais aussi avec d’autres ouvrages comme mon dernier coup de cœur Le cri des feuilles qui meurent de M.Fofana. »



Suite à ces indications et avec notre visa en poche, nous avons fait escale à la librairie,  le jeudi 6 novembre 2008,  13 rue du Parlement Saint Pierre.
Embarquement immédiat pour la littérature africaine !


« L’Afrique littéraire un continent à découvrir » aux Editions Confluences avec Alain Ricard, directeur de collection.
 
Notre carnet de voyage de la conférence….


Le libraire prend la parole pour faire part d’une difficulté qu’il rencontre au quotidien dans sa librairie, à savoir comment amener les lecteurs à la littérature africaine.

Alain Ricard va alors soulever  différent points comme par exemple la question de la traduction qui reste un problème en France. Peu de traducteur s’intéressent  à des ouvrages en langue africaine et il y a peu de spécialistes dans ce domaine.

Il pointe le doigt ensuite sur l’ignorance du public français et de la vision que l’on a de l’Afrique et de son histoire. Il emploie le terme de « vision infantile », car il y a vite un amalgame entre l’histoire du pays et l’histoire de la colonisation, ce qui n’est pas du tout la même chose. On peut même parfois être confronté à une certaine forme de racisme. Ce qui implique un certain militantisme des intellectuels africains. Il y a aussi et surtout un grand manque de curiosité.

La conférence s’oriente alors vers la création de la collection « Traversée de l’Afrique » dont Alain Ricard est responsable, il nous explique quel en était le projet. Aujourd’hui il y a selon lui un certain formatage, des idées toutes faites comme par exemple : les langues africaines qui ne s’écrivent pas,  le français qui est présent dans toute l’Afrique ou encore l’image d’une Afrique tribale et violente.

Ils ont donc voulu démontrer le contraire et mieux faire connaître ce continent à travers des traductions. Le premier ouvrage : Au temps des cannibales d’Edouard Motsamai et  James J.Machobane. Suivront alors, quatre  autres ouvrages : Vergers de l’aube, Sory Camara ; L’homme qui marchait vers le soleil levant, Thomas MOFOLO (avec une préface de J.M.G. le Clézio) ; Alain Ricard a ensuite eu le désir de raconter des situations, c’est ce qui a donné naissance à La formule Bardey, voyages africains ; le dernier paru : Tutuola, mon bon maître, Michèle Laforest. Le prochain travail de traduction se fera sur deux romans philosophiques en souahéli  par Xavier Garnier.

Il aborde ensuite le problème du manque d’éditeurs en Afrique, et de la difficulté de promotion. Mais aussi de la place des auteurs africains en France. Le fait d’être en France pour la majorité permet de dire et s’exprimer d’avantage. Chose presque impossible dans leurs pays.

Pour terminer Alain Ricard, a défendu son projet comme celui d'une littérature artisanale, qui doit exister face à une littérature de plus en plus best-seller aujourd’hui ! Il soulève aussi au travers de cette actualité éditoriale le problème de la traçabilité des œuvres, dont l’acte de traduction pose souvent problème.

Une fois la conférence terminée, nous avons pris le temps de feuilleter quelques ouvrages…

Nos coups de cœurs de baroudeuses !





La collection le goût de … au Mercure de France Un petit trésor de collection, petit format, petit prix mais grand plaisir à découvrir et à offrir. On y trouve de petits extraits d’auteurs de toutes époques et tous horizons, réunis autour d’un même thème. Qu’il s’agisse d’une ville, d’un pays ou de tout autre sujet (l’amour, le chocolat, le thé, la danse …) on ne reste jamais sur sa faim !


















Carnet de voyage : Mali secret. Texte et illustrations de Stefano Faravelli, préface Daniel Picouly  chez Gallimard.
Un beau carnet de voyage qui nous emmène à la découverte du Mali, des bords du fleuve Niger à Tombouctou, un itinéraire sans fautes avec en prime des aquarelles à vous faire rêver ! Un exemple parmi une vingtaine d’autres destinations que nous offre cette collection de grande qualité.






La librairie Latitude voyage nous charme par son ambiance et son décor intimiste, son large choix et l’accueil du libraire. C’est dans ce cadre que notre périple s’est achevé en nous ouvrant une fenêtre vers un continent, une culture, une littérature qui mériterait d’être mise en avant. C’est grâce au travail de professionnels comme M. de Peyrelongue et M.Ricard que ce type d’ouvrages pourra être lu et apprécié par un plus grand nombre…


Alors n’hésitez pas vous aussi et tentez l’aventure !


                                Elodie Eymard & Amandine Rosa, licence professionnelle

Partager cet article

Repost 0
Published by Elodie et Amandine - dans Entretiens
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives