Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 22:00











Endô Shusakû
Le dernier souper et autres nouvelles

Traduit du japonais par Minh Nguyen-Mordvinoff.
Édition Folio 2 €














Shusakû Endô, auteur contemporain japonais, a reçu un enseignement catholique qui lui vient de sa mère, mais a aussi été initié aux traditions nippones. Ainsi, ses nouvelles sont imprégnées de ces deux cultures qui sont, au Japon, assez éloignées. L’auteur se pose donc naturellement des questions sur la mort et la résurrection, mais aussi sur la culture japonaise. En effet, dans Le dernier souper et autres nouvelles, qui est composé de trois nouvelles : "Les Ombres", "Le Retour", "Le dernier souper", des thèmes apparaissent, comme la mort, l’enseignement catholique, mais aussi la guerre d’Indochine et les traditions nippones.


    ● La première nouvelle, "Les Ombres", est une lettre que le narrateur écrit à un prêtre, qui l’a baptisé, éduqué, marié et surtout qui l’a accompagné durant toute sa vie, jusqu'à lui annoncer le décès de sa mère. Ainsi, le narrateur et le prêtre sont liés, et cette union est décrite dans cette lettre. Cependant, les illusions sur la religion sont détruites lorsque le narrateur apprend que son ami et, quelque part, son père spirituel, s’est marié avec une Japonaise, ce qui est interdit par l'Église. Dans sa lettre, il ressasse les souvenirs passés, les joies et les peines.

    ● "Le Retour" est l’histoire d’un écrivain, dont on ne saura pas le nom, qui vient de perdre son frère. L’enterrement lui pose bien des soucis, parce qu’il veut que son frère repose avec sa mère, mais le caveau familial est trop étroit, il doit donc l’exhumer. En effet, l’incinération, à la mort de sa mère, n’était pas tolérée chez les catholiques. Après avoir fait toutes les démarches administratives, il rentre chez lui, et reçoit la visite de la cousine de sa femme, qui souhaite voler un chien et le sauver des coups de son maître alcoolique. Après cette petite péripétie, il apprend d’un collègue journaliste Otsuji, la découverte d’un manuscrit d’un auteur catholique du XVIème siècle, qui après s’être exilé aux Philippines, est rentré au Japon pour y mourir. Ainsi, l’histoire du chien et de Nishida sont mis en parallèle, d’où "Le Retour", car tous deux choisissent l’endroit de leur mort.

«J'ai pris conscience que j'ignorais encore l'endroit, probablement déterminé, où j'allais pousser mon dernier soupir. » (…)
« A droite de la pierre étaient gravé le nom et la date du décès de ma mère et, à côté, ceux de mon frère . Je contemplai avec émotion les deux inscriptions et remarquai qu'il restait un grand vide sur la gauche...
Oui, un jour, mon nom gravé près des leurs.»

    ●"Le derneir souper" : Un homme est accoudé au bar. C’est un habitué. Il boit, toujours. Un jour, il demande à un médecin, le narrateur, qui est psychiatre, s'il peut le guérir de son mal.

En effet, Tsukada souffre d’une cirrhose. Il prend donc rendez vous avec le Docteur Kiguchi pour des examens. Mais le mal est plus grave ! Il n’accepte pas, il essaye d’oublier… Avec son ami et psychiatre, il va essayer de comprendre et de chasser le mal qui est en lui. Pendant la guerre d’Indochine… il est dévoré de l’intérieur… Jusqu’où tiendra-t-il ?




Elisabeth, 1ère année Édition Librairie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Elisabeth - dans Nouvelle
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives