Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 19:20










Jorge Luis BORGES
Le Livre de sable

Gallimard, 1983,
rééd. Folio





















Comment parler de Jorge Luis Borges sans chichis ?

Chez un auteur où la philosophie est omniprésente et dont les clins d’œil littéraires jalonnent toutes les nouvelles, comment vous dire que Fictions et Le livre de sable se lisent d’un trait, simplement ; et que, en dehors de toutes les critiques universitaires canoniques, les nouvelles de ces deux recueils (30 en tout) sont juste passionnantes et terriblement agréables à lire ?

On peut aborder Borges sous l’angle stylistique, purement littéraire, mais Ce serait enlever à cet auteur toute sa dimension universelle. Il ne s’adresse pas seulement aux experts mais comme il le dit lui même : « J’écris pour moi, pour mes amis et pour adoucir le cours du temps ». Quiconque aime lire, pourra se plonger dans ses nouvelles avec plaisir et il n’y a pas à rougir de ne pas faire siennes toutes les allusions de Borges à ses références intellectuelles.

Il s’agit, avant tout, de nouvelles pour la plupart fantastiques, à l’imaginaire débridé.

Voyez plutôt :

Dans "L’autre", le narrateur, Borges lui-même, rencontre sur un banc au bord du fleuve Charles, son double, à Cambridge. Ce n’est personne d'autre que lui il ya des dizaines d’années, encore étudiant à Genève. Chacun pense qu’il est en train de rêver l’autre et ils se quitteront rapidement en se donnant rendez-vous le lendemain ; rendez-vous auquel ni l’un ni l’autre n’ira …

"La secte des Trente" est une très courte nouvelle dans laquelle l’auteur imagine un narrateur religieux, fanatique, de type annonciateur de l’apocalypse, qui nous raconte l’origine mystérieuse de la secte des Trente : « abominable hérésie »  dont on ne connaîtra pas la fin.

Dans "Le disque" le narrateur bûcheron va jusqu’à commettre un meurtre pour posséder un objet quasi invisible, à une seule face, qu’il va laisser tomber à terre et ne retrouvera jamais.

"Le livre de sable"  nous fait découvrir un ouvrage au nombre de pages infini, totalement inconcevable et qui manquera de rendre son propriétaire fou.

On peut comprendre les nouvelles de Borges de différentes manières, à divers niveaux de compréhension. Il n’y en a pas un qui vaille plus que l’autre et c’est au fur et à mesure des lectures et relectures que s’insinue en nous ce plaisir et cette envie d’exploiter les mots de l’auteur. Les textes, agréables et forts, nous emportent si on le souhaite vers les ailleurs de notre pensée. L’universalité de Jorge Luis Borges est dans le prolongement merveilleux qu’il fait de notre esprit et de notre inconscient. A lire pour le plaisir !


Dorothée Degeix, Année Spéciale Edition-Librairie


Voir aussi les articles de Benjamin et de Nathalie sur Fictions


Partager cet article

Repost 0
Published by Dorothée - dans Nouvelle
commenter cet article

commentaires

Zaimi mohamed 20/02/2016 02:37

La plupart des nouvelles ont pour titre un objet qui fonctionne comme un petit univers (microcosme) aussi complexe que l'immense univers qui nous entoure,,, Borges essaie de nous faire comprendre que pour saisir le sens de la complexité d cosmos, nous pouvons le faire on observant des objets qui ont autant de complexité et qui sont très familiers pour nous. prenons l'exemple du "disque" qui a manqué de rendre le personnage principale fou. il a commis un meurtre pour en avoir la possession , mais en fin de compte il ne retrouve rien.

Recherche

Archives