Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 21:10












Nancy LEE,

Dead girls

traduit de l'anglais par Sophie Aslanides

10/18 collection dommaine étranger, 2008

 

 












L'auteur Nancy Lee est née en 1971 ; fille de parents Chinois et Indiens elle immigre très jeune au Canada. Dead Girls est son premier receuil de nouvelles. Elle habite actuellement à Vancouver, la ville où elle a situé ses histoires.


Dead Girls regroupe huit nouvelles, huit parcours de femmes bien souvent en marge de la société, confrontées à un monde où règne la violence, l'injustice. Ce sont les récits d'un quotidientdifficile, de l'ennui et de la frustration de personnages qui essaient d'atteindre le bonheur mais dont l'espoir d'une vie normale est trop souvent brisé.


Le cadre est la ville de Vancouver, où sévit un serial killer qui tue des femmes et les enterre dans son jardin. Chaque héroine de ces nouvelles croise plus ou moins directement la route de ce tueur, ce qui crée un lien entre toutes les nouvelles, une unité.


Les nouvelles sont de taille assez longue, une trentaine de pages en moyenne. Ce sont des textes où dominent l'échec sentimental, la maladie, la violence quotidienne, par exemple l'histoire d'une mère déchirée par la disparition de sa fille et l'agonie de son couple, ou d'une SDF recueillie par un tatoueur qui ne comprend pas pourquoi elle voudrait s'offrir à lui, qui se voit si laid ... Le récit de l'après-midi d'adolescents sans but qui dérapent, la soirée d'une infirmière droguée embauchée pour un marathon de danse, la cavale nocturne de deux amies dans la ville ... A chaque fois, ce sont la société et ses contraintes qui poussent les personnages à la colère et la violence.


Il n'y a pas de jugement de la part de l'auteur qui nous livre une plongée parfois violente ou dérangeante dans le destin de ces femmes. Mais l'écriture bien que dure n'est pas dénuée de compassion, et malgré l'aspect noir de ces portraits, on ne peut s'empêcher d'y lire une lueur d'espoir, et quelque part de se reconnaître un peu dans ces vies brisées.


Léa, 1ère Année Edition Librairie

Partager cet article

Repost 0
Published by Léa - dans Nouvelle
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives