Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 06:50
Rencontre avec Josyane SAVIGNEAU



Le 26 novembre dernier, dans la salle Albert Mollat, Laura et moi avons assisté à la rencontre de Josyane Savigneau, journaliste au Monde depuis 1977 et directrice du supplément du quotidien, Le Monde des livres, de 1991 à 2005.

Elle est venue parler de son dernier livre Point de côté paru le 1er octobre 2008 chez Stock où elle raconte son éviction du Monde des livres et les rencontres avec des artistes du milieu du cinéma, de la chanson, de la littérature…

Josyane Savigneau est née à Châtellerault, petite ville du département de la Vienne au nord de la région Poitou-Charentes. Elle est issue d’un milieu modeste (mère tenant une épicerie et père vendeur de vin). Son origine sociale lui pèsera tout au long de sa vie car elle raconte dans son autobiographie l'humiliation sociale qu’elle a ressentie suite à son éviction au Monde des livres et met cet événement en corrélation avec son enfance. En effet, elle se sentait mal à l’aise du fait que c’était une élève « méritante », (terme méprisé par la journaliste) mais pas assez riche contrairement à certaines de ses camarades de classe (exemple : souvenir chez une amie, fille de médecin). Josyane Savigneau disait : « je suis née du mauvais côté du pont ». Quelques années plus tard, elle découvre Simone de Beauvoir avec Mémoires d’une jeune fille rangée grâce à une amie dont les parents étaient professeurs. Elle restera très marquée par cette lecture comme par les ouvrages d’Annie Ernaux, écrivain d’un autre genre. La journaliste dit « j’aimerais que la réalité se plie à mes désirs ».

Au cours de sa carrière, Josyane Savigneau a fait un certain nombre de rencontres pour lesquelles elle a eu une reconnaissance et le dévoile dans son ouvrage. Ce fut le cas avec Jean-Pierre Elkabbach dont elle deviendra l’assistante pendant quelques mois ; il lui aura appris la réactivité du journalisme. Elle dira de lui qu’il fut « un père professionnel ».

François Bott, autre personnage capital car il l’engagea en 1983 au Monde des livres et lui demanda d’organiser un interview de Marguerite Yourcenar. Cette entrevue fut pour la journaliste un grand moment et a débouché sur une amitié : « je n’ai jamais vu Yourcenar comme un monument historique. C’est une femme simple et très coquette ». Par ailleurs, Josyane Savigneau a écrit une biographie de l’écrivain1.  Elle s’est
également entretenue avec Françoise Verny, éditrice française décédée en 2004.

Elle a eu aussi une tendresse pour Hector Biancotti, élu à l’Académie française le 18 janvier 1996 et auteur en 1985 de Sans la miséricorde du Christ (Prix Fémina cette même année). L’ex directrice du Monde des livres a été marquée par l’entretien avec Juliette Gréco, chanteuse considérée comme « un mythe » et pourtant devenue son amie depuis trente ans. En 1984, elle rencontre une autre artiste, Edwige Feuillère, admirée autant que Gréco.

Plus tard, elle fit la connaissance d’Angelo Rinaldi, critique littéraire assez acerbe et portant trop d’atteintes personnelles selon elle, qui préfère la critique d’accueil.

Pour finir, elle apprécie énormément Philippe Sollers, un des fondateurs de la revue Tel Quel qu’elle a découvert pendant ses études.


1. Marguerite Yourcenar, l’invention d’une vie, Gallimard, 1990.


Laura Roussin et Manuel Gérard, Licence professionnelle Bibliothèque


Partager cet article

Repost 0
Published by Laura et Manuel - dans Entretiens
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives