Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 18:51




KAKUTA Mitsuyo

Celle de l'autre rive

traduit du japonais par Isabelle Sakai
Actes Sud, 2008.


























Kakuta Mitsuyo est née en 1967 à Yokohama, au Japon. Elle a fait des études de littérature dans une grande université de Tôkyô. Elle commence à écrire alors qu'elle est encore étudiante, et parvient à se faire publier rapidement. Ses écrits révèlent un réel talent à décrire des portraits de jeunes femmes japonaises, ce qui lui vaut une certaine réputation. En 2005, elle reçoit le prix Naoki des jeunes auteurs pour son roman Celle de l'autre rive. Elle a également publié des essais sur la musique rock et sur le manga.


Celle de l'autre rive raconte l'histoire de deux femmes du même âge, environ 35 ans, mais très différentes l'une de l'autre. Sayoko est femme au foyer, mariée depuis cinq ans, et a une petite fille de trois ans. Elle a arrêté de travailler au moment de son mariage et depuis, elle souffre de solitude et d'ennui. Elle passe son temps à élever sa fille et envie les autres mères qui discutent entre elles dans les parcs. Sayoko prend alors la décision de rechercher un travail, ce qui semble pour elle la solution à tous ses problèmes. Elle est prête à effectuer n'importe quelle tâche, ce qu'elle cherche avant tout, c'est retrouver une vie sociale. C'est alors qu'elle rencontre Aoi, une chef d'entreprise célibataire et énergique, qui lui propose un travail comme femme de ménage. Les deux femmes se lient très vite d'amitié, et Sayoko peut dès lors commencer à s'épanouir et découvrir une nouvelle vie.

Parallèlement on découvre l'histoire d'Aoi, vingt ans auparavant, à l'époque où elle était lycéenne. Après avoir été persécutée au collège, ses parents décident de changer de ville pour son entrée au lycée. Aoi, tout d'abord craintive vis-à-vis des autres lycéennes, se trouve étonnée de ne pas être le sujet de moqueries, et se lie même d'une amitié passionnelle avec une de ses camarades. Toutes deux rêvant d'un futur plus radieux que ce que peut leur proposer leur lycée de faible réputation - dont la devise est « Bonne épouse, bonne mère de famille » -, elles décident de fuguer ensemble après les vacances d'été pour se construire leur propre avenir.

Kakuta Mitsuyo insiste sur la difficulté pour les femmes de trouver leur place dans la société japonaise actuelle. Ses deux personnages ont des caractères très différents, mais ont la même difficulté à être elles-mêmes. Elles se laissent submerger par les regards et les jugements des autres. Sayoko ne tenant plus son rôle de femme au foyer, reçoit de vives critiques de la part de son mari et de sa belle-mère. Quant à Aoi, elle est constamment désapprouvée par ses employés, qui lui reprochent son  manque d'organisation. Sayoko et Aoi sont à la recherche d'un bonheur qui semble impossible à atteindre, se rapprochant puis fuyant à nouveau. L'auteur explore finement la psychologie de ses protagonistes, et ne cède jamais aux clichés. Elle décrit en profondeur leur caractère et s'attarde sur leurs interrogations, leurs angoisses. Kakuta place le lecteur dans la tête de ses personnages et lui fait partager leurs doutes et leurs préoccupations. Le récit évolue naturellement au rythme des pensées des personnages, qui se battent contre le quotidien, contre le rôle qui semble leur être imposé par la société.


Eric, AS Bib-méd

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives