Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 21:47












Stieg
LARSSON,
La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette
,
traduit du suédois
par Lena Grumbach et Marc de Gouvenain

Arles, Actes Sud, 2006
collection Actes Noir










Biographie

Né en 1954,
Stieg Larsson est un journaliste à qui on doit des essais sur l’économie et des reportages en Afrique. Il est aussi rédacteur en chef d’Expo, une revue suédoise qui observe les manifestations ordinaires du fascisme. Il est décédé brutalement en 2004 d’une crise cardiaque, juste après avoir remis à son éditeur les trois tomes de la trilogie Millénium.

Après avoir lu avec délectation le premier tome de la trilogie Millénium, j’ai entrepris de lire la suite des aventures de « Super Blomkvist » et de Lisbeth Salander.

Dans ce volume, le récit est centré sur le personnage emblématique et mystérieux de la hackeuse « à ses heures », Lisbeth Salander. Après avoir aidé le journaliste Mikaël Blomkvist durant plusieurs mois, Lisbeth s’octroie des vacances bien méritées et fait le tour du monde. L’argent détourné lors d’une affaire précédente lui permet de faire ce qu’elle veut. Mais au cours de son séjour sur une île paradisiaque, elle sauve la vie d’une femme que le mari s’apprêtait à assassiner.

Pendant ce temps, le tuteur de Lisbeth, Nils Bjurman, cherche à se venger d’elle car un an auparavant, après qu’il l’eut violée, elle a tatoué sur son bas ventre des mots injurieux pour qu’il n’oublie jamais ce qu’il lui a fait. Grâce à une vidéo qui  contient les images du viol, Lisbeth  tient une preuve de sa culpabilité. Chaque mois, son tuteur est obligé de fournir un rapport
sur Lisbeth au juge des tutelles en suivant scrupuleusement les indications qu’elle lui a transmises.

Le journaliste, Mikaël Blomkvist, n’a jamais cessé de vouloir reprendre contact avec la hackeuse mais elle ne lui a jamais répondu.

Un an plus tard, Lisbeth rentre en Suède : un couple d’amis et collègues du journaliste sont assassinés. Elle est accusée car on trouve ses empreintes sur l’arme du crime. De plus, le revolver appartenait à son tuteur qui s’est fait tuer le même soir. S’ensuit une course contre la montre, pour la police, la rédaction de Millénium où travaille Mikaël Blomkvist, l’équipe de Milton Security l’entreprise où travaillait auparavant Lisbeth. Le journaliste tué et sa compagne travaillaient sur un livre et une thèse sur le trafic de femmes, auquel sont mêlés des policiers, des journalistes et d’autres personnes influentes en Suède.
 
Dans ce roman policier, s’entremêlent plusieurs histoires. Dans ce volume, l’héroïne est sans conteste Lisbeth Salander.

Au fur et à mesure de la lecture le lecteur va apprendre à la connaître, on va enfin découvrir ce qu’elle définit comme « tout le mal » qui l’a amenée à douze ans à être internée dans un hôpital psychiatrique.

Mon opinion

Cette lecture m'a passionnée, divertie, éblouie ! Je l’ai dévoré en quelques jours. La qualité de l'écriture ainsi que celle de la traduction transcendent l'intrigue elle-même et le génie de l'auteur réussit à nous faire apprécier tous les éléments qui composent la trame de l'histoire, ce qui est sans précédent dans mes dernières lectures.

Ce roman policier m’a réconciliée avec le genre car ce style de roman, surtout les polars américains, comme ceux de Cornwell, me semblent simplistes. Les personnages sont stéréotypés, fades, et au fur et à mesure de la lecture la fin semble logique mais sans grand intérêt.

La série Millénium est l’un des grands succès littéraires de ces dernières années : la trilogie peut faire partie des best-sellers. Les personnages, surtout Lisbeth, sont atypiques, d’autres comme Mikaël Blomkvist sont plus stéréotypés car il est beau, malin et très perspicace. Le mélange des deux est détonnant. Lisbeth est une personne complexe, peu communicative, qui s’intéresse à peu de gens, elle a une rage de vaincre impressionnante, elle ne laisse personne indifférent. C’est peut-être elle et son duo avec Micaël Blomkvist qui sont la clé du succès.

Le nom de la trilogie, Millénium, serait dû au nom que porte le magazine dirigé par l’un des héros. Le titre de ce volume, La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette, fait référence au fait que Lisbeth a blessé grièvement son père avec de l’essence et une allumette.

L’auteur met en scène la Suède et son histoire à travers cette trilogie. Les livres de Larsson ne sont pas que des livres que l’ont peut classer dans le genre littéraire du policier car il aborde aussi plusieurs thèmes : la mondialisation, les malversations financières, la menace fasciste, les services secrets, le trafic de femmes, la prostitution, l'espionnage, la psychiatrie, la politique, les hommes qui n'aiment toujours pas les femmes. L’auteur malgré un foisonnement de détails réussit le tour de force de ne pas en détourner le lecteur, il est piégé par la trame et les personnages qui se croisent. Le suspens est très bien construit.

Cette trilogie est un enchantement pour ceux qui aime les romans d’action, d’espionnage, d’investigation, les thématiques de la mondialisation, de l’économie,du trafic de femmes….. et la Suède.




Sandrine DUTERTRE,  2ème année Bib-Med

Partager cet article

Repost 0
Published by Sandrine - dans polar - thriller
commenter cet article

commentaires

Nicolas 10/07/2009 17:36

J'ai été relativement déçu par ce deuxième tome. Relativement seulement car il se dévore, mais il faut bien avouer que le scénario est plus paresseux que dans le premier. Les personnages, à l'image du géant blond, m'ont semblé plus caricaturaux, et certains situations peu crédibles. Cela reste un bon polar, mais d'une moins bonne facture que le premier tome.

Lisbeth 02/02/2009 07:34

Bonjour, pour en savoir plus sur Millénium et Stieg Larsson, vient de paraître Le Mystère du quatrième manuscrit par Guillaume Lebeau aux éditions du Toucan.

Recherche

Archives