Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 21:32












CÉKA et CLOD,
Double Assassinat dans la rue Morgue
d’après Edgar Allan POE,
Éd. Akiléos, septembre 2007










« Edgar Poe est le premier à tracer l’ébauche d’une théorie de l’histoire policière ; en trois points très simples, mais auxquels personne n’avait songé avant lui, ou du moins que nul n’avait formulés et mis en œuvre : 1/ Nécessité d’établir un plan préalable et de construire l’histoire à l’envers ; 2/ Eviter la confusion des genres, fréquente dans le roman populaire ; 3/ Le récit policier doit être bref. Dès qu’il s’allonge, il s’encombre d’éléments parasites ».
Claude Mesplède, Dictionnaire des littératures policières, Ed. Joseph K


Les auteurs : Céka et Clod

Céka


 Après un DUT information-communication obtenu à Bordeaux, Céka passe quinze ans dans la publicité en tant que créatif (concepteur-rédacteur). Au début des années 2000, il décide de vivre de sa passion d’enfance : le scénario BD. Depuis, il partage son temps entre la presse et l'édition. En ce qui concerne la presse, il collabore, entre autres, avec Spirou, Cosinus, Bayard, Que Choisir, 60 millions de consommateurs... Pour l’édition, il travaille pour différents éditeurs : Akileos (éditeur talençais), Clair de Lune, Carabas…I l compte déjà une trentaine de BD à son actif, dont une vingtaine d’albums collectifs aux Editions Petit à Petit. Au travers de ses différentes créations, on voit que Céka est un auteur tout à fait à part, puisqu’il passe sans problème du western gothique (Billy Wild) à des adaptations littéraires (Le Procès, d’après Kafka), d’une série humour (Demain, j’arrête) à une trilogie de science-fiction (Egovox).

Clod

Né en 1970, Clod a grandi dans un milieu plutôt populaire. Agé de dix huit ans, li découvre
une bande dessinée de Foerster prêtée par un ami. Pour lui, c’est le déclic : cet ouvrage lui fait alors comprendre qu’il est possible à travers le dessin, d’exprimer son ressenti, ses émotions. Depuis ce jour, il ne s’arrête plus de dessiner. A vingt ans, il commence à lire des romans. Et aujourd’hui, il déclare : « La littérature est sans aucun doute ma source d’inspiration la plus importante. Et parmi tous les écrivains, un m’inspire plus que les autres ; Kafka me fascine car, plus que n’importe quel artiste, il fait naître en moi des images très fortes. ». Il a d’ailleurs adapté en BD Le Procès de Kafka aux éditions Akiléos en 2006 avec son acolyte Céka.

L’histoire
   
Paris, milieu du XIXème siècle. Il est trois heures du matin. Une patrouille surveille le quartier Saint Roch à Paris. Tout semble indiquer que la nuit va être très calme lorsque deux cris déchirent le silence de la nuit. Les gardes se précipitent du côté des hurlements et arrivent dans l’appartement où habitaient Madame L’Espanaye et sa fille. Là, ils découvrent un spectacle sanguinolent : un rasoir imbibé de sang est déposé sur une chaise, une trace de main sur le mur, un bras qui dépasse de la cheminée. Tel est le spectacle qui s'offre aux inspecteurs et aux habitants de l’immeuble qui se sont tout de suite réunis autour de la scène du crime. Un peu plus bas, dans la cour de l’immeuble, un locataire a retrouvé Madame L’Espanaye, coupée en deux ! Qui peut bien être l’auteur d’une telle atrocité ? C’est ce qu’est chargé de découvrir un jeune inspecteur de la police parisienne. En parallèle, le détective qu’est Dupin mène sa propre enquête, peu satisfait des premières conclusions données par les forces de l’ordre. Les indices s’accumulent sans pour autant guider l’équipe de l’inspecteur. Plusieurs faits paraissent étranges : tout d’abord, toutes les issues possibles sont fermées de l’intérieur, et ensuite, tous les "témoins" (les voisins ayant entendu une partie de la scène) s'accordent à dire qu'il y avait deux voix, dont une grave, parlant Français ; mais personne n'a déterminé quelle était la deuxième. Tous ces éléments perturbent et titillent les neurones de notre héros qui va tout faire pour découvrir la vérité…

L’adaptation de l’œuvre d’Edgar Poe
   
Tous les spécialistes s’accordent à le dire, Edgar Poe donne naissance à la figure du détective moderne avec son personnage du Chevalier Charles Auguste Dupin dans Double assassinat dans la rue Morgue. Par ailleurs, dans cette œuvre, Edgar Poe part du thème qui sera repris plus tard par des auteurs tels que Conan Doyle, Gaston Leroux ou Agatha Christie. Il s’agit du crime commis dans une pièce fermée, sans issue, sans mobile apparent et bien sûr, sans indices.
   
Si les auteurs ont su respecter une grande partie de l’œuvre de Poe, certaines adaptations ont tout de même été nécessaires. Par exemple, le design des fenêtres. Dans le roman, Poe introduit des fenêtres à guillotine. Or, ce modèle n’existe pas en France. En effet, ce qui passe à la lecture, ne passe pas forcément à l’image. Les auteurs ont donc pris la liberté de les remplacer par des fenêtres françaises traditionnelles. Cela a ainsi occasionné un grand nombre de changements dans le scénario de départ pour que la résolution de l’énigme soit au final encore vraisemblable.

Autres petits arrangements : l’adaptation du roman en BD a obligé les dessinateurs et auteurs à insérer de petites touches, qui ne ressortent pas forcément dans l’œuvre de Poe. En effet, dans une bande dessinée, il n’est pas évident de retranscrire tous les éléments importants du livre de départ. Ainsi, Céka et Clod ont inséré un peu d’humour en mettant vraiment en opposition le personnage de Dupin et de son acolyte. Dupin est élégant et arrogant, tandis que son comparse est extravagant et bohème. Au travers de cette confrontation, les dialogues se font plus riches et l’humour qu’ils apportent donnent une toute autre dimension à l’œuvre.



Le graphisme
   
Avec des traits nets, le Paris de Céka et Clod n’est pas très accueillant et plutôt lugubre. Il est vrai que l’histoire débute de nuit et cela contribue fortement à cette atmosphère angoissante. Toute la scène du crime est également dans des tons sombres : marron, gris, bleu foncé, noir. Cette scène est agrémentée du rouge vif du sang, qui dédramatise à mon sens le crime et l’instant de terreur que vivent les personnages.
   
Dès que l’on passe à des scènes où les personnages ne sont pas en pleine enquête (notamment lorsque Dupin et son acolyte prennent le thé), les couleurs sont plus chaudes, inspirant une impression de sécurité.

Enfin, lorsque Dupin finit par connaître le fin mot de cette histoire et que le complice du coupable raconte comment l’affaire s’est déroulée, le rouge est très présent, sans doute pour rappeler l’atrocité du crime et tout le sang que les deux victimes ont versé.

Dans l’architecture de la ville, rien ne semble parallèle ; tout est plus ou moins bancal. Les traits sont rectilignes et très peu courbes. L’ensemble donne un aspect très rigide que l’on retrouve d’ailleurs dans le raisonnement de Dupin. Cela donne aussi un côté mystérieux à la ville et à l’immeuble qu’habitaient les deux femmes.

Avis personnel
   
Pour moi, cette adaptation de l’œuvre de Poe est très réussie. Les personnages, avec leurs caractères opposés, donnent une dimension plus large au livre, peut-être dans le but de toucher un public plus large lui aussi. Malgré quelques ajustements nécessaires pour la bd, on sent l’envie des auteurs de respecter le plus possible le récit original.
   
Le graphisme n’est pas « agressif » et donne envie de poursuivre les aventures avec Dupin. Peut-être pour une prochaine adaptation ?


Margaux Gréteau, 2ème année Edition-Librairie

Sur les nouvelles policières d'Egar Poe, voir les articles d'Inès et de Marion.

Partager cet article

Repost 0
Published by Margaux - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

rotko 01/11/2011 16:59


bonjour, je viens d'ouvrir un fil sur "le procès", et je ferai sans doute état de cet article instructif de ton/votre blog. L'adaptation de kafka par Ceka et Clod m'a paru pertinente

http://tinyurl.com/6x5vdy7

Dès que je trouve l'adaptation de POE... :-)


Daniel 02/07/2009 14:06

"Double assassinat dans la rue Morgue" est en ligne sur digiBiDi.com :
http://www.digibidi.com/comics/double-assassinat-dans-la-rue-morgue

Recherche

Archives