Samedi 9 mai 2009 6 09 /05 /Mai /2009 07:55








Jack LONDON,
Le Talon de fer
,
traduction de Louis Postif,
Phébus, 2003.


















Le Talon de Fer, écrit en 1907 par Jack London, se présente sous la forme d'un manuscrit censé avoir été écrit par Avis Everhard. Il narre des événements débutant en 1912 et se termine en 1932 par une phrase inachevée. Il est retrouvé quatre siècles plus tard, en 2368. Toute une série d'annotations présentes au cours du roman ont été rédigées au XXIVème siècle pour préciser les faits invoqués par Avis Everhard. Les vingt ans résumés dans ce manuscrit décrivent la mise en place du « Talon de fer », dictature fasciste, aux Etats-Unis et la résistance à cette mise en place. Le roman se divise en deux parties. La première partie raconte les années précédant la prise du pouvoir par le Talon de fer. La deuxième partie nous plonge au cœur de la résistance contre cette dictature. Le fil conducteur de ce roman
est l'amour entre Avis et Ernest Everhard, chef de file des socialistes.

Les premiers chapitres du roman correspondent à l'initiation et à l'adhésion d'une famille bourgeoise aux idées socialistes. John Cunningham, physicien à l'université de San Fransisco, organise chez lui des dîners entre intellectuels. Au cours de l'un d'eux, il introduit Ernest Everhard, fils d'ouvrier et théoricien socialiste. La pertinence et l'argumentation précise et sans faille d'Everhard empêche tous les participants de le contredire. C'est une constante que l'on retrouve tout au long du roman. Au cours de cette soirée, Avis Cunningham fait la connaissance d'Ernest. L'antagonisme de classe entre les deux personnages fait qu'elle commence tout d'abord à haïr cet homme en même temps qu'il l'intrigue. Cependant, au fur et à mesure des lectures et des rencontres avec Ernest, elle adhère à ses idées et tombe amoureuse de l'homme.

Dans cette société de classes, Ernest démontre la lutte sans merci entre l'oligarchie, représentée par les trusts, et la classe ouvrière. Entre les deux,
la classe moyenne est destinée à disparaître. Trois exemples nous sont donnés pour étayer cette hypothèse : les fermiers, les commerçants et les industriels. Lors de rencontres avec ces derniers, Ernest les compare aux briseurs de machines du XVIIIème siècle pour leur montrer que leur opposition aux trusts n'aboutira qu'à leur propre anéantissement s'ils ne rejoignent pas les rangs des forces socialistes.

En parallèle, l'oligarchie supprime progressivement la situation sociale et économique de la famille Cunningham en réaction à leur adhésion aux idéaux socialistes. Ils se retrouvent donc à leur tour prolétaires dans le quartier ouvrier de l'agglomération de San Fransisco.

Au cours du roman, L'Allemagne déclare la guerre aux Etats-Unis pour le contrôle du marché mondial. Face à cette guerre, la grève générale éclate dans les pays, forçant les deux Etats à signer la paix. Mais l'oligarc
hie retient la leçon. Il divise la classe ouvrière en offrant des avantages aux syndicats nécessaires comme les chemins de fer et en durcissant les conditions de vie et de travail du reste des ouvriers.

L'établissement du Talon de fer s'effectue après des élections qui envoient cinquante représentants socialistes au Congrès. S'ensuit un régime de terreur sans précédent. L'organisation socialiste entre alors dans la clandestinité. Au fur et à mesure, elle infiltre le Talon de fer tandis que le Talon de fer infiltre l'organisation socialiste. Le dernier grand événement du roman est la Commune de Chicago. Le Talon de fer ayant eu vent du projet de l'organisation socialiste de lancer toute une série d'actions pour le renverser, il précipite les évènements pour donner un exemple. Le « peuple d'en bas » de Chicago est alors massacré au cours de combats qui ravagent la ville entière. C'est avec cet épisode que s'achève le roman. Grâce aux différentes notes, on apprend que le Talon de fer durera trois siècles, à la suite de quoi une révolution instaurera enfin une société égalitaire où les Hommes vivront en harmonie.

  La lecture du Talon de fer ne peut laisser indifférent. Jack London anticipe la politique internationale de façon exemplaire. En 1907, il annonce une guerre mondiale entre les Etats-Unis et l'Allemagne, la domination du Japon sur l'Asie dans l'entre-deux-guerres,  la fin des régimes coloniaux européens ou encore l'instauration de dictatures fascistes qui ont émaillé le XXème siècle. C'est également un vibrant plaidoyer pour les idées socialistes. On retrouve comme autant de clins d'oeil, tout au long du roman les noms des chefs de file socialistes américains du début du XXème siècle, comme Eugene Debs, dirigeant du Socialist Labor Party ou Big Bill Haywood, l'un des fondateurs des IWW. C'est dans cette même logique qu'il évoque les événements d'Haymarket, l'échec de la révolution russe de 1905 à travers la Commune de Chicago. Le Talon de fer est pour moi un ouvrage essentiel et qui reste par bien des aspects encore d'actualité.


LIENS

Biographie de Jack London : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jack_London

Article Wikipédia Sur Eugene V. Debs : http://fr.wikipedia.org/wiki/Eugene_Victor_Debs

Article Wikipédia sur Big Bill Haywood : http://fr.wikipedia.org/wiki/William_Dudley_Haywood

Site français sur Jack London

Mikaël Brient, 2ème année  BIB


Autres études sur Jack London



Article de Thomas sur Parole d'Homme


Par Mikaël - Publié dans : dystopies
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Syndication

  • Flux RSS des articles

Recherche

Derniers Commentaires

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés