Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 09:58








Russell BANKS,
La Réserve
,
The Reserve,
traduction : Pierre Furlan,
Actes Sud, 2008

























Auteur


Russell Banks est un écrivain américain né le 28 mars 1940 dans le Massachusetts. Il a passé son enfance dans le New Hampshire dans un milieu extrêmement modeste. Après des études à l’université, il voyage, passe même quelque temps en Jamaïque. Il a écrit des romans, des nouvelles et de la poésie. Son œuvre a été traduite en vingt langues. Il enseigne actuellement la littérature contemporaine à Princeton. Depuis 1998, il est membre de l’Académie américaine des Arts et Lettres. Il est aujourd'hui le président fondateur de Cities of Refuge North America, qui s'est donné pour mission d'établir aux États-Unis des lieux d'asile pour des écrivains menacés ou en exil.




Résumé


Jordan Groves, artiste peintre de l’Amérique des années 30, voit sa vie bousculée le jour où il rend visite au Docteur Cole dans sa résidence secondaire construit dans "la réserve", en bordure d'un lac des Adirondacks. Il rencontre alors sa fille adoptive, Vanessa Cole, dont la beauté et les nombreux scandales cachent une figure torturée, aux limites de la folie. A partir de ce moment, Jordan Groves, va petit à petit perdre tous ses repères dont le plus important pour lui, celui de la famille. Au même moment, en Europe, la Seconde Guerre mondiale est proche. Alors que s’offre à lui la possibilité de se battre aux côtés des républicains espagnols et de son ami Jon Dos Passos, il n’hésite pas longtemps.

Analyse de l’œuvre

On est en présence de deux récits enchâssés : l’un, principal, où l’on suit la vie du personnage principal et de son entourage ; il est entrecoupé à plusieurs reprises d’un récit en italique dont le lien avec le premier nous apparait au fur et à mesure de l’histoire.

Le roman est raconté par un narrateur extérieur à l’histoire. Des dialogues sont intégrés, ce qui permet de rendre
les personnages plus vivants.

Il y beaucoup de détails dans les actions, les mouvements ou encore les pensées des héros. Cette dernière précision permet d’entrer dans les personnages, de mieux les comprendre et d’être au plus près de ce qu’ils ressentent. On trouve également beaucoup de descriptions physiques, notamment au début du récit, nous donnant l’occasion de les imaginer ; on penserait presque qu’ils sont devant nos yeux. Le nom du personnage principal nous est donné lors du premier dialogue du roman, lorsqu’il fait connaissance avec un autre héros important de l’histoire.

Deux personnages sont au centre du récit : Jordan Groves et Vanessa Coles. Leur relation tumultueuse est au centre du récit. Ensuite il y a deux autres héros de moindre importance, Alicia Groves et Hubert Saint Germain, même si, involontairement, c’est eux qui vont pousser Jordan Groves dans ses retranchements. Pour finir, d’autres personnages font quelques apparition : le Docteur Cole qui meurt au début du roman, sa femme Eveyne Cole, qui joue un rôle important mais dans les rapports entre les autres héros et non par elle-même, et les membres du club de la Réserve.

Comme nous sommes en présence de deux récits enchâssés, l’espace et le temps sont différents. On comprend en avançant dans l’histoire, que le récit en italique se passe dans un temps suivant celui du récit principal pour à un moment  ne faire qu’un avant de se séparer à nouveau.

Les phrases sont très longues avec de nombreuses descriptions des magnifiques paysages des Adirondacks. Elles s’organisent de manière logique et sont construites différemment selon les personnages. Les phrases décrivant les pensées de Jordan Groves sont organisées de manière logique . au contraire, celles de Vanessa Colle n’ont pas toujours de lien logique ce qui ne fait que nous conforter dans l’idée qu’elle souffre de problèmes psychologiques.

Pour finir, on trouve certains leitmotive comme par exemple le doute qui assaille les personnages, ou encore la dénonciation du fait que les plus riches usent du pouvoir d’emploi qu’ils possèdent sur les « vrais » habitants de la réserve qui leur servent de guides et d’employés.

Citations

« Je ne pourrais pas concevoir mes personnages autrement que plongés dans un contexte, et dans des conditions politiques, sociales et historiques qui les façonnent et sont introduites dans ma fiction par leur biais. »

« Je ne dirais pas que mes romans dénoncent le rêve américain comme ils le feraient d’un mensonge cruel, mais plutôt qu’ils le démasquent. »

« On pourrait appliquer à l'auteur [...] la formule qu'il eut à propos de son compatriote Nelson Algren : " Son oeuvre est un mélange d'agressivité envers le pouvoir et de profonde compassion pour les victimes de ce pouvoir." » Minh Tran-Huy, Magazine Littéraire n°483 - 01/02/2009

Aurélie, 1ère année Bib.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives