Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 09:03







Philip ROTH

Le Complot contre l’Amérique

Titre original : The plot against America
Traduit de l’américain par Josée Kamoun
Éditions Gallimard, 2006
(557 pages en Folio)















Biographie de l’auteur



Voir l'article de Caroline
ou La République des lettres
 

Le roman

Le complot contre l’Amérique
est une fiction retraçant l’histoire d’une famille juive pendant les années 40. Cette histoire est racontée à travers les yeux du plus jeune fils de la famille Roth, c’est-à-dire Philip qui est le narrateur.


L’action se déroule à Newark dans le New Jersey au début des années 40. Le père, Herman Roth, travaille pour une compagnie d’assurances ; Bess Roth, est mère au foyer ; Sandy ,le fils aîné, a 12 ans et le cadet Philip est âgé de 8 ans.


Les élections présidentielles ont lieu et  l’aviateur Lindbergh est élu. Il ne souhaite pas que l’Amérique s’engage dans un conflit mondial ; par conséquent, il signe un pacte de non-agression avec Hitler. Il est également très admiratif du développement industriel de l’Allemagne. A partir de ce moment, la vie des Roth et des juifs d’Amérique va changer. Le livre raconte, du point de vue de l’enfant, la montée du fascisme dans son pays.
 
Dans ce récit, on croise une galerie de personnages étonnants. On y trouve Alvin, le neveu d’Herman Roth, qui contre l’avis de sa famille va s’engager dans l’armée du Canada pour combattre Hitler en Europe mais sera grièvement blessé et perdra une jambe. La sœur de la mère du narrateur va épouser un Rabbin qui défend la politique antisémite du Président. Au cours de la lecture s’entremêlent les destins des différents membres de la famille et les événements de la Seconde Guerre mondiale. Sandy, le fils aîné, est un artiste prodige ; il dessine. Il y a aussi les voisins du dessous, les Wishnow, dont le père décédera d’un cancer.

Par l’entremise de Philip, la famille partira dans le Kentucky dans le cadre du programme de peuplement  de 1942 qui consiste à envoyer des familles juives dans des régions jusque là inaccessibles pour leur entreprise.

Philip n’aime pas beaucoup le fils Wishnow, Seldon ; il profite
donc du fait que le mari de sa tante soit proche du Président pour demander la mutation de la mère de Seldon dans le Kentucky mais la mort tragique de Mme Wishnow, entraîne le retour à Newark de Seldon au grand désarroi de Philip.

Walter Mitchell, démocrate et juif, se présente aux élections présidentielles mais il est assassiné, ce qui va susciter des émeutes et la création de milices dans les quartiers juifs. Mais le tournant de l’histoire est constitué par la disparition de Lindbergh et de son avion. Les Allemands disent que s’est un complot « d’intérêts juifs ». S’ensuivent des rumeurs sur la fuite ou le kidnapping de Lindbergh. Sa femme va demander des élections anticipées et finalement Roosevelt reviendra au pouvoir et l’Amérique entrera en guerre contre le fascisme allemand.



Mon point de vue

Ce roman  est une uchronie, c’est-à-dire l'évocation d'une époque fictive. Ce récit "mêle faits historiques avérés et événements imaginaires" (article Wikipédia) : Lindbergh n’a jamais été président des Etats-Unis.

J’avoue avoir été frappée par le réalisme des scènes et des faits racontés par Roth. Il arrive avec facilité à emmener le lecteur dans son monde.

L’auteur raconte de façon subtile "l’inquiétude croissante au sein de la communauté juive" (Ibidem) face à une augmentation de l’antisémitisme au sein de la société américaine pendant que la Seconde Guerre mondiale fait rage sur le vieux continent.

La guerre, dans ce livre, se passe au sein de la famille Roth ; les parents sont de fervents admirateurs de Roosevelt et Sandy n’est pas de cet avis. Le Président fait tout son possible, jusqu’à collaborer avec l’ennemi, pour ne pas envoyer des Américains au front.


" Son narrateur lui aura rarement ressemblé à ce point : il porte son nom, est né la même année dans la même ville, signe sans doute de l’importance de l’enjeu personnel de ce roman. Et lorsqu’un auteur nommé Philip Roth nous raconte à la première personne l’histoire d’un certain Philip Roth, n’est-ce pas une façon de nous dire que ce n’est pas une fiction, que pour lui la droite antisémite, pro-allemande et isolationniste a bel et bien triomphé en 1940-41 ? " ("Food for thought" Commentaire client sur le site Amazon)

J’ai trouvé assez géniale l'idée d'imaginer ce qui aurait pu se passer si un certain nombre d'événements étaient survenus. Relater les événements au travers des yeux d'un petit garçon est sans doute original. Le mélange d'anecdotes de vie d'enfant et la vision qu'il a de la politique ne sont pas anodins, un enfant est influencé par les opinions de ses parents.

L’auteur raconte minutieusement les événements. C’est une fiction qui a un parfum de vérité, et nous rappelle que le racisme et l’antisémitisme peuvent s’insinuer sournoisement dans chaque foyer.

Ce livre veut dénoncer l’antisémitisme qui peut très vite se propager dans un pays démocratique tel que les Etats Unis.

Un livre à mettre entre toutes les mains !


Sandrine, 2ème année Bib




Partager cet article

Repost 0
Published by Sandrine - dans Uchronies
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives