Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 20:13









Laure ADLER,
Marguerite Duras

Gallimard

Folio, 2000

















Marguerite Duras n’aimait pas les biographies. Jamais elle n’a voulu que l'on raconte sa vie. Elle seule dans ses œuvres dispersait les pièces du puzzle que fut son existence. De son enfance en Indochine, que l’on retrouve dans Un barrage contre le Pacifique, ou encore de sa vie parisienne, entourée de nombreuses  personnalités, comme François Mitterrand, un ami avant qu’il ne s’engage corps et âme dans la politique ; Robert Antelme, son mari, le meilleur ami de Dionys Mascolo, son amant pendant de nombreuses années, et notamment le père de son fils ; Raymond Queneau, un ami, qui l’a recommandée auprès de Gaston Gallimard qui est devenu son éditeur et en même temps son bourreau. Ses relations avec chacune de ces personnes sont différentes. Pas une relation ne ressemble à une autre. Ces personnes, citées ici, ne sont qu’une partie des gens qu’elle a connus.

Marguerite Duras est une personnalité du XXème siècle. Dans cet ouvrage on découvre son engagement dans la résistance et dans le parti communiste à la sortie de la guerre, ainsi que l’attente du retour de son mari des camps de concentration. Laure Adler a été une amie de Marguerite Duras pendant douze ans. Seule elle pouvait aussi bien raconter sa vie, et surtout décrire la personnalité de cette femme si difficile à cerner. Elle peint une fresque du XXème siècle, surtout parisien. Elle décrit les soirées passées au sein de ce petit groupe d’amis depuis l’installation de Marguerite Duras et de Robert Antelme dans leur appartement rue Saint-Benoît, jusqu’à l’achat de la maison de Neauphle-le-Château. Elle raconte les nombreuses histoires amoureuses qu’a eues Marguerite tout au long de sa vie. Elle révèle le désespoir de cette femme lorsqu’elle perd son premier enfant pendant la Seconde Guerre mondiale pendant l’accouchement. Elle retrace la douleur de Marguerite Duras dans l’attente du retour de Robert Antelme des camps de concentration. Laure Adler fait ici plus qu’une biographie. Elle parle de Marguerite Duras mais aussi du monde qui l’entoure. Marguerite n’est pas une femme solitaire.

Mais vous pourriez me dire que Marguerite Duras a écrit beaucoup d’œuvres autobiographiques ? Si on veut connaître son histoire, pourquoi ne pas la lire dans ses romans à elle ? Oui, vous avez raison, mais Laure Adler arrive à montrer la cause de cette inspiration autobiographique. On comprend pourquoi, à tel moment, elle a écrit tel roman. On s’insère dans les différents contextes d’écriture de Marguerite Duras. On vit avec elle. Cette biographie n’est pas une biographie. C’est un roman, ayant pour personnage principal une femme. Cette femme c’est Marguerite Duras.


Inès, 2ème année Éd.-Lib.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives