Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 19:45









MURAKAMI Ryû
Ecstasy, 2006*
Melancholia, 2007*
Thanatos, 2009*

Picquier poche

* dates éd. Picquier Poche














Lorsque les relations humaines se compliquent au point de susciter la mort ou la solitude, on entre dans un univers qui ne nous laisse pas indifférent. C’est le cas de la trilogie de Murakami Ryû qui, à juste titre, s’intitule Monologues sur le plaisir, la lassitude et la mort.



Ecstasy
, qui est le premier volet de cette trilogie, nous pousse à affronter la dépendance. Face à la drogue d’une part mais aussi face à l’amour et au dévouement que l’on peut porter à une personne. Ici, les relations sadomasochistes ne sont pas simplement racontées mais vécues. Le témoignage se fait par l’intermédiaire d’un jeune homme qui se laisse envoûter par la voix et la personnalité de Keiko pendant que « le maître » ou plutôt Yazaki est un sans-abri à New York.







Par la suite, dans Melancholia, les personnages principaux de ce triangle destructeur seront pris au piège des sentiments. Yazaki espère trouver la paix en devenant SDF mais cela ne fait que réveiller ses démons. Une jeune journaliste qui devait l’interroger sur son passé en tant que producteur servira de témoin pour une histoire ambigüe qui s’est déroulée entre Yazaki, Keiko et Reiko.







Thanatos
est centré sur le personnage de Reiko, qui a commencé comme danseuse auprès du « maître », Yazaki. Les sentiments qu’elle éprouvait pour ce dernier l’ont rendue folle, ne sachant plus grand-chose de la réalité mais connaissant par cœur les moindres souvenirs de ce trio calculateur et malsain. Reiko se livrera sans ombre à un photographe japonais immigré à Cuba.





L’écriture de Murakami est telle qu’il ne suffit pas de lire pour comprendre, il faut s’imaginer ce que cette histoire représente pour les trois personnages centraux. Il faut pouvoir envisager qu’ils ne dépendent plus les uns des autres. Keiko a réussi à continuer sa vie mais pour Yazaki et Reiko, ils ont sombré chacun dans une forme de déni qui n’a pu les sortir de la dépendance.


Charlotte A., 2e année Éd.-Lib.

Lira aussi





L"article de Lucille sur Ecstasy



L'article de Céline sur Miso Soup

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fleau Solution 17/11/2011 22:41


Les drogues ne sont définitivement pas une solution. Au lieu d'aider à régler les problèmes, elles ne font que les occulter pour les rendre encore plus difficile au réveil. Résultat ? Il faut en
reprendre pour à nouveau oublier. Tout le monde parle de la dépendance physique aux drogues. Mais je pense, pour ma part, qu'une grosse partie de cette dépendance est aussi du domaine
psychologique.

La preuve en est quand on voit que les meilleurs succès de cure de désintoxication ont été obtenues par des centres Religieux, Sportif ou Culturelle.
Voici deux articles qui essaye de présenter des solutions autres que "la prise de substitues chimiques".

Solution Philosophique : http://fleausolution.com/2011/10/drogues-alcools-et-autres-aidez-vous-soyez-modere/
Solution à base d'Exercices et de Ré-éducation : http://fleausolution.com/2011/10/narconon-sauve-la-vie-des-accro-aux-drogues-dures/


Recherche

Archives