Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 19:16


















Paul BOWLES
Leurs mains sont bleues, 1984
traduit de l'américain
par Liliane Abensour
Points Seuil
, 1993











Paul Bowles était un compositeur et écrivain américain. Né à New York en 1910, il partit en 1947 vivre à Tanger, où il passa la plus grande partie de sa vie.
Au cours des années 1940 et 1950, avec sa femme Jane Bowles, il devint une figure majeure de la vie intellectuelle, d'abord de New York, puis des communautés américaines et européennes de Tanger. Il mourut le 8 novembre 1999.




Dans Leurs mains sont bleues, Paul Bowles fait le récit de quelques-uns de ses voyages en Turquie, à Ceylan, en Amérique latine mais aussi au Maroc. Organisé en huit sections ou thèmes différents (« l'Afrique Mineure », « Ne pas être très musulman », « Le Rif, en musique »...), cet ouvrage consiste en un enchaînement d'épisodes. Il s'agit d'une succession de récits plus ou moins courts, sur des sujets et des objets d'étude très variés.

A travers la plume du voyageur, nous partons à la découverte de ces pays et des hommes qui  les peuplent. Ce qui est remarquable au premier abord dans cet ouvrage, ce sont les descriptions des contrées qu'il traverse. Nous découvrons à travers ses écrits des horizons différents, mais toujours de façon très intime et vivante. Mais s'il nous « donne à voir » des paysages parfois enchanteurs, Bowles ne nous épargne pas pour autant: descriptions de chambres d'hôtel sordides, de situations  difficiles ; on voit aussi l'envers du décor.

« L'auberge de Lunawa est un lieu de séjour désagréable parce qu'elle se trouve en face de la gare, sur un bout de pelouse sans ombre, durcie et desséchée par le soleil. Dans la cellule de béton qui m'était attribuée, il était impossible de s'isoler du vacarme des autres pensionnaires, particulièrement bruyants. »

D'autre part, en accompagnant Paul Bowles dans ses périples, nous découvrons non seulement des paysages, des lieux, mais aussi les hommes et leurs modes de vie, leurs modes de pensée. Car, point commun à tous les récits regroupés dans cet ouvrage : l'importance des rencontres et l'intérêt pour les hommes.

En effet, à travers la découverte de ces territoires lointains, et de leur aspect exotique, il semblerait que ce soient les individus qui intéressent principalement Bowles. Il s'interroge et cherche à comprendre les comportements ou les habitudes des hommes qu'il croise : que ce soient ses amis ou accompagnateurs, ou ceux qu'il ne fait que croiser ou apercevoir. Ces rencontres paraissent être, pour lui, des moyens d'approfondir sa connaissance de l'autre.

« Les Turcs sont les seuls musulmans que je connaisse qui semblent s'être débarrassés du sentiment curieux (celui apparemment de tous les adeptes de la Vraie Foi), qu'il existe une différence inévitable et irrémédiable entre les nons-musulmans et eux. Subjectivement du moins, ils ont réussi à combler le fossé créé par leur religion, l'abîme qui isole l'islam du reste du monde. Il s'ensuit que le visiteur ressent un lien spécifique, plus que la simple sympathie à sens unique du voyageur bien disposé pour les tenants d'une autre culture [...] »

Paul Bowles pose un regard d'homme occidental sur le monde qui l'entoure. Mais il parvient  toutefois à conserver un point de vue clair et objectif sur les relations et amitiés qu'il lie au fur et à mesure des voyages qu'il fait.

Finalement, en nous livrant ses impressions et analyses, le fameux écrivain nous invite à nous interroger sur notre mode de vie et sur nos relations avec les autres hommes ou le territoire.

Leurs mains sont bleues regroupe des récits extraordinairement différents, riches et pleins d'enseignements. Ce livre nous donne envie de partir à la découverte de ces pays aux noms particulièrement évocateurs. Mais au-delà de cet aspect « touristique » et presque habituel, c'est la vision très humaine qui rend le récit de Paul Bowles particulièrement précieux et intéressant. La découverte des hommes se révèle être aussi intéressante, voire davantage, que celle des lieux.

Clémentine, A.S. Éd.-Lib.

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémentine - dans littérature de voyage
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives