Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 19:30

Depuis plus de vingt ans, la MEET s’efforce de faire de Saint-Nazaire le port de toutes les littératures.




UNE R
ÉSIDENCE POUR ÉCRIVAINS ET TRADUCTEURS

Créée en 1987, la MEET est avant tout un lieu d’accueil pour les écrivains et les traducteurs du monde entier. Ce sont plus de cent cinquante personnalités littéraires des horizons les plus divers qui ont été reçues à ce jour en résidence dans la modeste cité portuaire de Loire-Atlantique qui affirme ainsi sa volonté de soutenir la création. La MEET met à la disposition de ses hôtes un vaste appartement situé au dernier étage d’un immeuble massif nommé pompeusement le Building, symbole de la renaissance de la ville après sa destruction durant la Seconde Guerre mondiale. Pour une durée variant de quatre à huit semaines, les invités de l’association profitent d’une vue imprenable sur l’estuaire de la Loire, le port et les célèbres Chantiers de L’Atlantique. Dans ce cadre propice à l’introspection tout comme à l’évasion, écrivains et traducteurs organisent leur temps comme ils le souhaitent et bénéficient d’une bourse de 230 € par semaine.
Le Building

En contrepartie, les résidents s’engagent à laisser de leur passage un écrit où il est question de Saint-Nazaire. Ces textes qui prennent toutes sortes de formes littéraires, réalisés par des personnalités sensibles qui portent sur la ville leurs regards neufs mâtinés d’influences culturelles variées, sont autant d’ex-voto d’un genre nouveau que la cité collectionne. Cette exigence qui paraît égocentrique au premier abord peut être interprétée comme une volonté de constituer un patrimoine nouveau pour Saint-Nazaire.

Il faut dire que la ville a été ravagée par des bombardements incendiaires en 1943 (elle a été détruite à près de 90 %) et qu’elle a dû se reconstruire à la hâte. Elle y a perdu une partie d’elle-même et s’est réveillée de ce cauchemar sans reconnaître son nouveau visage. Aujourd’hui, Saint-Nazaire a cessé de rougir de ce qu’elle est devenue. Revendiquant son identité industrielle et portuaire, elle s’enorgueillit de voir comment ceux qui arrivent là par hasard tombent sous le charme particulier de la cité et s’y attachent. Ces considérations permettent de mieux comprendre la demande qui est faite aux écrivains de passage à la MEET.

Port de Saint Nazaire
vu de la MEET

Nombreux sont les auteurs qui gardent un souvenir ému de leur passage. Pour Pedro Tarashchuk, auteur Ukrainien, « enfin il y a un lieu où on peut s’absorber dans la lecture et dans les réflexions. Ce beau lieu, c’est la Maison des écrivains à Saint-Nazaire, le temple vrai des travaux littéraires, des messes solitaires, de l’acharnement zélé, de l’élan créateur et de l’accomplissement extatique. C’est la Maison hantée, au bon sens de ces mots, toutes les ombres de nos prédécesseurs sont présentes ici, nous inspirent et nous obligent ».

De ces auteurs connus ou méconnus, voire inconnus, qui ont séjourné à Saint-Nazaire, on peut citer quelques noms : Gao Xingjian (Chine) accueilli une dizaine d’année avant son prix Nobel de Littérature, Gil Courtemanche (Canada), Giuseppe Conte (Italie), Salah Stétié (Liban), Luis Goytisolo (Espagne), Gabriela Adamesteanu (Roumanie)…

Cette année, six auteurs doivent se succéder dans l’appartement de la MEET : Fred Khumalo (Afrique du Sud), Mario Campana (Espagne), Hu Dong (Chine), Francisco Rebolledo Lopez (Mexique), Ronaldo Menéndez (Cuba) et Yoko Tawada (Japon / Allemagne).

LES MANIFESTATIONS ORGANISÉES PAR LA MEET

La MEET n’est pas seulement un lieu de résidence. Elle se pose aussi comme un acteur culturel incontournable de la cité nazairienne, un animateur de la vie littéraire locale qui fait parler de la ville au-delà de sa sphère d’influence habituelle. L’acronyme de l’association n’a pas été choisi par hasard puisque la MEET met un point d’honneur à favoriser les entrevues entre écrivains et lecteurs. Régulièrement, elle organise des lectures et des rencontres avec les auteurs reçus. La MEET travaille en partenariat avec la Médiathèque municipale, la librairie indépendante de la ville La Voix au chapitre et avec le Centre de Culture Populaire, comité inter-entreprises local qui a de fortes ambitions en matière de promotion culturelle, en particulier dans le milieu ouvrier.


Depuis 2002, chaque année au mois de novembre, la MEET invite une vingtaine d’écrivains du monde entier à venir se rencontrer et rencontrer leurs lecteurs autour d’un sujet. La manifestation littéraire est presque logiquement intitulée « Meeting ». En 2008, ce sont les thèmes de l’histoire et de la géographie qui étaient à l’honneur. Par le passé, le colloque a exploré des sujets comme « Le lecteur idéal », « Avoir vingt ans », « L’invention du livre », « Lectures lointaines » ou « Les bonheurs de Babel ». Au cours de ces manifestations qui sont de francs succès et s’étendent sur quatre jours, tables rondes, lectures, projections, expositions et présentations d’auteurs animent la cité.



LES PRIX LITTÉRAIRES DÉCERNÉS PAR LA MEET


La MEET est également chargée de l’attribution de prix littéraires. Le prix Laure Bataillon, créé en 1986 par les villes de Nantes et Saint-Nazaire, récompense la meilleure œuvre de fiction traduite en français dans l’année. Le jury, composé d’écrivains, de traducteurs et de critiques littéraires a le plaisir de remettre chaque année la somme de 15 000 €, pour moitié à l’auteur de l’œuvre distinguée et pour moitié à son traducteur en langue française. En 2008, Vassili Golovanov et Hélène Châtelain ont été récompensés pour l’ouvrage Eloge des voyages insensés paru aux éditions Verdier.

Le prix de la jeune littérature latino-américaine remis tous les deux ans est l’autre distinction décernée par la MEET. En 2008, le Brésilien Antônio Dutras a été primé pour Jours de Faulkner, roman traduit du portugais par Sébastien Roy et publié par la MEET.

LES PUBLICATIONS DE LA MEET

Enfin, la MEET est une maison d’édition qui a plus de 100 titres à son catalogue. Les auteurs reçus en résidence peuvent proposer des œuvres à l’association pour publication. Les textes sélectionnés sont alors traduits et édités en version bilingue. Sont également publiés des recueils en relation avec le thème exploré lors des rencontres littéraires annuelles organisées par l’association.

La Maison édite également la revue littéraire internationale Meet, consacrée chaque année à deux villes éloignées géographiquement l’une de l’autre. Le dernier numéro, paru en 2008, est consacré au Caire et à Vancouver.


Dernières publications de la Meet





Ying CHEN, Impressions d’été (traduit du chinois par Ying Chen). Genre : Poésie












Antônio DUTRA, Jours de Faulkner (Prix de la Jeune littérature latino-américaine, 2008. Traduit du portugais (Brésil) par Sébastien Roy). Genre : Roman












Revue Meet n°12 Le Caire / Vancouver (revue littéraire internationale consacrée chaque année à deux villes ou deux littératures).









Meeting n° 6, L’Histoire ou la Géographie (recueil des textes des rencontres littéraires internationales).









Enrique VILA-MATAS, Jean ECHENOZ De l'imposture en littérature De la imposture en literatura (traduit de l'espagnol par Sophie Gewinner et du français par Guadalupe Nettel)









Pour retrouver la liste intégrale des publications de la MEET et pour plus de renseignements sur les activités et le fonctionnement de l’association, rendez-vous sur le site
www.meet.asso.fr.


Soazig, Année Spéciale Bibliothèques-Médiathèques.

Partager cet article

Repost 0
Published by Soazig - dans traduction
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives