Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 19:30









BOUSS
Ascensions, I. La structure monde

Le cycliste, 2005















« …Ce que je retire de tout ceci, c’est qu’on est condamné à errer comme des cons dans un immense tas de ruines vides, où le seul passe-temps est de se faire berner par des événements incompréhensibles. Trop bien. Hubert, vachement content ». 



Un mot sur l’auteur

Bouss est un jeune dessinateur né en 1981. Fasciné par l’univers de la bande dessinée, il réalise déjà au lycée ses propres albums. Puis, il intègre les beaux arts et ensuite l’ENNAI de Chambéry et y choisit l’option BD. Inspiré par Lewis Trondheim et Manu Larcenet, Bouss est un auteur complet, à la fois scénariste et dessinateur. Ascensions I. La structure monde est son premier album édité.


L’histoire









Des personnages vivent dans une immense structure semblable à une ville fortifiée. Ils ne savent pas pourquoi ils sont là et ne l’ont jamais su. Quatre d’entre eux se lancent alors dans l’aventure et décident de parcourir la structure à la recherche de l’origine de toute cette machinerie complexe, là où d’autres avant eux semblent avoir échoué dans cette quête. Personne n’a jusqu’à présent pris connaissance de ce qu’il y avait au- delà de la structure ni à l’intérieur, ni au sommet. Aussi bien, le lecteur est autant déboussolé puisqu’il lui est impossible de situer avec précision le lieu où se trouvent les personnages au sein de la structure.








Dès lors, la structure monde apparaît comme une allégorie du monde, de son absurdité et la dimension métaphysique est clairement à l’œuvre. On assiste à l’escalade de la structure par  les personnages principaux qui sont très différents dans leur manière d’appréhender la question. Certains sont plus résignés que d’autres à trouver le pourquoi du comment. Harold par exemple se fait le devoir de résoudre le mystère et de comprendre comment la structure a été créée. Au contraire, Hubert introduit un semblant de flegme et d’humour dans cette quête ; pour lui le pari de la découverte demeure impossible.


L’auteur a choisi un contexte futuriste dans lequel se mêlent modernité et merveilleux (les événements demeurent non datés, du moins ils ne le sont pas encore) pour mieux cerner les aspérités et les questionnements de ses contemporains. L’aspect fantastique et mystérieux de la structure permet de mieux rendre compte de la vie des personnages qui, au fur et à mesure de leur quête, évoluent dans leur rapport au réel et à l’absurdité. Les protagonistes semblent jeunes, aventureux, ambitieux par rapport à toute la résignation vieille et obscure qui encercle la structure.
 



La Tour de Peters et Schuiten

Il est possible d’effectuer un parallèle avec une autre bande dessinée dans laquelle un vieil homme est aux prises avec une structure semblable en forme de tour. En effet, La structure-monde reprend les thématiques de l’isolement et de la désorientation à l’œuvre dans l’album de Peters et Shuiten paru en 1987. Plus tragique dans sa narration, La Tour rassemble des éléments analogues à ceux que l’on trouve dans l’album de Bouss notamment dans les effets de mise en abyme et d’égarements labyrinthiques et mystiques.

Ascensions narre le chemin spirituel de chacun vers le sens de la vie et l’origine du monde, le tout transposé dans une structuration métaphorique. Notons que Bouss prévoit trois tomes pour la série. La sortie du second tome est prévue pour fin septembre.

La Tour, Peters et Schuiten, Casterman

Loïc, A.S. Bib.-Méd.


Liens

Une interview de Bouss :
http://www.planetebd.com/BD/interview-10.html

Ainsi qu’un blog :
http://bouss.over-blog.com/categorie-10125478.html

Site des éditions Le Cycliste



Partager cet article

Repost 0
Published by Loïc - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives