Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 07:00
Abasse Ndione Ramata













Abasse NDIONE
Ramata
Gallimard, La noire, 2000
Folio policier, 2008








 







Osez affronter la première pluie de l’hivernage, et allez à l’auberge du Brise de Mer. Demandez à Moro de vous servir à boire. Peut-être un vin de palme ou une bouteille de Vodka Smirnoff avec des glaçons, selon vos moyens. Patientez le temps que Gobi ait tiré deux ou trois fois sur sa cigarette. Quand il sera prêt, il vous racontera l’histoire de Ramata.

*

Ramata Kaba est née à la campagne. Ses parents l’ont envoyée à la ville, chez son oncle et sa tante, pour y faire des études. Quelques semaines avant de passer son Bac, Ramata a rencontré Matar Samb, héritier des industries Samb, déployées dans tout le territoire. A cette époque, Matar avait à peine trente ans, était très séduisant et déjà immensément riche. Il est tombé follement amoureux d’elle dès le premier regard, convaincu que c’était la femme de sa vie. Il a patienté deux jours dans une fébrilité totale avant d’oser lui demander sa main. Consultée par son oncle, la jeune fille a accepté la demande en mariage de Matar, consciente de ce qu’il lui offrait : un amour passionné, un immense respect, mais surtout, un ticket gagnant pour la bourgeoisie sénégalaise.

Sa beauté naturelle ravageuse, alliée à la richesse et au statut social de son mari
(alors procureur général) lui conféraient une autorité incontestable, mais dont elle a trop souvent tiré partie, au point de devenir une femme autoritaire et antipathique. Chaque contrariété était immanquablement suivie d’un caprice, et Ramata ne se souciait jamais des conséquences de ses actes, ni des graves injustices qu’elle pouvait causer. Son unique intérêt était la satisfaction de ses désirs.

En apparence, Ramata avait donc tout pour être heureuse. Son mari, naïf, croyait chacun de ses mensonges, ne soupçonnait ni son infidélité, ni son comportement intolérable avec le petit peuple du Sénégal, et mettait tout en œuvre pour satisfaire chacune de ses envies. Aussi passait-elle son temps dans l’opulence et le luxe. Néanmoins, « Jolie Madame » comme l’appelaient certains n’était pas épanouie. Son incapacité à ressentir du plaisir pendant l’acte sexuel, sa soi-disant frigidité, que ce soit avec son mari ou avec d’autres hommes, lui procurait un immense sentiment de détresse.

Un jour que Matar était en déplacement, elle avait hélé un taxi pour rentrer chez elle. Au lieu de suivre le chemin indiqué, le taximan avait engagé le véhicule dans une petite route très peu fréquentée et l’avait violée. Et au lieu de se  débattre, Ramata avait espéré que ça dure encore et encore. Pendant que le petit voyou besognait, Ramata prenait un immense plaisir et jouissait pour la première fois. Il l’avait laissée seule, mais Ramata avait su rentrer chez elle et son unique préoccupation avait alors été de le retrouver. Malgré leur différence d’âge marquée, malgré leur différence de statut social flagrant, malgré le mal infligé à son entourage, bien qu’aimer un voyou signifie perdre tout ce à quoi elle avait eu accès presque toute sa vie, bien que lui ne veuille pas d’elle, Ramata a tout fait pour être avec lui…


*

Cette tragédie moderne nous emmène à travers l’histoire politique et sociale du Sénégal. Ancienne colonie française et donc membre fédéré de l’Afrique Occidentale Française entre 1895 et 1958, ce pays, fortement marqué par les coutumes françaises, cherche encore aujourd’hui l’équilibre entre tradition et influence occidentale.

Le Sénégal est devenu un modèle de stabilité politique en Afrique, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu au cours du siècle dernier de nombreuses magouilles politiques et manipulations financières comme nous le révèle Abasse Ndione à demi-mot.

Quelque 500 pages à découvrir absolument.


Elise, L.P.






Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives