Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 07:00

Kourouma-Quand-on-refuse-on-dit-non.gif











Ahmadou KOUROUMA
Quand on refuse on dit non
Seuil, 2004.
Points, 2005

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’auteur

Ahmadou Kourouma né en 1927, dans la petite ville de Boundiali, préfecture de la Côte d’Ivoire, est l’un des écrivains les plus importants du continent africain. Auteur engagée, il fut couronné par La France avec plusieurs prix littéraires, dont le prix Renaudot et Goncourt des lycéens en 2000 pour  Allah n'est pas obligé et le prix du livre inter 1999 pour  En attendant le vote des bêtes sauvages. Il était profondément marqué par le regain de violence en Côte-d'Ivoire et disait à propos de son dernier roman Quand on refuse on dit non lors d'une ses dernières interviews :

 

« Je voudrais que le pouvoir le lise. Cela pourrait permettre de réfléchir, de prendre du recul sur la situation, de voir les responsabilités de chacun et ce qui a conduit à tout cela. Je n’écris pas rapidement. J’espère que la situation se sera améliorée avant que le livre ne soit terminé. »

 

Hélas, il meurt en 2003 en France sans avoir pu constater de réels changements dans son pays natal.



Au cours de sa vie, il s’est illustré dans plusieurs genres tels que le théâtre avec  Tougnantigui ou le Diseur de vérité, pièce censurée au bout de quelques représentations à Abijan en 1972, reprise en 1996 puis éditée en 1998 chez Acoria. Il a également écrit des romans :  Les Soleils des indépendances (1968),  Monnè, outrages et défis en 1990, En attendant le vote des bêtes sauvages en 1994, et enfin Allah n’est pas obligé en 2000, et Quand on refuse on dit non en 2004.

Polyvalent, il s’est aussi illustré dans les livres jeunesse avec par exemple Le griot, homme de parole aux éditions Grandir, comme beaucoup de ses livres.

Son dernier roman, Quand on refuse on dit non, est un manuscrit inachevé. Ahmadou Kourouma aurait commencé à écrire un roman sur l’histoire de la Côte d’Ivoire et sur le conflit qui endeuille le pays depuis 2002 sans avoir eu le temps de finir son œuvre. Il est la suite de son dernier roman Allah n’est pas obligé, dans lequel il dresse le portrait d’un enfant-soldat, mais aussi des conflits africains.



Résumé

Ce roman a pour toile de fond les événements dramatiques du pays en guerre. On y retrouve donc Birahima, l’enfant-soldat qui, arrivé chez son cousin après avoir fui la guerre, travaille dans une compagnie de taxis-brousse et tente de parfaire son éducation. Cette vie tranquille va l’amener à  rencontrer Fanta, la jeune fille d’un imam, « belle comme un masque de gouro ». Fasciné par sa beauté et son intelligence, il acceptera de la conduire en zone rebelle pour fuir la ville de Daloa où a eu lieu un massacre, en espérant trouver protection et soutien chez les siens à Bouaké. Tout au long de leur voyage, Fanta se propose de lui raconter leur histoire, celle de la Côte d’Ivoire. Tous les thèmes sont abordés, de la production de cacao aux élections corrompues. Birahima interprète de façon naïve et malicieuse l’histoire de son pays. C’est toute une page d’histoire qui se dévoile dans le temps de la fuite et du voyage.



Analyse

Ce livre est véritablement une leçon de vie. Nous apprenons au fil des pages l’histoire d’un pays, ses coutumes, en apprenant à connaître ses habitants. Birahima est le reflet de toute une génération, qui a grandi dans le conflit, les massacres et la violence. Face à toute l’horreur que représentent les guerres, il présente une certaine naïveté et une prise de conscience inexistante.

 

« Pour la première fois j’avais l’occasion de me faire valoir devant Fanta… Je répondis tout de suite que j’avais tué beaucoup de personnes  avec le kalachnikov. Avec un kalach, je pouvais tuer tous les Bété, tous les loyalistes, tous les affreux. J’avais pillé des maisons, des villages. J’avais violé… »

 

Comme Birahima, nous apprenons, nous découvrons un pays et une histoire qui est en train de se faire et dont nous ne connaissons pour ainsi dire rien. C’est  avec une plume plus que réaliste qu’Ahmadou Kourouma livre un message accessible à tous, pour tous. Par-delà l’histoire d’un pays, il y a la langue parlée, et le livre est un véritable dictionnaire, qui rend le récit plus réaliste encore. On retrouve donc cette volonté de tout montrer, tout partager et tout dévoiler. La plupart des mots employés dans la langue natale sont des insultes ou des reproches que fait Birahima. On trouve par exemple « Faforo ! » qui est traduit par « cul de mon papa ! », « Walahé ! » qui signifie « Au nom d’Allah ! ». On remarque par ailleurs que Kourouma n’a pas peur d’abuser des parenthèses pour nous traduire tous les mots ou les expressions ivoiriens. C’est d’ailleurs grâce à Birahima que nous apprenons ce vocabulaire. En effet tout au long du récit il garde avec lui son dictionnaire et va justifier l’emploi d’un mot que l’on risquerait de ne pas comprendre, mais aussi l’emploi des mots qu’il a appris récemment ou qu’il ne maitrise pas totalement : « Elle en a apporté deux autres qui ont été vite ingurgités (gloutonnement absorbés). » ; « Quand c’est une communauté de toubabs (de blancs), on dit une civilisation, mais quand c’est des noirs, des indigènes, on dit tribu ou ethnie (d’après mon dictionnaire). » Il y a donc une véritable transmission de culture : Kourouma souhaite montrer pour dénoncer,  Birahima souhaite montrer pour faire comprendre, et Fanta désire montrer pour instruire.

L’histoire se développe autour d’une rencontre, celle de Birahima et Fanta, deux personnages très différents. Ellle est instruite, réfléchie, d’un caractère calme. Lui est un guerrier, un assassin, et tente de s’instruire. C’est tout son parcours que nous suivrons, son apprentissage, grâce à Fanta, mais c’est également le nôtre : nous apprenons avec lui. Il y a dans ces personnages tout ce que souhaite révéler Kourouma : Birahima est l’œuvre de la guerre, de la violence et de l’ignorance. Fanta elle, porte avec elle l’espoir et la connaissance de toute une génération.

 

Une dernière volonté

Quand on refuse on dit non est comme un testament laissé par Ahmadou Kourouma à ses compatriotes, c’est un message de paix, de tolérance et d’espoir dans le but d’arrêter ces massacres qui déchirent le pays et des populations entières. Le titre sonne comme un appel à la liberté, à l’émancipation. Ce roman inachevé a été écrit dans l’urgence (huit mois de travail ininterrompu) et représente un véritable défi, son dernier défi d’homme.  C’est celui d’arriver à montrer un pays, une histoire qui est en train de se faire et de dénoncer au plus vite.

La dernière phrase du livre : « Et il y avait des gbagas pour Bouaké » est sans doute la dernière que Kouoruma ait saisie sur son ordinateur. Le roman s’interrompt alors sur une double promesse, celle d’un passage de frontière pour la sécurité, mais celle aussi peut-être d’un passage, d’une nouvelle aventure pour Fanta et Birahima, qui devrait demander la main de la jeune fille. L’auteur laisse ici la porte ouverte à n’importe quelle suite pour le malicieux enfant-soldat, une porte ouverte aussi, sans doute, sur un avenir meilleur.


Laure, 1ère année édition-librairie.

 

 

Ahmadou KOUROUMA sur LITTEXPRESS

Ahmadou Kourouma Les soleils des independances



Articles de Maylis et d'Hortense sur Les Soleils des indépendances.



Kourouma en attendant le vote des betes sauvages

Article d'Emilie sur En attendant le vote des bêtes sauvages





Ahmadou-Kourouma-Allah-n-est-pas-oblig-.gif


Articles d'Aude et de Marine sur Allah n'est pas obligé.



Russell-banks-American-Darling.gif


Parallèle de Patricia entre American Darling de Russell Banks et Allah n'est pas obligé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

maureen okon 26/06/2016 08:11

Quels sont les découpage sequentiel dans quand on refuse on dit non de ahmadou kourouma

Recherche

Archives