Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 07:00

Manara-Jodorowsky-Borgia.gif

 

 

 

 

Scénariste : Alejandro JODOROWSKY
Dessinateur : Milo MANARA
Traducteur : Jean-Michel BOSCHET
Borgia (série complète en quatre tomes)
Drugstore, collection adulte
Pour le premier tome :
Première édition en France : SEFAM, 2004
Première édition chez Glénat : décembre 2008
Edition intégrale,
tirage unique et limitée
avec ex-libris de Manara : novembre 2011
Pour les éditions des autres tomes,
voir http://www.drugstorebd.com/bd/borgia-integrale-luxe-tirage-unique-9782723485692.htm


 

 

 

Biographie de Jodorowsky

D'origine chilienne, Alejandro Jodorowsky est né en 1929. Il multiplie les activités dans des domaines variés : scénariste et acteur dans le cinéma, auteur de performances, romancier, poète et, ce qui nous intéresse plus particulièrement, scénariste de bande dessinée de renommée internationale.

Depuis les années 80, Jodorowsky travaille surtout comme scénariste de bande dessinée ; il est particulièrement connu pour être l’auteur de la série L'Incal, dont les premiers albums sont dessinés par son complice Mœbius. Associé au dessinateur Juan Gimenez, il produit La Caste des Méta-Barons, vaste saga se déroulant dans le même monde que L’Incal, où il donne libre cours à ses théories sur l’importance de la lignée, le rôle de la paternité et de l’union entre deux amants.

Une autre série, Les Technopères, en collaboration avec le dessinateur Zoran Janjetov (avec qui il a déjà collaboré sur la série Avant l'Incal), reprend et développe ses mythes personnels. Il scénarise également la série Juan Solo, sorte de thriller situé dans une ville corrompue d’Amérique du Sud, où un jeune homme entame un parcours initiatique à travers la violence et l’immoralité. Jodorowsky et Mœbius se retrouvent en 2000 pour réaliser Après l'Incal, qui reste inachevé avec un seul album intitulé Le Nouveau Rêve.

Finalement, c'est en 2008 que Jodorowsky crée la dernière partie du troisième arc de L'Incal, avec le premier tome de la série Final Incal dessinée par José Ladrönn.

Il a aussi collaboré avec François Boucq sur les séries Face de Lune et Bouncer ainsi qu’avec Arno, Covial et Marco Nizzoli sur deux séries – Les Aventures d'Alef-Thau et Le Monde d'Alef-Thau – dans lesquelles le personnage principal, né enfant-tronc, va acquérir au fur et à mesure des épisodes son intégrité physique et spirituelle.



Biographie de Manara

Milo Manara naît à Luson en Italie en 1945 dans une famille peu aisée. Dès 12 ans, il travaille, réalisant de petites peintures décoratives sur commande. Par la suite, il s'inscrit dans un lycée privé d'art et devient l'assistant d'un sculpteur espagnol à Vérone. Puis il s'inscrit à l'université d'architecture à Venise. Il découvre la bande dessinée tardivement à travers Barbarella notamment ; il est séduit par le fait qu'il s'agisse de séries et son faible coût qui rend ce medium abordable pour le plus grand nombre. Manara commence donc sa carrière de dessinateur de bande dessinée en 1968 avec des séries érotico-policières dont Genius, puis une série dont le protagoniste est une femme pirate, Jolanda.

En 1974, il réalise une adaptation du Décaméron de Boccace. En 1976, Le Singe est son premier récit ambitieux. À la même époque, il collabore à La Découverte du monde en bandes dessinées aux éditions Larousse. En 1978 sort L’Homme des neiges et, la même année, Les Aventures de Giuseppe Bergman.

En 1983, sa carrière prend une nouvelle direction avec Le Déclic qui le consacre en tant que maître de la bande dessinée érotique. En 1987, Hugo Pratt devient son scénariste pour Un été indien, expérience qu'ils rééditent sept ans plus tard avec El Gaucho.

Entre-temps, sur un scénario de Federico Fellini, il met en images Voyage à Tulum (1984), collaboration qui se poursuivra en 1992 avec Le Voyage de G. Mastorna.

Aujourd'hui, Milo Manara continue une production régulière d'histoires érotiques mais il participe également à des projets plus originaux, comme l'illustration de portfolios divers.



Sources

Pour ceux qui comprennent l'espagnol, voici le site officiel de Jodorowsky
 http://www.clubcultura.com/clubliteratura/clubescritores/jodorowsky/home.htm

Pour la biographie complète et une bibliographie incomplète
 http://fr.wikipedia.org/wiki/Alejandro_Jodorowsky

Pour une biographie sélective et la bibliographie également incomplète
 http://jodorow.free.fr/jodorowsky/frame.html

Pour la biographie des dessinateurs ayant travaillé avec Jodorowsky et leur bibliographie
 http://jodorow.free.fr/jodorowsky/Dessinateurs.html

Pour ceux qui comprennent l'italien, superbe site officiel de Manara avec biographie, bibliographie et une galerie d'illustrations sympathique
 http://www.comicon.it/MiloManarasite/fr/fumetti/

Pour une biographie en français :
 http://fr.wikipedia.org/wiki/Milo_Manara



Résumé de la série Borgia

Manara-Borgia_1.jpgLe premier tome retrace la déchéance du Pape Innocent VIII qui, au seuil de la mort, s'abreuve du sang de jeunes hommes et femmes du peuple dans le but illusoire d'atteindre l'immortalité et les intrigues qui conduisent Rodrigo Borgia à l'accession au Saint-Siège, sous le nom d'Alexandre VI, en 1492.

À peine arrivé au pouvoir, il doit déjà affronter, dans une Rome en pleine décadence, la colère du peuple encouragée par des voix virulentes, notamment celle d'un moine, Savonarole, qui s’élèvent contre ce pape aux mœurs plus que dissolues. Déjà des alliances politiques se profilent entre certaines villes italiennes et la France ou l’Espagne pour le renverser. Alexandre VI va devoir trouver le moyen de manipuler l’opinion et susciter des alliances d’intérêt en utilisant au mieux ses enfants, César, Juan et Lucrèce. Tous les moyens seront bons pour préserver son pouvoir.

Dans le troisième tome, les cieux semblent donner raison au moine florentin puisque la ville devient, une nouvelle fois, la proie de la peste. De plus, Charles VIII menace d’envahir la péninsule pour s’approprier le royaume de Naples et détrôner Rodrigo Borgia sur les conseils du cardinal Julien della Rovere qui vise sa succession. Mais le pape, ses conseillers et son sbire veillent et réussiront, à force de manœuvres, à déjouer ces complots.

Au cours du dernier tome, César Borgia se rend auprès de son père. Il va retrouver aux côtés de ce dernier son frère Juan qui revient d'Espagne. Alors que la famille est réunie, nous assistons à l'assassinat de Juan, empoisonné, et au report des espoirs du pape sur son fils aîné. Toutefois, rien ne pourra empêcher la déchéance de cette famille et son annihilation quasi complète.

Manara-borgia_2.jpg

Commentaires

Bien que l'intrigue soit fondée sur des faits historiques, Jodorowsky n'hésite pas à prendre ses distances par rapport à l'Histoire, choisissant d'accentuer la vie dissolue de la famille Borgia tout en conservant, notamment grâce au dessin extrêmement précis, réaliste et sensuel de Manara, une ambiance propre à transcrire cette époque de décadence, de luttes de pouvoir complexes et de violence.

Cette série n'est évidemment pas à mettre entre toutes les mains puisque nombreuses sont les scènes de débauche en tout genre : alcool, relations incestueuses (entre le père et la fille, la sœur et le frère, l'oncle et la nièce), orgies sexuelles, corruption et assassinats sont omniprésents. Ce qui dénote une critique sévère de la religion, mais plus largement aussi du pouvoir et de l'abus qui en est presque systématiquement fait. En outre, la conclusion de la quadrilogie peut donner raison à ceux qui chercheraient une portée morale à tout cet étalage de luxure et de violence, puisque la famille Borgia est déchue de ses fonctions, la majorité de ses membres sont assassinés ou morts et le dernier survivant, César, cache son visage défiguré par la vérole derrière un masque.

Manara, en raison de son expérience dans la bande dessinée érotique, était tout désigné pour réaliser cette série. À travers de larges cases où se déroulent des scènes carnavalesques d'orgie, emplies de détails plus croustillants les uns que les autres, on perçoit le plaisir éprouvé par Manara lors de leur réalisation ainsi que l'étendue de son talent. Le parti pris d'un rendu rétro des couleurs peut rebuter au départ mais sert finalement à la perfection l'ambiance à la fois faste et décadente de cette époque.
Manara-borgia_3.jpg

L.U., AS Éd.-Lib.



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives