Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 07:00

angel-de-la-calle-tina-modotti-1.gif

 

 

 

 

 

Ángel de la CALLE
Tina Modotti
Titre original

Modotti
Una mujer del siglo veinte
 Sins Entido, 2007
traduit de l'espagnol
par Rachel Viné-Krupa
coédition Vertige Graphic

et  Envie de Lire, 2011.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette bande dessinée réalisée par Ángel de la Calle retrace la vie mouvementé d’Assunta Adelaide Luigia Modotti Mondini dite « Tina Modotti », photographe et actrice italienne, personnage aux mille facettes.



Ángel de la Calle, est un auteur, illustrateur et critique de BD espagnol né en 1958. Il participe activement depuis 1987 à l'organisation de la  Semana Negra de Gijón aux côtés de son ami Paco Ignacio Taibo II, auteur hispano-mexicain. La Semana Negra est un festival culturel fondé par Paco Ignacio Taibo II en 1987 autour du genre du roman noir. Aujourd'hui, le festival accueille près d'un million de visiteurs sur une période de dix jours dans la ville espagnole de Gijón, dans la province des Asturies. Outre la littérature, le festival propose des concerts, des marchés et d'autres animations.


librairie envie de lire logo
Ce livre est introduit par une préface de Paco Ignacio Taibo II qui apparaît également dans la BD comme personnage secondaire avec l'auteur lui-même.Le livre se conclut sur les reproductions d'une sélection de clichés de Tina Modotti, d'un court essai sur la photographie écrit par l'héroïne en 1929 ainsi qu'une bibliographie réalisée par la librairie  Envie de Lire à Ivry-sur-Seine qui nous renvoie vers une multitude d'ouvrages sur Tina Modotti, le Mexique, la révolution russe, le Komintern, l'Espagne...



Tina Modotti : personnage aux mille facettes

Au fil des 250 pages de ce livre, nous suivons la vie de Tina Modotti émigrée italienne aux États-Unis dans les années 1920 jusqu'à sa mort 22 ans plus tard au Mexique, en passant par Berlin, Paris, Madrid ou encore Moscou. Truffée de références, cette BD nous fait découvrir cette jeune Italienne fuyant la misère de son pays, devenue actrice à Hollywood, puis photographe reconnue au Mexique, modèle du peintre mexicain Diego Rivera, militante acharnée de l'internationale communiste, victime de la manipulation autoritaire stalinienne.


L'évolution du personnage est passionnante : après d'éphémères rêves de gloire à Hollywood, elle s'installe au Mexique où elle devient une grande photographe, puis vient le temps de l'engagement militant, des voyages et autres exils. Dévouée à la cause des travailleurs opprimés, elle milite de nombreuses années et dans de nombreux pays au sein du Secours rouge international, organe du Parti Communiste qui vient en aide aux ouvriers(ères) et leurs enfants.

Mais plus que Tina Modotti, c'est tout son entourage que de la Calle nous propose de rencontrer. On croisera alors, au détour des amours de Tina, de ses voyages et autres aventures, de grands personnages du XXe siècle comme Edward Weston, père de la photographie artistique américaine et amant de Tina, le peintre mexicain Diego Rivera s'inspirant de Tina pour quelques-unes de ses fameuses fresques murales, Julio Antonio Mella, amant de Tina et fondateur du Parti communiste cubain, assassiné en 1929 au bras de Tina. À Moscou, on rencontre le grand cinéaste Eisenstein, puis on croise dans les rues de Paris André Gide, le couple Malraux, Walter Benjamin, Hemingway et Joyce. Enfin, on rencontre au Mexique une multitude d'artistes et personnalités sud-américaines se rassemblant dans le salon de Tina pour des soirées de fête entre intellectuels et artistes de tous horizons. C'est là qu’elle rencontre Frida Kahlo, toute jeune peintre alors âgée de 19 ans, le Général Sandino, leader de la guérilla nicaraguayenne, Pablo Neruda qui écrira son épitaphe en 1942, et bien d'autres encore...


 angel-de-la-calle-tina-modotti-2.jpg

Hagiographie laïque : le romanesque au service du devoir de mémoire

Cette biographie pourrait être décrite comme une hagiographie laïque tant l'auteur de cette BD est obnubilé par le personnage romanesque et romantique de Tina Modotti, tant il mélange les genres en se permettant des digressions dont la précision historique est incertaine, tant il se permet de réinterpréter les passages d'ombre de la vie de l'héroïne. Le livre est construit sur une abondante variété de styles narratifs, l'auteur n'hésitant pas à se mettre en scène durant les recherches qui lui ont permis d'écrire le livre, empruntant des poèmes de grands auteurs qu'il illustre de passages de la vie de Tina, incluant dans le récit des passages de la correspondance de Modotti.

Comme dans un roman d'énigme, Ángel de la Calle parcourt le monde sur les traces de son héroïne, à la recherche d'indices pour éclairer les zones d'ombre de la vie de Tina Modotti. Entre rêve et réalité, il mène le lecteur dans les ruelles et les chemins scabreux que lui-même emprunte, jusqu'à se mettre en scène aux côtés de deux super-vieillards tout droit sortis de son imagination : un Batman trotskiste et un Superman stalinien se battant dans une chambre du légendaire Hôtel Chelsea tout en nous expliquant les subtilités de leurs théories politiques respectives. Cette scène, à l'image de plusieurs passages du livre, montre comment l'auteur contourne certaines contraintes de la réalité pour expliquer le réel. Il part d'une histoire pour écrire l'Histoire avec un grand H.



Tina Modotti est en fin de compte le grain de sable qui raconte le désert. La friulana est au cœur de toutes les tempêtes : du Berlin du début des années 30 à la lutte acharnée des brigades internationales contre le fascisme entre 36 et 39 en Espagne. Ángel de la Calle, en racontant la vie de Tina Modotti, nous raconte le XXe siècle : les révolutions en Amérique du sud, le parti communiste sous ses aspects les plus glorieux et les plus sombres, la guerre d'Espagne, le Paris des années 30, le Moscou de la période stalinienne... Bien plus qu'une biographie, ce roman graphique nous propose de découvrir un personnage dans toute sa complexité, ainsi que l'histoire chaotique du siècle qu'elle traverse. Le titre de la version originale prend alors tout son sens : Tina, femme du XXe siècle.


angel-de-la-calle-tina-modotti-3.jpg

Baptiste, AS édition-librairie

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Baptiste - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives