Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 07:00
Boris Akounine Pélagie et le bouledogue blanc






Boris AKOUNINE
Pélagie et le bouledogue blanc

Titre original : Пелагия и белый бульдог
Traduction du russe
par Alexandre Karvovski et Odette Chevalot.
Presses de la Cité, 2005
10/18, « Grands détectives »
, 2008














Pélagie et le bouledogue blanc
fait partie de la trilogie « Pélagie ».


Boris-Akounine

Boris Akounine est le pseudonyme de Grigori Chalvovitch Tchkhartichvili. Cet écrivain est né en 1956 en Géorgie, et a collaboré à la revue russe Inostrannaïa Literatoura (Littérature étrangère), avant de se consacrer à l'écriture. Il s'est fait connaître en France avec la série « Eraste Fandorine » qui relate les aventures d'un fonctionnaire russe entre 1875 et 1900. Cette série a eu un grand succès et certains de ces volumes ont été adaptés au cinéma. Il a ensuite commencé une nouvelle série, Altyn Tolobas, toujours en cours, et a dernièrement publié une trilogie, « Pélagie », dont le dernier tome est sorti récemment. Cette trilogie, tout comme la série « Eraste Fandorine » se déroule en Russie à la fin du XIXe siècle, mais est beaucoup moins noire et dramatique. Elle commence avec Pélagie et le bouledogue blanc, se poursuit avec Pélagie et le moine noir (2008), et s'achève avec Pélagie et le coq rouge (2009).

Pélagie et le bouledogue blanc est donc le premier tome de cette nouvelle série. C'est un policier plutôt déroutant (à commencer par le titre ! ), captivant et plein d'humour. L'histoire se déroule dans une province russe, qui est en temps normal préservée des agitations de la capitale. Aussi le roman commence-t-il par un fait divers apparemment peu important : la mort d'un bouledogue blanc. D'ailleurs, on pourrait renommer le premier chapitre de cette oeuvre ainsi : « Comment un bouledogue blanc et baveux va pousser un respectable évêque à envoyer une jeune religieuse enquêter » !

Boris Akounine Pélagie et le bouledogue blanc 2En effet, le point de départ de l'intrigue est l'empoisonnement d'un chien, et c'est soeur Pélagie, une religieuse orthodoxe maladroite mais observatrice, qui va être chargée d'éclaircir cette mort. Cet épisode est le début d'une grande enquête qui va s'étaler sur plusieurs mois, avec l'épaississement de l'intrigue et l'apparition d'autres personnages. Elle va finir par mêler à l'intrigue de base intérêts politique et religieux, et met en scène de hauts personnages, comme l'évêque de la province, le gouverneur, et un étrange inspecteur religieux qui va donner bien du fil à retordre aux deux premiers. Grâce au narrateur, omniprésent, on suit les aventures de tous ces personnages, tout en revenant régulièrement à soeur Pélagie, par qui l'histoire avance. Le récit se révèle parfois tout à fait surprenant, même pour les lecteurs habitués aux récits de Boris Akounine.

Les talents d'écrivain de ce dernier servent à merveille l'histoire. Le style d'écriture est très agréable, les descriptions sont bien faites, les dialogues réalistes, l'auteur instille beaucoup d'humour dans ses personnages et les anecdotes racontées. Boris Akounine livre un récit très réaliste : aussi se retrouve-t-on emporté avec la religieuse, très attachante, dans ses enquêtes. En temps que lecteur occidental, on subit à la fois un dépaysement spatial et temporel — la Russie à la fin du XIXe siècle —, tout en étant captivé par l'histoire du roman. Les personnages sont remarquablement décrits du point de vue psychologique. Le personnage de l'évêque est une figure très intéressante, loin des stéréotypes courants. Ce protagoniste est aussi l'occasion pour Akounine de nous livrer quelques remarquables réflexions d'ordre philosophique sur la manière de gouverner et de conserver en paix une province. On est aussi amené à réfléchir (eh oui, il s'agit d'un roman policier ! ) sur les crimes commis et les motivations des personnages.

À la manière des romans d'Agatha Christie, une fois l'intrigue résolue, on s'aperçoit que tous les éléments du récit s'imbriquent parfaitement. Il ne s'agit pas d'un thriller avec des scènes d'épouvante, mais d'une tranche de vie plausible et intéressante humainement. Personnellement j'ai lu ce roman en deux jours, et j'étais tellement prise par le récit que je l'ai fini à deux heures du matin...

Marina, AS Bib-Méd.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marina - dans polar - thriller
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives