Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 07:00

carlos-salem-nager-sans-se-mouiller.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carlos SALEM
Nager sans se mouiller

titre original

Matar y guardar la ropa

traduit par Danielle Schramm
Actes Sud,
Actes noir, 2010
Babel Noir, 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Juan Perez Perez est pour sa famille, un type d'une banalité affligeante. C'est un cadre supérieur médiocre qui travaille pour une grande multinationale qui vend du papier hygiénique. Rien de bien excitant. Sauf qu'en réalité, cette multinationale, l'Entreprise, est une immense agence de tueurs à gages pour laquelle Juan est Numéro Trois. Il est d'ailleurs l'un des meilleurs dans ce qu'il fait.

Divorcé depuis trois ans, il s'apprête à passer ses premières vacances seul avec ses enfants. La veille du départ, Numéro Deux, le supérieur de Juan, le charge d'une mission de surveillance dans un camping naturiste chic. Anodin. À partir de cet instant, les problèmes s'enchaînent : le numéro de plaque d'immatriculation servant à repérer la cible se révèle être celui de son ex-femme qui s'est installée dans la tente d'à côté et qui s'envoie en l'air avec son nouveau petit ami le juge Beltrán, réputé incorruptible ; il doit également essayer de tisser des liens avec ses enfants ; faire face au retour de son ami d'enfance Tony qu'il n'a pas revu depuis des années, à l'arrivée d'un autre Numéro dans le camping, puis du commissaire Arregui que Juan a déjà croisé plusieurs fois dans le cadre de la « livraison de ses colis », et ainsi de suite jusqu'à la fin du livre.

Il y a cependant quelques points positifs à ces vacances : il rencontre Yolanda qui travaille au camping. Avec elle, Juan se pose des questions sur lui, sur ce qu'il a fait, ses relations avec les autres. Il rencontre également un auteur sicilien, Camilleri, à qui il finit par se confier.



Ce qui est le plus intéressant dans ce roman, ce sont les relations que le personnage principal entretient avec les autres et son rapport à l'identité. Juan a tout compris, il sait s'adapter à toute éventualité, il sait comment réagir face à n'importe quelle situation. Il a un regard assez distant et plein de bon sens sur ce qui l'entoure. Il est posé et réfléchi. Nager sans se mouiller est un roman sur l'identité. Sans parler de quête, puisque Juan sait faire la différence entre Juan et Numéro Trois, il découvre tout un tas de choses sur lui qu'il ne soupçonnait pas : sa capacité à être un père responsable et à aimer ça, son envie d'être avec Yolanda (et pas seulement physiquement).

Juan a un rapport tout particulier avec les autres : son ex-femme le considère comme une personne médiocre et Juan s'en contente parfaitement (c'est une manière pour lui de protéger ses proches sur ce qu'il est vraiment), Andres Camilleri joue un rôle important pour Juan. On ne peut pas parler de père de substitution mais Juan s'entend parfaitement avec lui. D'ailleurs, si père de substitution il doit y avoir, ce rôle devrait être endossé par le vieux Numéro Trois que Juan a dû tuer avant de prendre sa place. Il est mort mais Juan y fait si souvent allusion qu'on dirait qu'il est lui aussi au camping. Arregui a quant à lui déjà croisé Juan à plusieurs reprises lors de colis livrés par Juan, il a donc des doutes sur cet homme vraisemblablement minable.



En dehors de l'aspect psychologique, l'enquête de Juan au sein du camping est véritablement passionnante, le puzzle des personnages se met lentement en place, révélant les caractères de chacun.

Noter que la fin est très surprenante avec un long épilogue et un dénouement inattendu.


E. A., 2e année Éd.-Lib.

 

Carlos SALEM sur LITTEXPRESS

 

Carlos Salem Aller simple

 

 

 

 

Article de Justine sur Aller simple.

 

 

 

 

 

 

 

Carlos Salem Nager sans se mouiller

 

 

 

 

 

 Article de Clémence sur Nager sans se mouiller

 

 

 

 

 

 

 

Carlos Salem

Rencontre avec Carlos SALEM (1)

 

 

Rencontre avec Carlos Salem (suite).

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives