Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 07:00

      Bord-images-affiche.jpg

Vendredi 3 février. L’espace Saint-Rémi accueille l’inauguration de Bord’images : Regard 9 organisé notamment par  l’association 9-33 qui coordonne à Bordeaux et en Gironde de nombreux événements autour de la bande dessinée.

Bordeaux a depuis quelques jours pris ses allures d’hiver, à croire que le climat québécois a accompagné ses dessinateurs. En effet cette année, afin de célébrer les cinquante ans de liens entre Bordeaux et Québec, le festival Bord’images accueille des illustrateurs québécois en résidence d’auteur. Ces derniers associent leur travail à des illustrateurs bordelais pour produire des réalisations de planches dans un esprit d’appropriation et de revisite du travail de chacun, ainsi que pour parler de leurs expériences de la BD et pour créer ensemble lors de performances.



Les auteurs d'outre- Atlantique

 

Bordimages-Valentin-de-Pascal-Girard.jpg

 

 

 

 

Pascal Girard : dessinateur-scénariste, né à Québec en 1981, il décide rapidement de faire du dessin sa profession. Il vient de publier, en collaboration avec Yves Pelletier, Valentin, aux éditions La Pastèque.

 

 

Bordimages-White-Crows-de-Jean-Francois-Bergeron.jpg

 

 

 

 

 

 

Jean-François Bergeron, dit Djief : né en 1971, ce Québécois, dessinateur et scénariste, fut aussi concepteur de jeux vidéo. Il est aujourd’hui auteur de BD indépendant et travaille sur sa première série solo White Crows publié chez Soleil.

 

Pierre-Bouchard-L-ile-aux-ours.gif

 

 

 

 

 

 

 

Pierre Bouchard : ce passionné de graphisme et de dessin était déjà venu en 2008 lors d’une résidence à la bibliothèque Gabrielle Roy. Il publie son premier roman graphique en 2007 : L’île aux ours, a réalisé deux films d’animation et a participé à la publication du fanzine Bidon.
 

 

Bordimages-Rewind-de-Philippe-Girard.jpg

 

 

 

 


Philippe Girard : ce dessinateur et scénariste fut en résidence à Bordeaux entre août et octobre 2010. Il a déjà publié six romans jeunesse et dix albums BD. Il est en outre l’un des fondateurs de la maison d’édition québécoise Mécanique générale.

 

 

 

 

 

Francis-Desharnais-Burquette.gif

 

 

 


Francis Desharnais : ce dessinateur a touché à tous les domaines du graphisme et de l’animation graphique. Mais c’est avec sa BD Burquette, qu’il est depuis peu connu pour ses talents d’illustrateur et de scénariste.

 .

 

 

 

 

 

 

 

 

Du côté de la Belle Endormie…

 

Bordimages-Le-dernier-des-mohicans.jpg

 

 

 

Didier Cromwell : né en 1959, ce dessinateur fut formé à l’école des Gobelins à Paris. Il est, entre autres, l’auteur de la série Anita Bomba qu’il publie chez Casterman, mais il est surtout connu pour sa reprise et son adaptation graphique du Dernier des Mohicans, un roman de James Fenimore Cooper.

 

 

 

 

 


Bordimages-Quatre-de-Anton.jpg

 

 

 

Anton : ce dessinateur pessacais, né en 1973, connait ses premières influences dès l’enfance avec Tintin mais surtout grâce à de grands auteurs de comics comme Frank Miller ou Alan Moore. Après un passage aux Beaux-Arts de Bordeaux, il se lance dans l’industrie du jeu vidéo. Il entre dans l’univers de la BD grâce à des autoproductions mais surtout par la publication d’Eclipse-Last contact en 1999 chez Egone. Il partage aujourd’hui son temps entre le dessin et le journalisme de BD.

 Laureline-Mattiussi-L-ile-au-poulailler.gif

 

 

 

Laureline Mattiussi (dessinatrice-scénariste) : née en 1978 à Nancy, elle suit des études d’art appliqué et aux Beaux-Arts qui la conduiront à Angoulême puis à Bordeaux. Sa première bande dessinée intitulée Petites hontes enfantines (éditions La boîte à bulles, 2006) connaît un vif succès. En 2010, L’île au poulailler reçoit le prix Artémisia. Son dernier album, coproduit avec Sol Hess, La lionne (tome 1), est paru cette année chez Glénat.

 

 

Bordimages-vincent-Perriot.gif

 

 

 

 

Vincent Perriot : né en 1984, il fait l’école des Beaux-Arts d’Angoulême à partir de 2003. Il publie avec Guillaume Trouillard le livre Entre Deux aux éditions de la Cerise. Son premier album de BD est Taïa Rouge qu’il réalise avec Mathieu Malherbe et qui leur vaut le prix Jeune talent 2009 de Virgin, Le Figaro magazine et DBD.

 

 

Bordimages-Jerome-d-aviau.gif

 

 

 

 

 

 

Jérôme d’Aviau : ce Parisien de naissance commence réellement la BD en 2005. Il vit aujourd’hui à Bordeaux, participe régulièrement à Psikopat et à Tchô. Il signe aussi sous les pseudos Poipoi, Poipoipanda et Jeroda, et joue dans le groupe de musique FuckOn. Il publie en 2010 un album jeunesse : Le trop grand vide d’Alphonse Tabouret avec Sibylline (scénario) et Capucine (lettrage) chez Ankama éditions.

 

 

Bordimages-Johanna-schipper.gif

 

 

 

Johanna Schipper (dessinatrice et scénariste) : née en 1963 à Taïwan, elle arrive en France en 1972. Elle fait ses études à l’École Européenne de l’Image d’Angoulême. Après avoir travaillé comme coloriste, elle publie une série, Phosfées, aux éditions Delcourt. Suivront Née quelque part (éditions Delcourt en 2004), Les âmes sauvages (Futuropolis, 2007) et Le printemps refleurira en deux tomes (Futuropolis, 2010).

 

 

 

 

 

 

 

C’est donc dans une ambiance froide mais conviviale qu’est inaugurée cette nouvelle édition de Bord’images. Les artistes créent sur des supports multiples et originaux, notamment sur de grandes toiles, ce qui est assez inhabituel et qui donne une certaine ampleur à la bande dessinée. On peut également assister à la naissance d’un dessin réalisé à l’outil numérique et projeté sur les murs de l’espace Saint Rémi. D’ailleurs la question de la création par le numérique est un point de plus en plus abordé dans les manifestations bordelaises autours de la BD comme par exemple avec la journée organisée par L’ECLA : « Bande dessinée : où en est-on du numérique ? ».

Les spectateurs virevoltent (il faut au moins cela pour se réchauffer) de planche en planche, d’œuvre en oeuvre un verre à la main, on s’imprègne des créations dans ce lieu atypique qu’est l’espace Saint Rémi. Les oeuvres s’achèvent, les discours aussi… Le programme est dense, un choix s’impose donc puisqu’il nous sera impossible de suivre chaque rencontre, de découvrir toutes les expositions dans les différentes bibliothèques de la ville. Faire un compte rendu sur la partie la plus originale de la rencontre et certainement le plus créatrice nous semble plus pertinent dans ce contexte où la création est de moins en moins publique avec les problèmes de l’édition. Les performances qui ont lieu les samedis nous semblent plus appropriées pour rendre compte de la richesse de ce genre et de la création entre ces auteurs et dessinateurs qu’un océan sépare.



Samedi 4 février. Alfred nous propose d’assister en direct à sa réinterprétation du roman destiné aux adolescents Je mourrai pas Gibier, de Guillaume Guéraud (éditions Du Rouergue, 2006) et ce malgré le froid.
Bordimages-je-ne-mourrai-pas-gibier-BD.jpg
Alors que Gérard Guérineau lit le roman, l’illustrateur, Alfred, fait naître ses dessins sous nos yeux (grâce à une petite caméra) et les projette sur grand écran. L’histoire prend force avec tout ce qu’elle a d’interrogation, de violence et d’insurrection. Insurrection et dénonciation de cette ignorance et de ses rites imbéciles encore présents dans certaines campagnes et dont l’auteur a fait le portrait à travers ce jeune homme qui, alors qu’il tente d’échapper à un avenir tracé par sa naissance, est rattrapé par la violence qu’il fuyait. Sous les traits et les courbes d’Alfred, l’histoire prend un nouveau sens, elle s’enrichit d’images.

Mais voilà tout le paradoxe de cette lecture dessinée. Quand bien même le dessinateur fait naître les illustrations de son imagination, il ne nous les impose pas. L’esprit navigue entre le texte, l’image en train de se créer et notre propre représentation. Un curieux mélange qui donne à ce texte une autre dimension et un impact fort. L’impact est selon nous d’autant plus fort que le dessin en noir et blanc impose une certaine justesse et laisse justement plus de place à l’imagination qu’un dessin mis en couleur qui aurait moins d’authenticité.
 

 

Une expérience assez unique. Nous décidons donc d’assister à toutes les performances. Mais la prochaine fois on amène les chaufferettes.



Samedi 11 février. Le programme a changé mais le succès est toujours au rendez-vous, et sans le froid cette fois-ci. Ce qui devait être une battle de dessin s’est transformé à cause du froid (l’Espace Saint Rémi est un lieu aussi beau que glacial à cette période de l’année), en concert dessiné avec le groupe qui doit clôturer la soirée : FuckOn. C’est donc sur les sons assez déjantés du groupe que Laureline Mattiussi, Djief et Anton ont revêtu d’oeuvres improvisées les murs de l’Oiseau Cabosse.

Le restaurant et salon de thé est aussi le lieu où se retrouvent amateurs et néophytes pour un moment d’échange autour de la Bd tous les derniers jeudis du mois, lors du rendez-vous proposé par l’association Raging Bulles (http://ragingbulles.fr)

Mais voilà, le lieu n’est pas grand et les places sont chères ; malheureusement, nous ne faisons partie des élus que le temps des mises en place et des premiers coups de crayon. Déjà le résultat semble prometteur, manquer le final est décevant, rendez-vous est donc pris pour la semaine suivante pour un autre concert dessiné mais cette fois en grand… on l’espère.



Samedi 18 février. La BD au devant de la scène ! Soirée de clôture à la Rock School Barbey. C’est dans une ambiance tour à tour électrique avec Oromocto Diamond (Québec), planante et mystique de Sol Hess and the Sympatiks (Bordeaux) et inclassable déjantée de FuckOn (Bordeaux), que s’est clôturé ce rendez-vous BD. (Le guitariste-chanteur et le batteur de Oromoto Diamond) Pierre Bouchard, Djief, Johanna Schipper, Vincent Perriot, Laureline Mattiussi, Alfred et Jérôme d’Aviau, ont fait naître sous nos yeux des fresques, au rythme de la musique. Différents tableaux se sont succédé, avec, à chaque fois, une émotion nouvelle.

Chaque tableau semblait porter un thème vraisemblablement engendré par l’ambiance musicale. C’est d’abord celui d’une nature simple et paisible. Puis la faune devient plus agressive avec les morceaux garage du groupe. La fresque devient surnaturelle, avec des animaux étranges qui scandent les paroles de la chanson Black feelings, un serpent géant aux motifs psychédéliques et même un homme-diable qui promeut le disquaire bordelais et organisateur de concert Total Heaven.

Une ambiance et une fresque résolument rock à l’image, ou au son de ce duo québécois. On a à peine le temps d’apprécier le résultat final qu’une nouvelle page blanche est accrochée. Il ne reste plus qu’à attendre que la musique emporte une nouvelle fois les crayons. Cette musique presque mystique nous emporte vite vers un autre monde, il nous semble naturel d’entrer dans cette ambiance de science- fiction, d’espace et futuriste. L’autre monde se crée, les artistes entremêlent leur création, il se joue là une interaction entre le dessin et la musique mais aussi entre les différents univers des dessinateurs.

 

Bordimages04.JPG

Anton, Djief en plein dessin.

 

 

Ensuite la musique s’accélère, s’énerve un peu… une autre atmosphère, un autre dessin, on passe au chaos, le dessin est clairement tourné vers la destruction, la mort, les catastrophes.

Bordimages01.JPG Jérôme d’Aviau en pleine action.

 

Enfin c’est au tour de FuckOn d’entrer en piste. Avec son univers déjanté, ses paroles décousues, le dessin se pose peu à peu mais là aussi sans fil conducteur. Une sorte de laisser-aller pour tous les dessinateurs même si l’on voit une certaine compréhension s’opérer entre Vincent et Djef.

 

Bordimages03.JPGLe groupe Fuck On, vous aurez reconnu jérôme d’Aviau au clavier.

 

 

Et voilà comment se clôt cette session Bord’images 2012. Un événement qui a su mettre en exergue deux cultures, des univers et des inspirations différents.

De plus, ces performances ont pu permettre à deux formes de cultures de se rencontrer et d’interagir : la musique et la Bande dessinée. Si les auteurs sont aussi intervenus sur leur travail il était tout aussi voire plus important de considérer la BD comme un art littéraire et graphique vivant, en évolution et en lien avec l’environnement duquel elle s’inspire.


Ambre et Céline, AS Bib.

Blogs ou sites des auteurs

Anton : http://antonscenario.canalblog.com/


Jérôme d’Aviau : http://jeromedaviau.com/WordPress/


Francis Desharnais : http://www.francisd.com/


Jean-François Bergeron dit Djief : http://www.djief.com/


Pascal Girard : http://www.paresse.ca/


Philippe Girard : http://philippegirard.blogspot.fr/


Laureline Mattiussi : http://laurelinemattiussi.blogspot.fr/


Vincent Perriot : http://vincent.perriot.over-blog.com/


Johanna Schipper : http://www.johannaschipper.com/


Autres blogs de BD à Bordeaux

Association 9-33 : http://9-33.blogspot.fr/


Raging Bulles : http://ragingbulles.fr/


BDBDX : http://bdbdx.blogspot.fr/

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Ambre et Céline - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives