Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 19:00
mavrikakis-LE-CIEL-DE-BAY-CITY.gif











Catherine MAVRIKAKIS
Le Ciel de Bay City

Sabine Wespieser, 2009.
















Bay City, Michigan, le 4 juillet 1979, fête de l’Indépendance américaine. Amy, tout juste 18 ans, planquée dans son sapin-cabane, assiste à l’incendie qui va réduire à l’état de cendres sa famille entière. Le ciel éternellement mauve s’embrase le temps d’une nuit.

Le décor est planté dès les premières lignes : Bay City, ville morne débordant d’usines qui ont donné la couleur de son ciel, de maisons de tôles, de K-Mart, d’Américains fouineurs, et d’ados avides de sexe, voit grandir en son sein, Amy, fille d’une juive ayant fui la France après la Seconde Guerre mondiale.
« Je suis une terrible erreur. Une aberration. Je devrais ne jamais être née mais je suis là et il n’est pas aisé d’effacer toute trace de soi. J’aurai été. C’est bien là mon malheur. ». Amy porte en elle toute la souffrance du peuple juif dont elle fait partie alors que cela lui a été caché jusqu’à son adolescence, tout le rejet dont sa mère fait preuve à son égard, elle, l’enfant qui n’aurait pas dû vivre. Ses nuits sont hantées par des cauchemars où elle revit le génocide de ses aïeux, où elle revoit le visage putréfié de sa sœur aînée morte à la naissance. Amy en veut au ciel qui a laissé faire les horreurs commises pendant la guerre, au ciel qui laisse encore les oiseaux chanter à Auschwitz, au ciel qui l’a laissée vivre.

Ce roman, empreint de noirceur, retrace, sur quelques jours décisifs de 1979, tout ce qui a amené la narratrice à se sentir morte parmi les vivants, à vouloir en finir avec son passé et à assister impuissante à l’incendie du 4 juillet.
Mavrikakis-Catherine.jpg
Catherine Mavrikakis, est née en 1961 (tout comme son héroïne) à Chicago, d’une mère française et d’un père grec. Elle grandit entre le Québec, la Normandie, et les Etats-Unis (Bay City) où elle reçoit une éducation très stricte. En 1979, elle décide de s’installer à Montréal pour suivre des études de littérature qui lui permettront d’occuper pendant 10 ans un poste de professeur à l’Université de Concordia. Ces années-là vont aussi être pour elle une période de dépression suivie de quelques années de psychanalyse qui, encore aujourd’hui, ont une répercussion sur sa manière d’écrire. Depuis 2003, elle enseigne à l’Université de Montréal. Catherine Mavrikakis est l’auteure de quatre romans, ainsi que de quelques essais et essais-fictions.

Extrait


« Au creux de mon lit, au petit matin du 3 juillet 1979, je remercie le ciel de m’avoir donné toute ma vie des cauchemars, de n’avoir jamais eu foi en demain. Je n’ai pas connu le bonheur de l’oubli. Pour la première fois de ma vie, à l’aube de mes dix-huit ans, je suis ivre de demain. Cela est effrayant. Je partirai, je quitterai bientôt Bay City et son ciel mauve. Je m’éloignerai davantage encore de l’Europe. Je ne me retournerai pas. Je ferai comme ma mère. Le passé s’effacera peu à peu. J’aurai des rêves doux. Les alliés vont b
ombarder la maison de tôle. J’en mourrai enfin ou je pourrai fuir. »

Pauline, 1ère année Bib.-Méd.

Blogue de Catherine Mavrikakis : http://www.editionsheliotrope.com/catherinemavrikakis/index.php

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives