Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 07:00

De-Metter-Marilyn.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Christian de METTER,
Marilyn, de l’autre côté du miroir
Casterman, 2009

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

New York, 1959.

Norman Wells, un jeune auteur aux allures de poète maudit boit un verre dans un bar. Il voit Marilyn-1.JPGentrer incognito celui qu’il considère comme « le plus grand écrivain de tous les temps » : Truman Capote. Ce dernier est bientôt rejoint par une femme brune qui se dissimule derrière ses lunettes solaires. Après un verre de trop, celle-ci s’écroule sur la table et s’endort. Norman y voit l’occasion de rencontrer son idole : il lui propose de les raccompagner à leur hôtel. L’offre est acceptée mais n’aboutit à rien de concret pour le pauvre Norman. Il rentre chez lui, heureux tout au plus d’avoir pu rendre service au grand Truman Capote.

Mais comme Cendrillon, la belle a laissé tomber un escarpin… sous le siège de Martine, la vieille voiture de Norman. Il détient là un prétexte pour se rendre à l’hôtel et revoir l’écrivain. Mais la porte de la chambre s’ouvre sur Marilyn Monroe, la jeune femme ivre de la veille, maintenant sans perruque ni verres fumés. Ils  font connaissance et l’on sent alors que l’actrice est attirée par la fraîcheur et l’ingénuité du jeune homme. Il lui montre un tel respect et une sincérité si inhabituelle qu’elle en est désarmée.
marilyn3.jpg
Elle finit donc par lui proposer une petite escapade en voiture en dehors de New York. Une fois en dehors de la ville, Martine est immobilisée par la neige et refuse de redémarrer. Marilyn et Norman décident alors de marcher pour trouver du secours, mais leurs pas les mèneront vers d’étranges aventures…

Tous les ingrédients sont réunis pour obtenir un bon thriller : une mystérieuse petite fille, une grande maison retirée, deux domestiques impénétrables, un maître quasi invisible, des hurlements étranges…

Cet album est mené par deux fils conducteurs : l’intrigue palpitante d’une part, comme si Christian de Metter accordait à l’actrice le rôle qu’Alfred Hitchcock ne lui a jamais accordé ; et d’autre part l’hommage à la grande Marilyn Monroe. De Metter nous offre ici celle qu’on pense être la vraie Marilyn… ou devrait-on dire Norma Jean ? Les masques tombent lorsqu’elle se trouve de l’autre côté du miroir. L’auteur nous livre alors  sa sensibilité, ses larmes, ses peurs : ses souffrances d’actrice, de femme, de mère, de fille. 1959 n’est pas une année choisie par hasard pour situer temporellement l’action, car c’est en 1960 que ses premiers problèmes de santé sont apparus : sa fragilité morale ne s’est manifestée qu’à partir de ce moment. Ainsi, l’histoire de de Metter semble donner un point de départ à la rapide autodestruction de Marilyn jusqu’à sa mort prématurée en 1962.
marilyn-2-pl.jpg
On ne saurait trop insister sur le talent de Christian de Metter : non seulement l’intrigue est étudiée, mais elle est de plus soulignée par des dessins magnifiques. Chaque vignette fait l’effet d’un tableau. Le trait est vif, animé : on croirait voir revivre la belle Marilyn sous son pinceau. Chaque sourire, chaque clin d’œil la matérialise à nouveau et ne la fige pas : elle semble toujours en mouvement, vivante.

Christian de Metter a commencé sa carrière en dessinant pour la presse rock. De cette époque, il lui reste sa source d’inspiration préférée : la musique. C’est en 2000 qu’il a publié sa première bande dessinée : Emma publiée chez Triskel sous forme de trilogie. Il développe son style particulier (les intrigues complexes) avec d’autres albums : Dusk (Les humanoïdes associés) en collaboration avec Richard Marazano, Le Curé (Triskel), Swinging London (Soleil). En 2005, il reçoit pour Le Sang des Valentines (Casterman, 2004) le prix du meilleur album du festival d’Angoulême. Il publie encore Vers le démon, Figurec, et L’œil était dans la tombe chez Casterman également. En 2008 puis 2009, il obtient le prix des rédacteurs de Scenario.com et le prix des libraires pour l’adaptation du thriller de Dennis Lehane, Shutter Island, qui a récemment été porté au grand écran par Martin Scorcese. 

Pleine de sensibilité et de suspens, Marilyn : de l’autre côté du miroir est une bande dessinée à lire absolument.

Christelle, A.S. Bib-Méd-Pat.

Partager cet article

Repost 0
Published by Christelle - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

claudialucia 07/09/2011 12:36


Excellente analyse! Je mets un lien dans mon blog.


Recherche

Archives