Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 07:00

Palahniuk-Le-Festival-de-la-couille.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

Chuck PALAHNIUK

Le Festival de la couille

Denoël, 2005

Folio, 2009

 



        

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            
Fight-Club.jpg
Nous avons tous découvert Chuck Palahniuk grâce à au film culte Fight Club . Le film annonçait déjà l’univers unique et fascinant de l’auteur, ce qui m’a donné envie de découvrir une autre œuvre de Palahniuk. Mon choix s’est porté vers Le Festival de la couille parce que le titre m’a accrochée en me faisant sourire. La quatrième de couverture encore plus :

Une partouze géante au fin fond de l’Ouest américain, un combat de moissonneuses-batteuses, une expédition en sous-marin nucléaire, la construction d’un château en béton, un face-à-face improbable avec Marilyn Manson, les promenades d’un escort boy avec un malade en phase terminale : autant d’évocations d’une Amérique déjantée dont Chuck Palahniuk s’est fait le chroniqueur. Dans ce recueil d’histoires vraies où se mêlent subversion, tendresse, humour décapant et exhibitionnisme, il démontre combien la réalité peut dépasser l’imagination et dévoile ainsi l’envers du décor de ses romans. Il nous fait découvrir une autre Amérique, dont les héros illuminés ne sont pas si éloignés de nous. On ne ressort pas indemne de ce voyage au bout du bizarre et du tragique.



Sa vie


Avant sa naissance, la vie de Palahniuk promet d’être violente : son grand-père paternel tue sa femme à coups de fusil avant de se suicider.

Chuck a grandi dans un mobile home. Il obtient un diplôme de journalisme à l'université de l'Oregon, mais ne peut en vivre et devient mécanicien sur des moteurs de cars. Il fait du bénévolat pour des associations d'aide aux sans-abris, aux personnes âgées et aux malades en phase terminale, qu'il accompagne à des séances de thérapie de groupe. Son premier roman Monstre invisible est refusé, car jugé trop dérangeant. Il écrit son second roman Fight Club en espérant choquer encore plus les éditeurs avec son personnage : non violent mais incontrôlable, non fiché mais dérangeant la société par ses réunions secrètes. Le roman est pourtant publié, mais il ne se vend qu’à 5 000 exemplaires. Son adaptation au cinéma par David Fincher en 1999 relance le livre. Il devient culte à la sortie du DVD, et Palahniuk est reconnu comme un auteur incontournable. Pourtant, un nouveau drame survient dans sa vie : l'ancien petit ami de la nouvelle compagne de son père les tue tous les deux à sa sortie de prison l’été même de la sortie de son film. Avec ses œuvres suivantes, Palahniuk choque par ses nouvelles « trash » et inclassables.

Le Festival de la couille est un livre hors normes : 23 histoires vraies nous plongent dans une Amérique loufoque et totalement ahurissante. Sous forme de mini-reportages, Palahniuk nous raconte son errance à travers son pays, au gré de ses reportages journalistiques, avec un esprit décalé et des personnages inattendus.

Plusieurs histoires sont hilarantes, surtout quand il nous raconte son expérience personnelle avec les anabolisants qui ont failli réduire ses testicules à la taille d’un pois chiche ! La nouvelle « Le festival de la couille » est également un petit joyau : dans une écriture très simple et dénuée d’artifice, Palahniuk nous décrit ce festival incroyable où le sexe est sur toutes les bouches (au sens propre comme au figuré !). Toutes les nouvelles qui composent ce roman valent le détour : parfois drôles, elles sont surtout touchantes et profondes. Comme « Bodhisattvas » qui est particulièrement émouvante : il s’agit du portrait d’une femme qui participe aux recherches de disparus sur les grandes catastrophes humaines comme les tremblements de terre, les tsunamis, etc. grâce à ses chiens. Une autre nouvelle à retenir est le portrait du chanteur Marilyn Manson lorsqu’il se tire le Tarot chez lui.

En bref, Le Festival de la couille est la première œuvre de Chuck Palahniuk qui ne soit pas seulement une fiction. Il nous explique même dans son introduction d'où lui vient l'inspiration pour ses romans, et comment la réalité lui offre toute la matière nécessaire. Mais on ne peut s’empêcher de se poser la question du réel tant les gens que l’on découvre sont étonnants !

J’ai beaucoup apprécié ce bouquin qui fait un peu figure d’OVNI dans le monde littéraire. Très agréable à lire, on retrouve le style déjanté et décapant de Palahniuk qui font de lui un auteur très apprécié de ses lecteurs. Alors oui, pas de doute, le titre complet étant Le festival de la couille et autres histoires vraies, on se dit que la réalité peut vraiment dépasser la fiction.

 

Nawal, 1ère année Éd.-Lib.

Palahniuk-Pigmy.gif

 

 

 

 

Vient de paraître :

Partager cet article

Repost 0
Published by Nawal - dans Nouvelle
commenter cet article

commentaires

Lysiane 06/08/2010 19:14


Avec plaisir !


Lysiane 04/08/2010 14:19


Petite correction :
Le Festival de la couille est sorti en 2009 dans la collection Folio de Gallimard, et non en Livre de poche.

Lysiane


littexpress 05/08/2010 22:44



Merci Lysiane. C'est corrigé !



Recherche

Archives