Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 07:00

arsnova.jpg

Ars-Nova-nahon.jpg

 

L’ensemble Ars Nova est l’un des plus anciens défenseurs de la musique contemporaine en France. Après avoir été créé par Marius Constant, il a été placé sous la houlette du chef d’orchestre Philippe Nahon, qui dirige encore aujourd’hui cet ensemble d’une vingtaine de musiciens de talent. L’ensemble se produit de manière très régulière, en France et à l’étranger, et dans les principaux festivals dédiés à la musique contemporaine.

 

 

 

 

  Philippe Nahon

 

 


Ars-Nova-cavanna.jpg
 

C’est à l’occasion du 50e anniversaire de l’ensemble instrumental Ars Nova, les 7 et 8 Mars 2013, à Poitiers, qu’il a été possible de découvrir la dernière création de Bernard Cavanna, composée à partir d’un pamphlet de Louis Ferdinand Céline contre Jean-Paul Sartre : À l’agité du bocal. Il a été interprété par un orchestre pour le moins hétéroclite, avec trois ténors et un ensemble de 18 musiciens comprenant des bois, des cuivres, des cordes, des percussions, mais aussi un orgue de barbarie, des cornemuses, un accordéon de variété et un cymbalum !


Bernard Cavanna



Arsc-Nova-concert.jpg

 

À l’agité du bocal, c’est moins d’une dizaine de pages d’une charge violente contre Jean-Paul Sartre, appelé ici Jean-Baptiste Sartre (J.B.S.) : une charge sans aucune mesure, parfois très crue, que l’on peut considérer comme injuste, mais toutefois très drôle.  Cette charge, écrite durant la période d’exil de Céline à Korsor, au Danemark, répond à un texte, Portrait d’un antisémite, où Jean-Paul Sartre accuse Céline d’avoir été payé pour soutenir les thèses socialistes des nazis.
 Ars-Nova-celine.jpeg« Dans mon cul où il se trouve on ne peut pas demander à J.B.S d’y voir bien clair ni de s’exprimer nettement »
À l’agité du bocal, Louis-Ferdinand Céline
 
Selon Bernard Cavanna, Céline cherchait toujours une « petite musique » à faire entendre entre les mots. La question a alors été de superposer ou non une nouvelle musique à celle de l’auteur. Afin de ne pas transformer le texte de Céline, Cavanna a donc fait le choix de tisser sa propre musique, en tentant d’amplifier l’expression, la violence, et la démesure de celle de Céline, pour en arriver à ce qu’il appelle un « bousin pour trois ténors dépareillés et ensemble de foire ».

Ces trois ténors déclament donc au public le texte intégral de cette œuvre de Louis Ferdinand Céline, parfois simultanément, parfois en se partageant ce texte. La voix de Céline est donc « triplée » en quelque sorte. L’orchestre qui l’accompagne, à l’image du texte de Céline, crée un certain chaos, une foire, aidé par des instruments inhabituels, issus de la musique populaire.
 
Vous pouvez lire ce pamphlet de Louis-Ferdinand Céline ici : http://maxencecaron.fr/wp-content/uploads/2011/07/dubocal.pdf
 

Quentin, 2e année bibliothèques

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Quentin - dans EVENEMENTS
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives