Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 07:00

Cyril Pedrosa Portugal





 

 

 

 

 

Cyril PEDROSA
Portugal
coloriste : Ruby
Dupuis, 2011
Collection Aire libre






 

 

 

 

 

 

L’auteur

Cyril Pedrosa naît en 1972 en France. Il est dessinateur, coloriste et scénariste de bande dessinée. Après avoir passé son bac il intègre une classe prépa Maths Sup afin de devenir ingénieur. Il arrête très vite et part pour une mise à niveau à l’école d’art appliqués Olivier de Serres à Paris. Préférant le dessin animé à la communication visuelle il change d’orientation pour l’école des Gobelins à Paris.

Il travaillera deux ans pour les studios Disney comme animateur sur des personnages du Bossu de Notre-Dame ou de Hercule. À 26 ans, il se lance dans la bande dessinée avec la série Ring Circus. Il travaillera par la suite comme dessinateur sur deux autres séries : Les aventures spatio-temporelles de Shaolin Moussaka et Brigade Fantôme. Pedrosa travaille aussi pour Fluide Glacial et créé la série Autobio à propos de l’écologie. Il réalise par la suite trois albums « one-shot » en solo : Les coeurs solitaires en 2006, Trois ombres en 2007 qui remporte un vif succès et Portugal en 2011.

Cyril Pedrosa est un auteur multiple qui sait alterner les différents genres avec des séries d’aventure, d’humour et des albums beaucoup plus personnels voire autobiographiques. Pedrosa travaille essentiellement avec deux maisons majeures du secteur de la bande dessinée : Dupuis et Delcourt.



L’album

Portugal est sorti en septembre 2011. Il est édité chez Dupuis dans la collection Aire Libre. Aire libre est une collection particulière chez Dupuis qui permet à l’éditeur de publier des albums plus « matures » et adultes que la production grand public habituelle.

L’album est entièrement réalisé par Pedrosa (scénario et dessin). Le format est peu ordinaire car Portugal compte 264 pages  alors qu’un album classique en compte généralement 48. Ce qui a demandé plus de deux ans de travail. Pedrosa a eu besoin de tout son talent pour convaincre Dupuis de publier ce gros volume.

L’album, sorti en 2011, a reçu en janvier 2012 le prix Fnac au festival international de la bande dessinée à Angoulême. Moins prestigieux, le prix du magazine Le Point décerné au festival Quai des bulles à Saint-Malo en octobre 2011.



Le synopsis

 Simon Muchat, double de fiction de Cyril Pedrosa, est un jeune auteur de bande dessinée en manque d’inspiration, n’arrivant pas à écrire de nouvel album. Il donne des cours de dessin à des enfants et fait quelques interventions par-ci par-là. Sa vie s’essouffle peu à peu, Simon se lasse de tout, de son travail comme de sa femme.  Après une séparation avec sa compagne, sa dépression s’accentue. Il est plus tard invité au mariage de sa cousine, un véritable élément déclencheur, et commence à s’intéresser à ses racines portugaises. Intrigué par l’immigration de son grand-père en France, pour fuir le régime de Salazar, il décide de partir au Portugal sur la trace de sa famille afin de trouver un nouveau sens à sa vie et une nouvelle inspiration.

Sans être autobiographique, cet album comporte quelques moments de la vie de Pedrosa. L’auteur a choisi de faire d’éléments de sa vie une fiction afin de conserver des libertés d’écriture et de ne pas avoir de problèmes avec son entourage, ou bien de déformer des événements réels. Quelques exemples : Pedrosa a aussi été invité dans un salon de bande dessinée au Portugal où il a réfléchi sur ses origines, sa famille portugaise. Tout comme son personnage Simon, Pedrosa n’avait pas remis les pieds au Portugal depuis des années.

Les thèmes de l’album sont la quête de soi, la recherche d’une identité, le voyage, l’errance, la famille et la découverte d’une culture. Petite anecdote : les trois chapitres commencent dans une station-service ce qui reprend le thème du voyage et de la route (voyage pour aller au Portugal dans l’enfance de Simon, déplacement pour le mariage, puis voyage au Portugal de Simon à l’âge adulte).

 
 
Analyse

L’ouvrage est  découpé en trois parties bien distinctes, retraçant la généalogie familiale (le fils, le père et le grand-père). L’auteur fait du séquencement de son album un parallèle avec l’avancement dans la quête de son identité. Il s’agit du parcours de Simon et de son vécu par rapport à son père et son grand-père.

La première partie, appelée « Selon Simon », présente le personnage principal, Simon, en revenant sur quelques moments de sa vie et notamment sur sa vie de couple avec Claire et leur rupture. Ceci amènera Simon dans une phase de dépression. L’album commence avec des souvenirs d’enfance au Portugal où Simon écoute les conversations des adultes et de sa grand-mère. Après ces souvenirs plutôt heureux, simples et colorés, nous nous retrouvons dans les années 2000 où Simon est confronté au banquier afin d’obtenir un prêt immobilier (pas simple en étant auteur bd).

Ce chapitre nous présente le quotidien d’un jeune homme, auteur, qui peine à trouver sa place et un sens à sa vie. L’épisode se termine par un bref séjour au Portugal pour un salon de bande dessinée où Simon s’interroge sur ses racines et sur sa vie avec pour éternelle question : de quoi ai-je envie ?

Toute cette première partie réservée à Simon est en monochromie sauf l’arrivée au Portugal qui est remplie de couleurs. Pedrosa aime différencier les ambiances grâce à un jeu de couleurs. Les couleurs et le dessin marquent bien la différence entre la France et le Portugal.

La deuxième partie de l’album est appelée « Selon Jean » (le père de Simon) et se situe au mariage de la cousine de Simon, Agnès, en Bourgogne où une grande partie de la famille est réunie. Ce moment est l’occasion pour Simon de se rapprocher un peu de son père, avec qui il ne communique que très peu. Il en apprend plus sur ce dernier, son oncle et sa tante baba-cool Yvette. Cette réunion de famille contient beaucoup de moments qui peuvent appartenir à chacun d’entre nous comme des vadrouilles en voiture à la campagne, des baignades en rivière ou des discussions un peu trop alcoolisées lors d’un mariage…

Ce chapitre où Simon évolue dans cette réunion de famille fait énormément référence au personnage du père.


Cyril-Pedrosa-Portugal-pere.jpg
On peut rapidement analyser la planche où l’auteur change radicalement de dessin et de couleurs. La scène est plutôt sombre et Simon et Jean se retrouvent après une soirée mouvementée et émouvante (recherche dans la campagne d’une personnage âgée délirante). C’est un des seuls échanges où le père et le fils se retrouvent en tête à tête, Pedrosa a presque effacé les décors et le physique des personnages afin de ne laisser que les silhouettes et permettre au lecteur de se concentrer sur les dialogues. Dans  une interview que Pedrosa donne à Rue 89, l’auteur nous confie sa crainte par rapport à la lecture de Portugal par son père. Tout comme dans le livre, leur relation n’est pas simple et le Portugal est un sujet presque tabou que Pedrosa et son père n’abordent jamais.

C’est seulement dans la troisième partie que Simon partira pour le Portugal et se concentrera sur l’histoire de son grand-père Abel. Au début de son périple, Simon est méfiant. Il retrouve son cousin éloigné qu’il n’a pas vu depuis plus de vingt ans ainsi que la mère de ce dernier, Theresa. Theresa et Alessandro couvrent Simon de nourriture et d’attentions, ce qui rend ce dernier un peu moins farouche même si on sent qu’il essaie de garder ses distances. À Lisbonne, son cousin le conduit dans la ville où ont vécu ses ancêtres. Au début il reste enfermé dans la maison, passant son temps sur l’ordinateur et à croquer en intérieur. Puis au bout de quelques jours et au fil des rencontres avec de nouveaux personnages, Simon sort de sa bulle et s’ouvre au monde en délaissant peu à peu la maison.

On sent que le personnage se trouve une identité même si au final on ne saura pas ce qu’il devient ni s’il rentrera en France…

Dans l’album en général il ne se passe pas grand chose voir presque rien ; ce style peut nous faire penser à la série de Loisel Magasin général. Il n’y a pas non plus de suspens, on sait très bien que le personnage trouvera dans son voyage un retour aux sources et que cela lui permettra de reprendre sa vie d’un bon pied. Mais tout comme dans la série de Loisel, l’action se fait ressentir par l’ambiance et les impressions qui se dégagent du dessin et des personnages.

Quelques personnages des souvenirs d’enfance de Simon ou de ceux qu’il rencontre au Portugal s’expriment exclusivement en portugais. L’auteur réussit à intégrer totalement le lecteur dans ses planches car le texte n’est traduit nulle part. Cela donne un lien fort entre le personnage principal et le lecteur qui tous deux ne comprennent pas ce que veulent dire les Portugais. Simon précise à ce sujet : « On s’habitue aux conversations floues », ce qui s’applique très bien au lecteur. Il suffit d’un mot et toute la discussion prend sens.

On peut aussi noter l’importance des personnages secondaires dans ce récit. Ce sont eux qui aident Simon à évoluer et à faire des choix, qu’il s’agisse d’un dépanneur ou d’une vieille voisine jardinière… Tous ces personnages ont leur importance et leurs caractéristiques. Ils sont très travaillés et on sent que l’auteur a insisté afin de leur donner à tous une « gueule » et un rôle propres.



Le dessin

Les dessins sont très soignés, n’oublions pas qu’ils ont quand même demandé deux ans de travail. Les paysages sont réalisés avec une grande précision, qu’ils soient urbains ou ruraux. Les traits de Cyril Pedrosa sont très souples et les tons utilisés sont majoritairement des couleurs chaudes.  Ses dessins s’adaptent facilement au texte et à l’ambiance des textes. Les couleurs chaudes apparaissent pour la gaieté, des couleurs plus sombres et lourdes pour des moments pesants, plus tristes…

Cyril-Pedrosa-Portugal-jardin.jpg

Au premier abord j’ai cru que le récit allait se passer tout du long au Portugal mais comme je l’ai expliqué un peu avant le Portugal ne concerne que la dernière partie du récit, ce qui m’a un peu déçue mais en même temps m’a agréablement surprise.


Jessica, AS Édition-Librairie 2012-2013

 
Cyril PEDROSA sur LITTEXPRESS

 

 

PEDROSA Trois Ombres

 

 

 

 

Articles d'Adrien et de Claire sur Trois Ombres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Jessica - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives