Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 07:00

eddings-la-redemption-d-althalus.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

David et Leigh EDDINGS
La Rédemption d’Althalus

Traduction

d'Isabelle Troin

Pocket, 2008











L’auteur

David Eddings est né en 1931 à Washington. Il a travaillé un temps chez Boeing, puis dans l’enseignement et ensuite il fut directeur d'un supermarché. Après plusieurs mésaventures dans son travail, il décide de rentrer chez lui à Spokane et se consacre à l’écriture. Son épouse, Leigh, a travaillé dans l’armée de l’air. Elle collaborait avec son mari pour l’écriture de ses romans. Très connus dans l’univers de la fantasy pour La Belgariade et sa suite La Mallorée, ils ont également écrit La Trilogie des joyaux suivie de La Trilogie des périls, ainsi que la série Les Rêveurs. Ils sont tous deux best-sellers depuis une vingtaine d’années aux Etats-Unis. Leigh Eddings est décédée en 2007 et son mari est mort deux ans plus tard.

 

 

Le livre

Althalus est un voleur de grande renommée, c’est aussi un menteur et un assassin à ses heures. Mais il est surtout connu pour sa chance. En effet, tout ce qu’il entreprend est voué au succès. Cependant, un jour, sa chance l’abandonne et à plusieurs reprises il échoue dans ses projets. C’est alors qu’une personne nommée Ghend lui propose un emploi, voler un grimoire dans une maison abandonnée. En règle générale, notre cher héros aurait posé plus de questions au sujet de cette mission, mais sans le sou et passablement éméché, Althalus accepte son marché et part pour la maison du bout du monde. Une fois arrivé sur place, Althalus pénètre dans la pièce où est posé le grimoire et se retrouve face à face avec … une chatte qui parle ! Croyant devenir fou, il cherche à s’enfuir et découvre avec horreur que la porte a disparu. De plus pour Émeraude, la chatte, il est hors de question qu’Althalus s’en aille sans avoir lu le grimoire et appris à l’utiliser. Une tâche compliquée à réaliser quand on ne sait pas lire. Il va ainsi passer des années à apprendre auprès d’Émeraude qui se révèle être une divinité, Dweia, déesse de la fertilité. Elle embarque donc, sans aucun ménagement, Althalus, dans une guerre qui oppose ses deux frères, Deiwos le Dieu créateur et Daeva qui veut détruire le monde. Althalus doit alors réunir un certain nombre de compagnons afin mettre en échec le Dieu maléfique.

 

redemption-of-althalus.jpg

Analyse

Cette œuvre a été publiée en 2000 aux États-Unis mais elle n’est sortie que huit ans plus tard en France. David Eddings écrit avec une grande simplicité, les descriptions sont simples et brèves. C’est un livre à la portée de tous, plein d’humour et les personnages sont attachants. Comme toujours avec Eddings, on retrouve des histoires de mortels impliqués dans des querelles entre les Dieux. Même si à la base, les scénarios semblent similaires entres ses différents livres, on est toujours surpris par son inventivité et les retournements de situations

.
La particularité de David Eddings est qu’il écrit avec se femme Leigh. Ils se partagent le travail, si bien qu’elle s’occupe des personnages féminins et de la fin de l’histoire et son mari du reste. Tout comme pour son mari, on constate des similitudes dans les personnages féminins que Leigh crée. En effet, ce ne sont pas de faibles femmes qu’on découvre, mais plutôt des filles aux caractères bien trempés qui savent manipuler et obtenir ce qu’elles souhaitent de leurs compagnons. Lesdits compagnons étant des héros capables de faire face à une armée, mais incapables de refuser quoi que ce soit à la belle de leur cœur.


Le titre La Rédemption d’Althalus est intéressant, car on nous présente dès le début Althalus comme un voleur, un assassin et un menteur. Or, quelle rédemption peut espérer une personne telle que lui ? Cependant, on découvre peu à peu un personnage au grand cœur, qui se soucie du bien-être de ses compagnons et du sort de la Terre. Sa rédemption se fait par sa volonté de mettre fin aux actes de Daeva.

 

 

Mon avis

J’ai beaucoup aimé ce livre très amusant et plein de rebondissements. Ayant déjà lu ses œuvres précédentes, j’ai été surprise que l’histoire ne se développe qu’en deux tomes quand on sait que la plupart de ses œuvres sont des trilogies (au minimum). J’aime beaucoup les personnages qu’il a créés, et plus particulièrement les personnages féminins. J’apprécie également beaucoup ce livre parce que je trouve qu’on entre très facilement dans l’histoire, si bien que je ne voulais pas que le roman finisse.

Laureline, 1ère année Édition-Librairie

Partager cet article

Repost 0
Published by Laureline - dans fantasy
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives