Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 07:00

Image 1

 

 

  David MAZZUCCHELLI
Asterios Polyp
traduction
Fanny Soubiran
Casterman, 2010

 

 

QImage 2-copie-1ui est Asterios Polyp ? Asterios est l'homme que l'on adore détester. Il mène sa vie selon ses propres théories, dégageant une belle assurance mais aussi une certaine rigidité d'esprit, ne pardonnant pas la faiblesse chez autrui. Asterios est un architecte de papier. Ses plans sont reconnus mais il n'accède jamais au stade de la construction. Asterios partage son savoir à l'université où il est un professeur émérite, respecté de tous. Asterios est le mari d'Hana, jeune femme réservée, sculptrice de talent.

L'histoire débute alors qu'Asterios Polyp, mal rasé, végète dans un appartement à la splendeur passée. Soudain un éclair, le déclenchement d'une alarme incendie, les flammes lèchent les fenêtres de l'appartement. Il s'enfuit, emportant avec lui trois objets. L'incendie amène Asterios sur le chemin d'un voyage initiatique forcé. Les quelques billets qu'il a en poche décident de sa destination, une ville au nom prédestiné : Apogee.

Commence alors un va-et-vient.

Va-et-vient constant entre sa nouvelle vie de mécanicien et des flashbacks de sa vie d'avant, expliquant petit à petit les raisons de sa décrépitude.


Image-3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le dessin de David Mazzucchelli est une véritable exploration formelle et stylistique. Chaque personnage possède un graphisme qui lui est propre, le trait changeant selon l'humeur et l'émotion du personnage. C'est un travail d'art totalement contrôlé. S'ils ont des styles différents, les personnages possèdent également leur couleur dominante, une typographie leur est même personnellement attribuée.
Image-4.jpg
Avec ce procédé, Mazzucchelli renforce l'idée d'isolement émotionnel de ses personnages, il délimite les espaces personnels de chacun. La valeur iconique appuie le propos, illustration formelle des caractères et des sentiments.


 

 

 

 

La vérité par l'immatérialitéImage 5

Tout au long de ses 344 pages, Mazzucchelli n'utilise que les trois couleurs primaires. Il les utilise pures ou nuancées. Elles sont l'illustration d'une période, d'un état d'esprit. Il n'utilise jamais le noir, même pour l'encrage. Cette méthode est loin d'être dérangeante. Avec simplicité, elle renforce une certaine vérité comme si l'auteur, en travaillant ainsi, ne pouvait pas mentir et rendre son propos artificiel.

Mazzucchelli est également particulièrement innovant dans le traitement des espaces blancs. Il faut regarder en arrière pour s'en convaincre.

Depuis environ cent ans, en Occident, les artistes s'ingénient à varier la forme et la taille des cases, rares sont ceux qui se sont aventurés à modifier la gouttière (l'espace blanc entre les cases).

L'auteur prend un plaisir évident à faire varier cette espace, lui donnant un véritable rôle dans son histoire, tantôt trop présent quand à d'autres moments il est inexistant.



Retour à la vie

À travers les nombreux flashbacks on découvre la personnalité d'Asterios, personnage pédant, imbu de lui-même, ne supportant pas la faiblesse chez ses congénères. Le contraste est fort avec sa nouvelle vie à Apogee où il est un mécanicien modeste et taiseux. On comprend que c'est son comportement qui a provoqué la rupture avec Hana. Elle est partie quand elle a compris qu'elle incarnait ce que son mari critiquait inévitablement : la modestie, la discrétion, le manque de confiance en soi. Après s'être fait agresser dans un bar par l'homme à Image-6.jpgqui il a donné son briquet, Asterios décide de partir d'Apogee. La bataille lui a coûté un œil. Dans une voiture solaire bricolée par ses soins, il traverse les États-Unis pour une destination que l'on ignore. Surpris par une tempête de neige, les batteries de la voiture à plat, il continue à pied et sonne, frigorifié, à la porte d'une maison au milieu de nulle part. La porte s'ouvre et Hana apparaît. Elle aussi a changé, elle a vieilli, elle a mûri.

Nous les laissons là, sur le sofa du salon d'Hana avec la certitude que tout le monde peut changer, que tout, à tout instant, peut arriver.



Image-7.jpgDualité

Asterios Polyp est un homme de théorie. Pour lui, la vie est régie par une unique dualité : « Tout ce qui n'est pas fonctionnel est purement décoratif ». Cette façon de voir les choses lui impose une vision des autres êtres humains très manichéenne, sans aucune nuance. Dans son travail ou dans la vie il aime que les choses soient symétriques, qu'une chose soit toujours le reflet d'une autre. Cette vision binaire de la vie ne signifie pas forcément qu'il cherche l'opposition en toute chose. Au contraire, sans se l'avouer, Asterios est à la recherche d’une complémentarité. Il faut dire qu'il a toujours manqué un numéro 2 à Asterios. Son frère jumeau est mort à la naissance. Il n'a jamais rencontré physiquement ce frère mais il rêve souvent de lui. Toute sa vie il a ressenti un vide en même temps qu'une présence inquiétante.Image-8.jpg

Graphiquement, Mazzucchelli a donné à son personnage un visage qui rappelle cette dimension binaire : un demi-cercle parfait pour le haut de la tête coupé de deux courbes terminant ce visage bidimensionnel. À aucun moment le dessinateur ne montre son visage de face. Cette posture permanente de profil accentue son côté hautain, comme s'il abordait toujours les choses sous un angle différent.



Image-9.jpgLa preuve par 3

Asterios veut donc voir la vie en deux dimensions. Il occulte complètement le chiffre trois. C'est pourtant en passant par ce chiffre qu'il va apprendre à se connaître et accéder à la maturité.

Un jour, sa compagne Hana lui demande quelles sont les trois choses qu'il emporterait s'il devait quitter précipitamment son appartement. Imperturbable, il lui répond : « Je ne pense pas par trois ». S'il avait su ! Image-10.jpgC'est bien trois objets qu'il va emporter quand son appartement disparaît dans les flammes. Ces trois objets sont très importants dans le passé d'Asterios mais également pour son futur, ce sont eux qui vont être les principales étapes de son parcours initiatique. Ils agissent comme des marqueurs de maturité, d'acceptation de la mort et du passé.

Un briquet tout d'abord, qu'il tient de son père et qu'il offre à un parfait inconnu, un marginal fraîchement sorti de prison. Avec ce don (qu'il paiera cher à la fin de son voyage) il coupe enfin le cordon avec cette figure paternelle imposante.

Le deuxième objet est une montre pour laquelle il avait économisé étant jeune. Il l'offre au jeune garçon atypique du couple chez qui il loge à Apogee. Asterios fait enfin le deuil du jeune homme qu'il était, il peut enfin grandir alors qu'il va fêter ses 50 ans !

Le troisième objet le ramènera à la femme qu'il aime et qui était partie des années plus tôt : un objet qu'Hana elle même avait trouvé, un couteau suisse, objet multi-fonctionnel, symbolisant la nouvelle ouverture d'esprit d'Asterios.
Image-11.jpg

 

 


Image-12.jpg
Mazzucchelli est un véritable caméléon artistique. Il est Image-13.jpgsurtout connu aux États-Unis comme dessinateur de comics, il dessine notamment plusieurs numéros de Daredevil ou Batman. Artiste intègre, il se consacre à une bande dessinée plus intimiste pour rester fidèle à ses convictions.

Incroyable reconversion avec ce livre où l'auteur explore des genres stylistiques et artistiques nouveaux.

La vision de la vie de Mazzucchelli peut sembler un peu simple : apprendre de ses erreurs, apprendre à voir les choses différemment pour, enfin, aboutir au pardon. Cependant l'histoire est empreinte d'une gravité qui rend profonds les sentiments de chacun. Ce n'est pas qu'un simple scénario, c'est la vie qui est comme ça.

L'auteur contrebalance cette vision avec des moments de vérité. Après avoir offert le briquet familial, tel un bon samaritain, on s'attend à ce qu'Asterios soit récompensé mais sa seule récompense sera de se faire briser une bouteille de verre sur la tête. L'être humain est ainsi fait !


Asterios Polyp est une œuvre de dix ans. Elle peut être considérée comme une œuvre totale, chaque élément la composant est complétement abouti.

 

 

 


Lucie, A.S. Éd.-Lib.




Partager cet article

Repost 0
Published by Lucie - dans bande dessinée
commenter cet article

commentaires

Vence 30/01/2011 14:37


Vous pouvez toruver un article sur Asterios Polyp sur http://blog.paris3e.fr/post/2011/01/30/Un-super-heros-etoile-Asterios-Polyp


Recherche

Archives