Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 07:00

dimanche 24 mars 2013
au Salon du livre de Paris

Matei-Cazacu.jpg

 

Rencontre entre Monsieur Matei Cazacu (docteur en histoire au CNRS, auteur de la biographie de Dracula, publiée aux éditions Tallandier en juin 2011) et Monsieur Lucian Boia (historien roumain, essayiste franco-roumain en histoire, spécialiste de l'imaginaire).

La conférence est animée par Madame Aïda Valceanu (journaliste littéraire, organisatrice du Salon du Livre) et Monsieur Raymond Clarinard (auteur, directeur du service traduction au Courrier International).

Sujet du débat : comprendre qui était le personnage de Dracula (hors littérature et cinéma). La conférence n'ayant pas été très animée j'ai décidé d'en reprendre les points principaux, de les résumer et d'élargir le sujet à d'autres ouvrages.



Dracula à travers les âges

Le personnage historique

Monsieur Matei Cazacu replace tout d'abord le « vrai » Dracula dans  l'histoire :  Vlad l'Empaleur,  personnage historique du XVème siècle très connu en Roumanie mais aussi dans toute l'Europe, pour ses actes de cruauté et l'histoire de ses crimes.

Il est l'objet d'un des premiers livres imprimés, avec un portait, en  1463. Une œuvre exportée en France, Roumanie, Allemagne, Russie, ce qui a rendu très célèbre Vlad à la seconde moitié du XVème siècle. Ce prince qui a régné à trois reprises a laissé des souvenirs  affreux en Roumanie et a disparu de la mémoire collective au XVIème siècle. Ce n'est qu'au XIXème qu'il a été  redécouvert et est devenu membre important du Panthéon des gloires roumaines, alors qu'il était auparavant considéré comme un dictateur.

Vlad l'Empaleur a peu régné (1448 à 1476 avec des interruptions), pendant une époque très compliquée : la conquête de Constantinople par les Turcs qui avaient créé un énorme empire au sud du Danube ; les Roumains deviennent voisins de l'empire et ont derrière eux un autre empire, la Hongrie.  Ils se retrouvent au milieu de deux blocs hostiles aux lois et religions différentes (l'islam et l'orthodoxie) ; vu leur position délicate ils décident de pactiser avec les deux pouvoirs. En 1462, Vlad entre en guerre contre la grande armée turque dirigée par le sultan Mohamed II. Six ans de conflit pendant lesquels Vlad l'Empaleur acquérait une très mauvaise réputation d'homme cruel, qui massacrerait les masses ; cette réputation le suivra toute sa vie.

Il ne signait  pas « l'Empaleur », mais « Dracula » qui était le nom d'une branche de la dynastie princière que son père utilisait déjà. Il est important de noter que « dracul » en roumain signifie « le Diable » ou « le dragon », symbole du diable.

dracula
Le mythe selon Bram Stoker
dracula-02.jpg
Les différences entre le personnage historique et le symbole qui en a découlé dans la littérature et le cinéma de vampires.

D'une part, Vlad, prince du XVème siècle, oublié puis redécouvert au XIXème siècle, symbole de pouvoir fort, lutte acharnée, d'indépendance dans le combat de la Valachie contre lesTurcs.

D'autre part, le personnage imaginaire (irlandais) crée par Bram Stoker dans son roman écrit en 1897.  L'auteur s'est inspiré d'éléments réels pour inventer et décrire Dracula. Comme par exemple le portrait de Vlad l'Empaleur et la description du château du comte, similaire à celui du prince de Valachie.

Ce sont deux personnages différents. Le personnage historique est un marginal mythifié qui régnait sur la Valachie. Le personnage imaginaire est né en Transylvanie ; tous deux ont vécu dans deux régions très différentes de la Roumanie actuelle (le nord et le sud).


Gary Oldman dans le Dracula de Coppola.

 

 

 

La figure du vampire dans le folklore roumain

Vlad l'Empaleur est une sorte de chasseur de vampires ; en empalant les hommes il pratiquait des meurtres de vampires (on peut comparer la lance avec laquelle il empalait ses ennemis au pieu que l'on doit enfoncer dans le cœur d'un vampire pour le vaincre).  Il vivait dans un pays qui aujourd'hui encore, dans  certaines zones archaïques de la Roumanie, cultivent des croyances vampiriques. Ce pays a subi de nombreux changements avec une population superstitieuse.

Au XIXème, on relève dans la presse des « cas de vampirisme ». Les médecins qui ont étudié  ces « malades » prouveront que ces personnes étaient victimes du jeûne que la religion orthodoxe préconisait (182 jours/an). Les visions et les maux  d'estomac étaient dus à la faim. Les débuts et fins de jeûnes coïncidaient avec les deux grands pics de possession vampirique.

Le mythe du vampire roumain était présent dans les campagnes, il en existe plusieurs types dont le strigoï (monstre vivant, revenant), la stregga signifiant sorcière en italien.

Au fil du temps, on remarque une évolution vers la christianisation progressive du vampire. Il est devenu  un individu excommunié, puis mort sans avoir obtenu la levée de cette excommunication. Vlad l'empaleur, n'est pas considéré comme un vampire, sauf par ses ennemis qui propagent cette rumeur.


 
Le vampire tel qu'il s'inscrit dans la littérature

Le château des Carpathes est le seul souvenir tangible que le pays a conservé de Vlad l'Empaleur.

Le Château des Carpathes de Jules Verne est écrit en 1892 ; on y sent un développement de l'imaginaire vers les terres de l'est. Quant au mythe des vampires, il est très peu posé dans la littérature roumaine aux XIXème et XXème siècles. De nombreux villages ont des croyances et des peurs populaires et folkloriques.

Les Roumains ont connu très tard l'histoire irlandaise de Dracula ; il n’y eut aucune traduction jusqu'en 1930. Vint ensuite dans les pays de l'Europe de l'est le communisme, or il était impossible de publier une histoire aussi fantastique dans le contexte du rationalisme marxiste. Une première édition en roumain apparaît à la chute du mur de Berlin ; suit la diffusion du livre de Bram Stoker dans les librairies.


Pour aller plus loin

Matei Cazacu, Dracula, éd. Tallandier,

Magazine Littéraire, Le vampire : métamorphoses d'un immortel d'Ovide à Fred Vargas, mars 2013, n°529,

Fred Vargas, Un lieu incertain, 2008, éd. Viviane Hamy


Juliette, 2e année édition-librairie

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Juliette - dans EVENEMENTS
commenter cet article

commentaires

Recherche

Archives