Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 07:00

Thu-Huong-Duong-Sanctuaire-du-coeur-01.gif








DUONG Thu Huong
Sanctuaire du cœur
Sabine Wespieser, 2011
Le livre de poche, 2013



 

 

 

 

 

 

L’auteur, Duong Thu Huong
Thu_Huong_Duong.jpg
Ici, nous ne ferons pas la biographie de l’auteur. L’article  et le lien suivants donnent une biographie complète et pertinente concernant Duong Thu Huong :

 http://littexpress.over-blog.net/article-16731431.html

 http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C6%B0%C6%A1ng_Thu_H%C6%B0%C6%A1ng 



Résumé de l’œuvre

Thanh a seize ans et décide un jour de fuguer. Son avenir semblait, pour tout le monde, brillant et plein de réussite.  Pourtant, il fuit sa ville natale et son environnement familial. Cette disparition plonge les parents de Thanh dans le désespoir et la crainte.

Le lecteur retrouve Thanh plusieurs années après, il est devenu gigolo.


On remarque que l’ouvrage se découpe en trois grandes « parties »

Les premières pages sont consacrées au récit personnel de la narratrice, en fait la cousine de la mère de Thanh. Elle reçoit un télégramme annonçant le drame et décide donc de  se rendre sur place pour soutenir la famille et tenter de comprendre. Une fois là-bas, elle nous dépeint un Vietnam encore enraciné dans ses traditions.

La seconde partie est composite. Nous retrouvons le fugitif quelques années plus tard chez une femme et avec une femme.Thanh s’est enfermé dans cette « nouvelle » vie, le lecteur partage les souvenirs du héros.

Enfin, une troisième partie vient expliquer la fuite de Thanh : l’épisode de la relation entre sa demi-sœur et son père.



Organisation particulière de l’œuvre

Le lecteur peut se retrouver perdu à cause de l’organisation peu conventionnelle de ce roman.


Une première partie originale pour présenter le contexte

La première partie de l’ouvrage (environ 130 pages) s’ouvre sur la réception d’un télégramme ; la première page intrigue tout de suite le lecteur : « Le petit Thanh a fugué avec le fils de M. Hoang Vuong. Peux-tu venir ? Thy et Yên » L’aspect particulier de cette partie repose sur le fait que c’est la narratrice elle-même qui nous raconte les événements, elle y participe directement.

Le lecteur appréhende ainsi l’arrivée dans le village de Lan Giang. Cette première partie du roman permet d’esquisser les personnages, de les situer, de connaître leur relation…

Enfin, l’auteur évoque un Vietnam enfermé dans ses traditions. L’épisode de la visite chez le couple Vuong en est une parfaite illustration ; le mari est poète et ne gagne pas d’argent ; sa femme, Maîtresse Na, est l’institutrice du village mais ne gagne pas assez pour nourrir toute la famille. Les femmes sont obligées de manger séparées des hommes. Même si le mari ne gagne pas d’argent, il décide de tout dans le ménage et impose ses codes en patriarche.

 

« S’ensuivit un silence assourdissant. Le visage de Hoang Vuong passa du blanc au rouge puis, il se leva d’un bond.

- Mais quelle imbécile cette épouse !

Furieux que son méfait ait été révélé, il s’apprêtait à aller battre sa femme.
 

 

[…] – Confucius l’a enseigné : "La femme est une espèce difficile à éduquer" ».

 

La naissance d’un enfant hors mariage est une grave atteinte à l’honneur de la famille, l’auteur nous raconte l’histoire de Maîtresse Na (p. 93 à 103)

Cette première partie se termine sur ces mots :

 

« Ainsi dans le brouillard, vous, lecteurs, comme moi, nous tâtonnons devant nous. Nous tâtonnons dans la recherche de la vie ! Dans le brouillard ! »

 

L’auteur laisse alors son lecteur en totale autonomie pour découvrir la suite de l’histoire Thanh.



Retour sur le personnage de Thanh

La seconde partie débute directement sur la « nouvelle » vie du héros. Au fil des pages, on le découvre dans son nouvel environnement, quinze ans plus tard. On constate qu’il est devenu gigolo et se prostitue pour gagner sa vie. Au moment précis où le lecteur retrouve Thanh, il entretient une sorte de relation avec une femme qui a le double de son âge : Kim.

Au fur et à mesure, le lecteur découvre la vie de Thanh depuis son départ de la ville de Lan Giang, mais aussi et surtout sa vie d’avant. Cette partie s’articule également de façon particulière : le récit de la vie de Thanh est parcouru de souvenirs, le lecteur découvre alors la vie passée du héros.


Le centre (/le dénouement) de l’histoire
 
Enfin, le secret de Thanh est révélé au lecteur à la moitié du roman : la femme dont il est tombé fou amoureux, TraMy, a une relation avec son père.  À ce moment, toutes les frustrations de Thanh ressortent et le condamnent à partir loin de sa famille. En quelque sorte, il s’agit du dénouement de l’histoire, et le roman pourrait s’arrêter là mais l’auteur choisit de montrer comment le héros va se sortir de cette impasse.


Le lecteur suit pas à pas le chemin de Thanh ; arrivera-t-il à guérir, oublier ou pardonner à sa famille ?

Thu_Huong_Duong-Sanctuaire-du-coeur-Format-poche.jpg

Analyse

À travers ce roman, l’auteur nous porte à réfléchir sur des sujets contemporains qui lui sont chers et lui tiennent à cœur : le poids des traditions, les valeurs familiales, le libre arbitre des individus dans une société codée à l’extrême.

En effet, tout au long de ce livre, Duong Thu Huong pose la question de la destinée et des choix des enfants des hommes et des femmes de sa génération. Quel avenir laissons-nous à ces enfants ?

Elle s’est toujours battue pour des idéaux, la liberté et la démocratie dans son pays. Un thème dans ses ouvrages revient souvent : la critique du régime communiste (ses espoirs et ses désillusions). Cette critique peut être illustrée par l’histoire du notaire Ding et de son fils.


À travers le portrait de chaque personnage, l'auteur décrit un  des aspects du Vietnam.

Pour moi, la narratrice serait symbole de la liberté et la démocratie, un Vietnam moderne (« je vivais dans un petit appartement à Hanoi, dans la capitale »).

Le couple Vuong est l’illustration du couple des traditions vietnamiennes.

Le coupleThy et Yên vivent aisément, ils sont respectés dans leur village et ont une fonction importante (« Thy et Yên […] étaient responsables des deux départements les plus prestigieux : mathématique et physique [… ]littérature et histoire. Tous deux étaient des enseignants renommés »).

Thanh serait le symbole de la société « souterraine » dont on ne parle pas et que l’on ne voit pas : la prostitution, l’exploitation, la pauvreté…

TraMy, élément de perturbation et de destruction, peut être une référence aux guerres qu’a traversées le Vietnam. À cause d’elle, des familles sont déchirées.


Les thèmes principaux  sont l’argent, le sexe et la corruption qui au fond mènent le monde. Pour de l’argent et pour vivre, Thanh est obligé de se prostituer. Le héros nous parle d’un hôtel l’Orchidée pourpre, géré par Monsieur Khoan.

 

« Il était arrivé à L’Orchidée pourpre après dix heures […]. L’endroit était frais et agréable. […]

– Allez vas-y ! Tu verras. N’oublie pas que c’est une cliente exceptionnelle. Et que c’est la première fois.

Les tentures vertes rappelèrent soudain à Thanh le lieu où ils se trouvaient. Monsieur Khoan avait fait doubler les voilages par du velours. Vert également, couleur de la jungle […] là où l’ombre est éternelle. »

 

 

Mais surtout, l’auteur passe beaucoup de temps à construire des relations complexes entre les personnages.  Dans le roman, beaucoup des relations entre êtres humains sont basées sur des faux semblants. Sanctuaire du cœur s'applique à révéler les impostures et les mensonges, à dévoiler la vraie nature des êtres.


Parents-enfants : le père de Thanh a une relation avec TraMy qu’il cache à sa femme et à son fils. Thanh les a aperçus et ne dit rien, ni à sa mère, ni à son père. Thanh en veut à sa mère qui ne voit rien et se laisse tromper. Sa mère fait semblant de ne rien voir même si le lecteur peut se dire qu’elle connaît cette relation depuis le début… Donc, un « triangle relationnel » compliqué, où tout le monde se ment et se trompe, est mis en place.

Amant-amante : La relation entre Kim et Thanh est fondée sur le mensonge, rien n’est réel ou possible entre eux. Par ailleurs, la relation entre les deux personnages finit par une rupture, ils se rendent compte que tout est voué à l’échec. Cette rupture révèle la vérité sur leur personne.

Relations familiales : le père de Thanh a un frère « fou », ce frère est enfermé dans une cage et caché aux yeux de tous.

 

 

Aucune relation humaine n’est saine si elle est basée sur le mensonge. Thanh préfère fuir que continuer à mentir à sa mère.


L’auteur choisit de mettre en valeur les femmes ; la vie de Thanh est rythmée par les femmes qui l’entourent. Dans son enfance, c’est sa mère qui s’occupe de lui, puis il découvre l’amour avec TraMy, il rencontre des femmes lorsqu’il travaille à l’Orchidée pourpre, et a enfin une relation avec Kim. Chacune apportant son lot de traumatismes et/ou de réconfort.



Avis personnel

Voulant découvrir un peu les auteurs du Vietnam, je me suis penchée sur Duong Thu Huong. Son écriture est simple et facile d’accès. Le sujet est intéressant et transgresse les tabous. On retrouve l’univers de l’auteur et ses sujets de prédilection. Elle tient son lecteur en haleine seulement sur la question suivante : le héros finira-t-il par pardonner ?

La première partie est longue (130 pages), l’auteur met en place le contexte et le lecteur peut se lasser. Pourtant, une fois l‘intrigue mise en place, le lecteur se doit de finir le livre pour avoir une réponse… ou non, à la question qui parcourt tout le livre.


Ce roman est « diaboliquement construit ».


Marion A., AS bibliothèque


L’auteur présente son roman :  http://www.youtube.com/watch?v=THstyBARNTo



DUONG Thu Huong sur LITTEXPRESS

 

terre-des-oublis.jpeg.jpg

 

 

 

 

 

 

 Article de Soline sur Terre des oublis.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

commentaires

Recherche

Archives