Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 07:00








Eddy L. HARRIS
Paris en noir et black

traduit de l’américain
par Jean Guiloineau
Liana Levi, 2009



















Bercé par les récits de voyage de son oncle Charlie qui s’est rendu en France pendant la Seconde Guerre mondiale, enthousiasmé de découvrir cette langue à douze ans grâce à son professeur de français M. Cook et animé d’une volonté de s’échapper, de fuir sa condition noire pesante dans un pays raciste et ségrégationniste, Eddy L. Harris s’installe à Paris à 24 ans.

Aimant les voyages, il visite l’Europe, mais Paris, point de départ de ses nombreuses expéditions, sera la ville élue par l’écrivain.

Paris en Noir et Black, outre un formidable récit de voyage dans ce « paysage de rêves », offre au lecteur un résumé touchant de sa vie française combinée à une réflexion profonde sur sa condition de « Noiraméricain » et ce grâce à de très nombreuses anecdotes. Eddy L. Harris découvre la différence entre être Noir et « Noiraméricain » en France, entre laisser indifférent et susciter admiration.

Paris, « coin de paradis », devient un asile protecteur où le « fardeau » de la couleur de peau s’évapore. Il peut y oublier cette identité noire qui lui est imposée en Amérique où le racisme quotidien
sous-jacent,
très souvent délibérément dirigé contre lui et les siens, le torture en permanence.

Mais il note aussi ses déconvenues en France ou lors de ses voyages, qui rendent son récit très réaliste.

« Je ne me sens pas noir à Paris comme je me sens noir à Pittsburg ou à New York, parce que l’histoire de Paris est différente, et par conséquent les règles, les réactions et les attentes sont différentes et je peux vivre différemment.
Je suis autorisé et je m’autorise à vivre différemment en étant noir à Paris parce que ici, on m’autorise à avoir une définition de se que signifie être noir et Américain — deux choses qu’on ne peut séparer bien que je ne me sente pas particulièrement l’un ou l’autre, et même si les yeux des autres me le rappellent. »

Le récit est ainsi construit autour des thèmes de la ségrégation, du racisme, de l’exil, de la quête identitaire et des différences entre États-Unis et France. Ces thèmes servent de fil conducteur à son récit dévié en permanence par les anecdotes. Grâce à celles-ci, il réussit à partager son expérience avec le lecteur, lui montrant sa démarche de compréhension de la France et sa quête identitaire. Il l’implique et le fait réfléchir grâce à l’analyse de clichés et à la comparaison qu’il fait avec les États-Unis.

Eddy L. Harris livre ainsi un magnifique ouvrage à la fois biographique et analytique des sociétés française et américaine mais aussi un journal intime, se livrant à une introspection permanente étayée de nombreux témoignages extérieurs, qui sont autant d’éléments de réponse aux questions qu’il se pose concernant son exil et sa condition.

Malgré des redondances, il permet au lecteur une entrée dans ses pensées et lui donne un point de vue américain sur la France actuelle, très pertinent et intéressant.

Chloé Verdon, 1ère Année édition-librairie

Eddy L. HARRIS sur LITTEXPRESS





Article de Pauline sur Jupiter et moi.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche

Archives